The perfect girl – Gilly MacMillan

theperfectgirl

SynopsisV2

Zoe Maisey is a seventeen-year-old musical prodigy with a genius IQ. Three years ago, she was involved in a tragic incident that left three classmates dead. She served her time, and now her mother, Maria, is resolved to keep that devastating fact tucked far away from their new beginning, hiding the past even from her new husband and demanding Zoe do the same. Tonight Zoe is giving a recital that Maria has been planning for months. It needs to be the performance of her life. But instead, by the end of the evening, Maria is dead. In the aftermath, everyone—police, family, Zoe’s former solicitor, and Zoe herself—tries to piece together what happened. But as Zoe knows all too well, the truth is rarely straightforward, and the closer we are to someone, the less we may see.

myopinion

Here we are, second review in English after The cursed child. I don’t know if you guys remember but back then I was wondering what if. What if magic existed? I must confess that I was a little nervous before reading this book because I loved the first novel of G. MacMillan (Burnt Paper Sky) and I wondered if the lightning would strike twice in the same spot and if magic would happen once again… and it DID! It freaking DID!

The initial title for this novel was “Butterfly in the dark” and I feel like this image really fits Zoe. She’s a butterfly dancing out of thin air. A small flutter of her wings ultimately caused a typhoon around her world. 3 years before the action occurs, 14-year old Zoe got convicted for murder because of a car accident where she caused the death of three classmates. She has served her time and is now looking for redemption to move on with her new family. Indeed her mother remarried and she has now a stepbrother of her age (Lucas) and a brand new half-sister (Grace). Sunday night after a concert that she gives in a church in front of her family and her aunt Tessa, her mother is found dead. What happened ?

*

The author depicts with talent the portraits of this damaged family, struggling in silence to display the picture of perfection. Why with talent? Because her characters are smart, real and authentic and last but not least, her secondary characters have backstories of their own which is nice! The writing is cinematographic, focusing on the different protagonists from diverse perspectives (Zoe, Tessa and Sam (Zoe’s former solicitor)). Each one of them is explaining their truth with their own personal baggage and awareness.

Through flashbacks G. MacMillan puts the pieces of the puzzle together and paints a family portrait without concession. She displays a sharp and accurate understanding of human nature. Somehow she makes us ask ourselves: Should we be defined for the rest of our lives by one stupid mistake? Can we give anyone a chance for redemption? Is there such a thing as a second chance?

*

At the beginning of the story, Zoe seems to be overcautious with her image. This is her second chance and she can’t mess it up. Her mother won’t let her forget that she has to be the perfect girl. See Maria didn’t tell her “new family” about her daughter’s past and lying by omission isn’t really lying right? Zoe’s mother makes it her daily mission not to pop this delicious bubble of illusion. After all this is her second chance too. She is determined to make everything fit perfectly into what she pictures as the perfect life. Doing so she builds fences at the expense of her daughter’s wellbeing so that her world made of pretty lies won’t fall apart. Denial can be a strong shelter to hide into.

But Zoe struggles with her mother’s coldness and denial. She’s lucid and strong about this whole situation yet she’s fragile like a butterfly. Her stillness is screaming « Please mother, listen to me, talk to me, hug me ». It crushed my heart to see the vulnerability that pulses through her veins. Her guilt eats her up but she somehow finds it in her to fight back and give herself a second chance. A second chance. This letmotif appears throughout the book. She has to be the perfect girl, because it’s her second chance. Period.

Piano playing is like an addiction for me. It’s a path I have to walk down, water I have to drink, food I must consume, air I need to breathe. It’s the only thing that can take my head somewhere safe and everybody tells me its going to give me a ‘bright future

I don’t consider myself a pianist even if I played the piano for a few years but I get what Zoe means, her desperate need for a safe place, an escape from the life she’s stuck into. This need for a passion that would transcend her and make her feel more alive than anything else in the world. Music is her salvation like writing his script was for Lucas.

G.MacMillan brought this cinematographic angle to a whole new level with the parts of Lucas’ script. Zoe’s stepbrother wrote in a script the secret he would never dare to say in a million years. It was so powerful yet so delicate. It reminded me of this quote from Pascal Quignard which says in substance that one can write what he isn’t able to say. One can write even though he cries. But what one can’t do while writing is sing. This was IT. I honestly could relate to this and feel for Lucas. In their own ways, Lucas and Zoe found their path to resilience through music and writing. Art, always and forever.

inconclusion

I didn’t know what to expect when I opened this book, I wanted to love it for sure but I didn’t want to be disappointed. I wasn’t. I so wasn’t. It’s definitely a must-read. This book is intense, deep and powerful. It has music that still resonates within. Trust me just read it. I mean really. This is as good as it should be!

Nota Bene To read before a family dinner while listening to « Nocturne » by Chopin or « Bird set free » by Sia.

My grade :

cinqsurcinq


Editeur : PIATKUS
Date parution : 06/09/16
ISBN : 9780349406411
Nb de pages : 341 pages

Publicités

Ne pars pas sans moi – Gilly MacMillan

 

1507-1

SynopsisV2

Par un joyeux dimanche, Rachel et son petit garçon de 8 ans se promènent en forêt. Désirant plus que tout être une bonne mère, et soucieuse de l’indépendance et de l’autonomie de son enfant, Rachel l’autorise à partir quelques mètres devant elle pour aller jouer. Arrivée au bout du chemin, l’angoisse la saisit : Ben a disparu.

