Archives du mot-clé théâtre

Babylone – Yasmina Reza

9782072733086-475x500-1.jpg

SynopsisV2

« Tout le monde riait. Les Manoscrivi riaient. C’est l’image d’eux qui est restée. Jean-Lino, en chemise parme, avec ses nouvelles lunettes jaunes semi-rondes, debout derrière le canapé, empourpré par le champagne ou par l’excitation d’être en société, toutes dents exposées. Lydie, assise en dessous, jupe déployée de part et d’autre, visage penché vers la gauche et riant aux éclats. Riant sans doute du dernier rire de sa vie. Un rire que je scrute à l’infini. Un rire sans malice, sans coquetterie, que j’entends encore résonner avec son fond bêta, un rire que rien ne menace, qui ne devine rien, ne sait rien. Nous ne sommes pas prévenus de l’irrémédiable ».

MonavisV2

Yasmina Reza. Je la connaissais pour Art bien sûr (la version avec Arditi, Luchini et Vaneck) et j’ai eu envie de la découvrir sous un autre prisme que celui d’une pièce de théâtre. Pour être parfaitement honnête, je n’ai ni lu le résumé, ni prêté attention plus que ça au bordereau qui mentionnait le prix Renaudot lorsque j’ai choisi ce livre au hasard des rayons de ma librairie (parce que toutes ces histoires d’attribution de prix m’ont toujours paru suspectes).

« Je ne pourrais pas dire que j’ai su être heureuse dans la vie, je ne pourrais pas me donner quatorze sur vingt à l’heure de ma mort, comme ce collègue de Pierre qui avait dit allez, disons quatorze sur vingt, moi je dirais plutôt douze, parce que moins j’aurais l’impression d’être ingrate ou de blesser, je dirais douze sur vingt en trichant.« 

Ce livre est très curieux parce qu’il m’a tout d’abord fait penser à Mrs Dalloway que j’ai découvert il y a quelques semaines, ce tourbillon de pensées, l’importance des petits riens et les émotions qui sont parfois (souvent?) bien plus révélatrices d’un être que ses actions. Oui, j’avais été sous le charme de Clarissa et j’ai quitté à regrets l’univers de Virginia Woolf pour me plonger dans celui de Yasmina Reza. Coïncidence ou pas, on se retrouve là-encore dans la tête d’une femme l’espace de deux journées significatives.

« La femme doit être gaie. Contrairement à l’homme qui a droit au spleen et à la mélancolie. A partir d’un certain âge une femme est condamnée à la bonne humeur. Quand tu fais la gueule à vingt ans c’est sexy, quand tu la fais à soixante c’est chiant.« 

Elisabeth, femme d’une soixantaine d’années qui s’ennuie un peu dans son quotidien décide d’organiser une soirée et d’y inviter quelques amis et ses voisins du dessus. Notamment l’excentrique Lydie et son mari Jean-Lino, avec lequel elle a noué au fil des années une véritable amitié. La soirée se passe somme toute relativement bien, les dialogues sont incisifs, on boit, on mange, on s’amuse. Il faudrait être bien observateur pour deviner le drame qui se profile sous les plaisanteries et les rires des invités.

Et puis la soirée se termine et… Et c’est le drame. Pendant un coup de folie et une dispute anodine, Jean Lino tue sa femme et, sous le choc, descend voir ses voisins parce qu’il ne sait pas quoi faire. On entre alors dans cette délicieuse seconde partie de roman avec des accents plus policiers où l’on suit les événements rocambolesques qui vont amener Elisabeth à aider son voisin à dissimuler le crime. On s’y croirait!

« Je regardais mes pieds, mon pantalon de pyjama à carreaux, mes chaussons en fausse fourrure. Je descendais seule quatre étages avec un cadavre. Aucune panique. Je me suis trouvée ultra-gonflée. Je me suis plu. Je me suis dit, tu aurais eu ta place dans l’armée des Ombres ou dans le service action de la DGSE.« 

C’est amusant, rempli de justesse et assez brillant tout de même. Petite pensée particulière au passage avec la mouche (qui, pour une raison qui m’échappe, m’a particulièrement marquée).

EnconclusionV2

Un tourbillon magnifique. Un bel hommage à l’amitié et une lecture précise et intelligente de la nature humaine. Petit bijou pour bien commencer l’année.

Nota Bene : A lire dans la cage d’escaliers de son immeuble après la fête des voisins.