Après une conférence de presse catastrophique, médias et réseaux sociaux se déchaînent. Pour eux, Rachel est responsable de la disparition de son enfant. Pourquoi n’a-t-elle pas veillé sur lui ? Comment se fait-il qu’elle ait du sang sur les mains ? Pendant que la police se lance dans une véritable course contre la montre pour retrouver Ben, Rachel se débat entre la culpabilité, le désespoir et la peur.

Rongée par le doute, assaillie par la violence de ceux qui la croient coupable et tandis que la moindre de ses certitudes s’écroule, elle ne sait plus quoi faire. Attendre patiemment que les forces de l’ordre lui ramènent son fils ou suivre son instinct et partir elle-même à sa recherche ?

MonavisV2

Ma toute première lecture aux éditions Les Escales. Un bonheur que dis-je une REVELATION. Pourtant généralement je suis extrêmement difficile en matière de thrillers.

C’est un récit à deux voix. Celui de Rachel, maman fraichement divorcée depuis quelques mois dont le fils Ben, 8 ans, a disparu lors d’une promenade en forêt alors qu’elle l’avait laissé partir devant pour jouer à la balançoire. C’est aussi les retranscriptions des séances chez le psychologue de James, policier traumatisé par cette enquête, afin de déterminer s’il pourra reprendre son travail.

L’histoire commence vraiment lorsque la police demande à Rachel de se prêter au jeu des médias et de faire une conférence de presse quelques heures après la disparition de Ben afin de mobiliser le pays et maximiser les chances de le retrouver. Conférence qui va lui être fatale. Débordée par l’émotion, épuisée nerveusement, elle ne s’en tiendra pas au script froid remis par la police et s’adressera directement au ravisseur de son fils en proférant des menaces ce qui la fera littéralement passer pour une folle hystérique. Il faut imaginer qu’elle sort d’une journée de recherches dans la forêt, ses habits sont à moitié déchirés, des égratignures marquent son visage rongé par la colère et l’inquiétude. Le verdict de l’opinion publique est sans appel. Ca ne fait aucun doute : Elle est Coupable.

La machine médiatique s’emballe et Rachel est presque immédiatement cataloguée comme une « mauvaise mère », voire une meurtrière. De parfaits anonymes, sous couverts de l’impunité qui règne sur la toile, se déchainent et chacun y va de son avis en émettant des théories sur ce qui s’est vraiment passé ce jour là dans la forêt [pages criantes de vérité par la retranscription des articles de presses, des réseaux sociaux ou de la page Facebook consacrée à la disparition de Ben].

Rachel est désemparée. Coupable ou non coupable ? On en vient presque à en douter nous-mêmes. N’est-on pas au fond nous aussi victimes d’un tour de passe-passe de l’auteur? Il est toutefois difficile de ne pas compatir avec cette mère qui regarde impuissante tout un processus se mettre en place, presque sans elle. Reléguée au rang de spectatrice elle ne peut qu’attendre, rejouer encore et encore les quelques heures qui ont précédé la disparition de Ben, ressasser inlassablement les quelques mois qui ont précédé. Comment a-t-elle pu manquer les signes ? Et toujours ce sous-entendu latent en filigrane tout au long du livre : une bonne mère aurait pu éviter tout ça. Pourquoi Ben. Pourquoi lui et pas un autre ?

Découvrir que l’histoire dont on parle au journal télévisé est la vôtre est la chose la plus étrange au monde : vous comprenez qu’une personne que vous ne connaissez pas a la charge de retrouver votre enfant, et vous devez accepter que vous êtes tout autant en retrait que n’importe qui d’autre écoutant les informations, et que vous êtes impuissant.

Avec les heures et les jours qui passent, les statistiques sont sans appel, brutales. Les chances de retrouver Ben vivant s’affaiblissent et avec elles surgissent insidieusement le désespoir et le doute. Qui ? Qui a pu enlever Ben ? Que lui est-il arrivé ?

Le doute s’est insinué dans nombre de mes relations, comme le feraient de petits éclats de verre brisé invisibles à l’oeil nu mais susceptibles de vous blesser alors même que vous pensiez avoir tout bien balayé.

Son ex mari, ses amies, sa sœur… Tout le monde, chaque geste, chaque mot est passé au crible. Qui a enlevé Ben ? Pourquoi ? Et surtout est-il encore vivant ? Va-t-on le retrouver à temps?

EnconclusionV2

Un page-turner terriblement addictif. On avance pas à pas dans l’enquête aux côtés de Rachel, cette mère, impuissante qui se retrouve reléguée au rang de spectatrice du drame de sa vie et qui s’accroche pour ne pas perdre pieds. L’attente, les doutes, la suspicion, l’impuissance, la cruauté des médias – impitoyable. Tout y est ! A lire absolument ! Auteure à redécouvrir aussi avec La fille idéale (critique en VO)

NB2

A lire sur une balançoire grinçante dans un square abandonné, ou bien lors d’une petite pause lecture lors d’une balade en forêt – frissons garantis !

Ma note :

quatresurcinq


Editeur : LES ESCALES
Date parution : 25/02/16
ISBN : 9782365691376
Nb de pages : 473 pages