Ma note :

quatresurcinq


Editeur : FLAMMARION
Date parution : 31/08/16
ISBN : 9782081375994
Nb de pages : 300 pages

Mensonge – JP Delaney

cover169645-medium

SynopsisV2

Claire, étudiante anglaise en art dramatique, finance ses études d’une manière peu conventionnel e : elle flirte, pour le compte d’un cabinet d’avocats spécialisé dans les divorces, avec des hommes mariés suspectés d’infidélité. Lorsque la femme de l’un d’entre eux est retrouvée morte, tout change… La police exige de Claire qu’elle utilise ses talents d’actrice pour faire avouer le mari. Dès le début, elle n’est cependant pas sûre du rôle qu’elle doit jouer dans cette mise en scène mensongère, mais elle ne veut pas non plus que les enquêteurs la questionnent sur la nuit du meurtre. Bientôt, Claire se rend compte qu’elle est en train de jouer le rôle le plus mortel de sa vie…

MonavisV2

Cela faisait une éternité que je ne m’étais pas plongée dans un thriller mais JP  Delaney oblige, j’ai cédé à la tentation. Ma première impression, quelques minutes à peine après la lecture de ce roman reste assez mitigée. Oui je l’ai lu d’une traite, oui on sent la maîtrise et l’efficacité dans la plume de l’auteur mais il manquait quelque chose dans ce livre. Cet attachement au personnage principal, Claire, qui nous raconte l’histoire.

Mais n’était-ce pas aussi voulu de la part de l’auteur? Qu’on s’interroge, qu’on remette tout en cause, encore et encore, qu’on se perde ou qu’on se gagne comme cette jeune femme qui a fait de sa vie un film jusqu’à parfois être sur la tangente?

« Suis-je la seule qui se voit constamment jouer dans le film de sa vie? Lorsque je pose la question à mes amis, la plupart répondent que ça ne leur arrive jamais. Mais je les soupçonne de mentir. Pourquoi devenir comédien, sinon pour modifier la réalité? »

Le pitch du livre est assez tentant. Une jeune femme qui use de ses talents d’actrice pour financer ses études jusqu’au drame : l’assassinat d’une mystérieuse Stella. La police lui demande alors d’enquêter sur son mari, Patrick, le principal suspect, en lui créant une couverture à la hauteur de son talent. Mais dans ce jeu dangereux, qui est le chat? Qui est la souris? Qui manipule qui?

Ce qui était intéressant, au-delà du doute tout au long du roman quant à ce qui est vraiment en jeu dans cette histoire, c’est finalement le doute identitaire de Claire, qui elle-même ne sait plus parfois si elle porte un masque ou pas. Très psycho.

EnconclusionV2

J’avais beaucoup apprécié la lecture de La fille d’avant qui m’avait réellement tenue en haleine mais le bilan est un peu plus mitigé pour moi cette fois-ci. En résumé, cela reste tout de même une bonne lecture pour les amateurs de thrillers et de retournements de situation !

Nota Bene : A lire entre deux poèmes de Baudelaire.

troissurcinq


Editeur : FAYARD
Date parution : 18/09/19
ISBN : 9782863745137
Nb de pages : 432 pages

Théâtre – Une vie sur mesure

Il y a des pièces dont on se rappellera sûrement toute sa vie (parfois grâce au sujet,  au jeu des acteurs, ou encore grâce à la mise en scène). Ici, c’est un mélange de ces trois ingrédients plus un petit quelque chose, cette petite poudre de perlimpinpin qui fait naître la magie dans nos yeux.

vz-DADD178E-3D80-4478-B169-24564403F9B4

Une vie sur mesure. Il est difficile de résumer ou de pitcher cette pièce parce que ce n’est pas seulement une pièce: c’est à la fois un récit, un seul-en scène et un concert. L’histoire est celle d’un gamin autiste qui voit le monde à travers le prisme de la musique, les sons, les battements, les noires, les croches, les rythmes qui pulsent et qui donnent de la vie et un sens aux choses. J’ai particulièrement été touchée par ce moment où ce jeune autiste, Adrien, se demande s’il faudrait jouer une note qu’il trouverait belle éternellement. Il se rend compte, presque sous nos yeux, qu’une note est puissante justement parce qu’elle est entourée par un silence, qui la met d’autant plus en valeur. Cette note si belle, ces mélodies si entraînantes sont finalement une métaphore de la vie dont la beauté n’est telle que parce qu’elle est éphémère.

Evidemment, sujet oblige, on navigue entre jeux de mots et comiques de situation, entre rires et larmes. Le comédien (qui a seulement 19 ans!!!) est extrêmement talentueux comme acteur mais surtout comme musicien. Aucun temps morts pendant les 1h40 de la représentation.

Cette pièce est réellement magnifique parce sous son apparence simplette au premier abord, beaucoup de sujets profonds sont abordés. On rit, on s’émeut, on a qu’une envie, retourner voir la pièce une nouvelle fois. Axel Auriant-Blot mérite amplement son Molière 2016 du meilleur seul-en-scène. Son talent m’aura définitivement bluffée.

Adrien Lepage, aura eu une vie sur mesure, rythmée par les battements de la musique. Je suis ressortie de la pièce avec deux envies : essayer la batterie et moi aussi, faire mon possible pour vivre et rêver de ma passion. Chapeau l’autiste! 🙂

une-vie-sur-mesure.6432.image.710x0


Infos pratiques:

Lieu: Théâtre Tristan Bernard
Dates: Jusqu’au 30 décembre 2017
Réservations: via BilletReduc.com

Théâtre – A droite à gauche

droite gauche

SynopsisV2

Comment peut-on être un acteur riche, célèbre et être de gauche ? C’est ce que se demandent la plupart des gens de droite. Comment peut-on être ouvrier chauffagiste et voter à droite ? C’est ce que pensent la plupart des gens de gauche.
A quelques mois des élections, la confrontation inattendue entre Jean-François Balmer et Régis Laspalès casse les codes, se joue des stéréotypes, fait vaciller nos opinons !

Pièce de Laurent Ruquier.

MonavisV2

Je ne peux pas être de gauche, je n’ai pas les moyens.

Lorsqu’un acteur bobo parisien (Jean-François Balmer), jouant exclusivement dans des films d’auteurs fait appel à un modeste chauffagiste (Régis Laspalès) pour réparer sa chaudière, il se rend compte avec effroi qu’ils ne sont pas du même bord… politique!

Alors que l’acteur, passionné de politique et irrémédiablement de gauche, prône la quête d’un idéal, le partage et le vivre ensemble, somme toute de belles valeurs humanistes; l’ouvrier quant à lui fait preuve d’un réel pragmatisme. Il est facile de vouloir partager lorsqu’on a tout, facile d’être tolérant vis à vis des étrangers lorsque l’on vit dans une petite bulle totalement coupé des réalités.

Il y a particulièrement trois points qui m’ont interpellé dans la pièce:

  • L’analyse sur les différents idéaux : L’élite de gauche cherche à élever la conscience de tous, afin que tout le monde puisse connaître et apprécier Soulages alors que l’élite de droite, selon l’acteur, se préserve une certaine culture de l’entre-soi et laisse le peuple « de base » apprécier Joséphine Ange Gardien en famille.
  • Les français ne se sentent plus chez eux >< On ne se sent plus en France : L’ouvrier explique sous le regard satisfait de son contradicteur qu’il n’est pas d’accord avec la phrase « Les français ne se sentent plus chez eux ». Ce « Les français », ce « on »  ne signifient pas vraiment grand chose et cachent généralement un racisme assez nauséabond. En revanche, lui et sa femme sont d’accord avec la seconde phrase « On ne se sent plus en France », le chauffagiste n’a en effet rien contre les personnes d’origine étrangères, il souhaiterait juste qu’elles adaptent leur mode de vie.
  • La condescendance de l’acteur: En voulant absolument voter à gauche pour aider les plus pauvres, pour être bien avec sa conscience l’acteur bobo parisien fait preuve d’une certaine condescendance et même s’il essaie de s’en détacher, ses « mauvais réflexes » (je cite!) ne peuvent s’empêcher de ressurgir, notamment au moment où il est surpris par le fait que le patron du chauffagiste puisse être noir.

Je conseille réellement cette comédie d’actualité qui dénonce sous un angle particulier les clichés et la bien-bienpensance des deux grands partis. Pour les amoureux de la politique, que vous soyez de droite ou de gauche, cour ou jardin, courrez voir cette pièce brillamment mise en scène pour pouvoir dire dans quelques années « J’y étais!« . Petite dédicace à Elo ❤


Infos pratiques:

Lieu: Théâtre des variétés
Dates: Jusqu’au 29 avril 2017
Horaires: 16h30 ou 20h30 selon les jours;  spectacle qui dure  environ 1h45.
Tips & Tricks : Amener avec soi sa conscience politique 🙂

Théâtre – Sur Rendez-Vous

sur-rdv

SynopsisV2

« Après mon premier seul-en-scène, je me suis aperçu que les gens continuaient à aller au théâtre… Ça m’a un peu chagriné, je me suis dit qu’il y avait quelque chose que je n’avais pas réussi. Je l’ai vécu comme un échec. J’ai donc conçu ce deuxième spectacle dans l’idée de divertir le public définitivement – ou au moins durablement.  » – Chris Esquerre

MonavisV2

Je souhaiterai ici faire une critique dithyrambique du spectacle. Dithyrambique. J’adore ce mot. Dit – Tyran – Bique. Rassurez vous je ne vais pas m’essayer à faire des blagues, non pire, des blagues que je ferais passer par des tentatives de blagues afin de sauver l’honneur. Ca serait à la limite de l’indécence n’est-ce pas?

Commençons par l’horaire et le quartier. 19h au Théâtre de la Madeleine mais le billet explique qu’il faut arriver une demi-heure avant. 18h30 donc. Franchement je trouve que c’est un bon horaire. On a le temps d’aller aux Happy Hour avant histoire d’accueillir le spectacle avec toute la lucidité qu’il mérite. Certain(e)s prendront des cafés crèmesOui J je parle de toi. Sale histoire…

Je vous passe les péripéties avec Google Maps pour trouver de lieu dit. Le dit lieu. Le lieu susdit. Ca n’a pas grand intérêt mais je préfère préciser. Honnêteté oblige.

Voilà.

Après il y a eu le spectacle. J’étais ravie, il y a même eu un EYE CONTACT à 19h42. Eye contact unilatéral mais eye contact quand même. Moment assez intense dans le spectacle qui méritait sa petite phrase dans l’article. #précisionnécessaire Bon on parle on parle mais c’est pas tout on en oublie l’essentiel, je met le message en gras, en gros et en rouge pour que ce soit simple pour les débiles et les enfants :

« Le spectacle de Chris Esquerre? A voir absolument« .

C’est bien une phrase à bandeau ça.

… A LIRE absolument… A VOIR absolument…

Moi-même je suis tombée dans cet écueil fâcheux. Par flemme principalement. Alors cette fois je dis NON, allez le voir relativement! Relativement aux autres spectacles parce que c’est quand même de cela qu’il s’agit. Suite à un calcul coûts/bénéfices et une arithmétique des plaisirs j’ai constaté qu’il valait mieux aller voir Chris Esquerre un vendredi soir plutôt qu’aller au ciné, à la piscine ou au ping pong. De manière générale d’ailleurs c’est plus sympa lorsqu’on esquive un date de placer un « déso j’ai théâtre » plutôt que « déso j’ai piscine ». Petit tips & tricks gratuit pour toi public 🙂  La seconde excuse a un côté recyclé, déjà utilisé, foutage de gueule un peu trop obvious. La première en revanche/par contre ne manque pas de panache. Déso j’ai théâtre! Bim! Ca pose tout de suite les bases. #culture. En plus c’est rigolo.

Avec J on a ri mais on a ri! Ce fut un spectacle d’une finesse, d’un doigté et d’une justesse inouïe! Merveilleux!

En définitive: A voir RE – LA – TI – VE– MENT


Infos pratiques:

Lieu: Théâtre de la Madeleine
Dates: Jusqu’au 29 avril 2017
Horaires: 19h vendredi et samedi ; spectacle qui dure  environ 1h20.
Tips & Tricks : Il faut arriver 30 minutes avant le début du spectacle, amener avec soi son sens de l’humour, du miel et de l’ambroisie 🙂

Théâtre – Le porteur d’Histoire

porteur

SynopsisV2

Par une nuit pluvieuse, au fin fond des Ardennes, Martin Martin doit enterrer son père. Il est alors loin d’imaginer que la découverte d’un carnet manuscrit va l’entraîner dans une quête à travers l’Histoire et les continents. Quinze ans plus tard, au cœur du désert algérien, une mère et sa fille disparaissent mystérieusement…

MonavisV2

J’ai été voir cette pièce pendant les vacances de la Toussaint au Théâtre des Béliers (infos pratiques à la fin de l’article). C’est une pièce excellente qui a aussi le mérite d’avoir gagné deux Molières en 2014: Le meilleur auteur et la meilleure mise en scène. Les critiques de la presse aussi sont unanimes. Cette pièce est non seulement intelligente sur le fond mais brillamment exécutée.

Une extraordinaire aventure littéraire. Gourmand, tourbillonnant, rebondissant. lejournaldudimanche

N’étant absolument pas une spécialiste de Théâtre je peux vous parler de la pièce du point de vue d’une néophyte. Honnêtement je pense que ce Molière de la « Mise en scène » était amplement mérité.

5 acteurs se relaient sur scène et interprètent pas moins de 5 ou 6 rôles chacun et ils nous embarquent dans une histoire passionnante, une odyssée sur les traces du passé de Martin et des origines de la littérature. Un voyage qui nous emmènera de Paris à l’Algérie, d’hier à aujourd’hui. Une pièce qui fait entrer l’histoire dans l’Histoire.

C’est assez difficile de résumer la pièce en quelques mots car l’intrigue est assez complexe et il faut le voir pour comprendre mais honnêtement c’est une des meilleures pièces que j’ai vu donc c’est un GO!

porteur-dhistoire

Infos pratiques:

Lieu: Théâtre des Béliers Parisiens
Dates: De novembre 2016 au 28 janvier 2017
Horaires: Selon les jours séances à 16h, 18h ou 21h ; spectacle qui dure 1h30.
Tips: arriver en avance pour avoir des bonnes places au fond de la salle! Je vous conseille également de passer par billets réduc pour obtenir vos places.