The rules do not apply – Ariel Levy



« I wanted what we all want: everything. We want a mate who feels like family and a lover who is exotic, surprising. We want to be youthful adventurers and middle-aged mothers. We want intimacy and autonomy, safety and stimulation, reassurance and novelty, coziness and thrills. But we can’t have it all. »

Ariel Levy picks you up and hurls you through the story of how she lived believing that conventional rules no longer applied – that marriage doesn’t have to mean monogamy, that aging doesn’t have to mean infertility, that she could be ‘the kind of woman who is free to do whatever she chooses’. But all of her assumptions about what she can control are undone after a string of overwhelming losses.

« I thought I had harnessed the power of my own strength and greed and love in a life that could contain it. But it has exploded. »

Levy’s own story of resilience becomes an unforgettable portrait of the shifting forces in our culture, of what has changed – and what never can.



Ariel Levy is way too cool.

She made me think of this friend, sort of crazy (not in a clinical sense, crazy in a good way! most of times at least), that is also a little « too much ». The kind that dies her hair pink a Tuesday on the spur of the moment because she cried in front of the perfection of a sunset and she realized that « Pink is a psychedelic color, I swear hun, you were not there you can’t get it! » (The girl is 30. Everything is fiiiine. Thanks to her, I’m the one that seems to be « all together » for once. So refreshing.) My friend also speaks with a flow so high that it defies imagination. She’s always way way too happy about the little things of life. I love people like that, for whom everything is so intense, people that don’t follow the rules and that, contrary to most people (contrary to me), allow themselves to say fuck to conventions.

.« Daring to think that the rules do not apply is the mark of a visionary. It’s also a symptom of narcissism. »

Still, it’s nice to read the story of an imperfect person that is trying (shouldn’t we all?) to be honest with herself. She’s really self-conscious about who she is and what she wants and she manages to get it. Fake it until you make it. This might be another definition of bravery, I guess. It’s allowing oneself to be happy even though we don’t think we deserve it because, let’s face it, we haven’t always been « perfect ».

« I didn’t want her girlfriend to suffer. But I didn’t feel particularly guilty, either. They seemed so far from love, I even thought (stupidly) that the girlfriend might be happy to have Lucy taken off her hand. They had become strangers. Maybe they always had been. And we were magic. »

For instance when she cheats on her girlfriend and she justifies it with this nebulous theory that love dedicated to only ONE person is not contradictory to sleeping from time to time with random people, if there is attraction etc… Well, well, well. Let’s test this theory. I’m not sure my boyfriend would be that tolerant! But, to be perfectly honest, I kind of agree with Ariel about this « cheating issue ». This is quite ridiculous and childish when you think about it. Mariage is a social construction that hasn’t been existing for so long regarding the story of mankind. And being physically attracted to sb else doesn’t take anything from your loved one. Of course, the advantage to submit to social pressure/the norm is to be « part of the group  » (i feel like I’m talking about animals… weird). ANYWAY. You sort of have to get married, have children, a long-term contract (I wish!) to check the boxes of a « successful life » (says who?) but… Is that really what we want? Is that really what we should do?

« One day you are very young and the suddenly you are thirty-five and it is Time. You have to reproduce, or else. »

The mere thought of having to stay stuck with the same person till the end of my life is terribly scary… It’s like, voluntarily, getting on a highway to hell, direction death, without any fun on the way. But since divorce is an option, and so a real possibility, all is not necessarily lost dixit Ariel.


I also really liked all the moments where she talks about her job as a journalist, as a writer, about the fact that she needs to tell stories and live things twice (live them and then write them). I think she tried (unconsciously maybe) to turn her life into something « novel material » so she could write about it. Isn’t it what we all secretly want? To have a crazy destiny? Because we always believe that we are invulnerable (obviously since we are the main character of our story) but we get back from it. No, no. We are the main character of absolutely nothing at all. Nada. Niet. Rien du tout. First disillusionment of life when you realize that, actually, you don’t control anything and in face of hard ordeals, you’re not this hero you thought you would be. You’re just that pathetic little thing, crying over your terrible fate. The thing is, I guess, at least to try to become the best version of yourself. Fake it until you make it. Always and forever. And maybe someday, it will become true…

I could talk about this book forever. I’ll have my pink-haired friend read it, maybe she’ll get inspired and dye them green who knows!


Plus, Ariel liked my tweet. Ariel. I know, right ??? Like we’re already on first-name basis, like we’re kind of best friends now. God, I’m so delusional. Anyway, if you want to have a long talk with a friend just dive in, dive in this book, take a breath and enjoy the journey because man, it’s worth it ! AND READ IT IN ENGLISH PLEASE (way better this way, french fellows <3).

Nota Bene : I read it on my first day to work, heading to a job I’m passionate about and this book really comforted me that life is too short for compromise. Life is made to be lived 100%. Don’t waste your time with things you « kind of » like. Dream and live Big. Dare to be « too much ». And READ THIS BOOK!

My grade :


Date parution : 03/17
ISBN : 9780812996937
Nb de pages : 224 pages



La porte – Magda Szabo

la porte


« C’est moi qui ai tué Emerence. Je voulais la sauver, non la détruire, mais cela n’y change rien. » La Porte est une confession. La narratrice y retrace sa relation avec Emerence Szeredás, qui fut sa domestique pendant vingt ans. Tous les oppose : l’une est jeune, l’autre âgée ; l’une sait à peine lire, l’autre ne vit que par les mots ; l’une est forte tête mais d’une humilité rare, l’autre a l’orgueil de l’intellectuelle. Emerence revendique farouchement sa liberté, ses silences, sa solitude, et refuse à quiconque l’accès à son domicile. Quels secrets se cachent derrière la porte ?

Chef-d’oeuvre de la littérature hongroise dont le succès fut mondial, prix Femina étranger en 2003, La Porte a été élu meilleur livre de l’année 2015 par le New York Times.


Quand j’étais étudiante je détestais Schopenhauer, plus tard j’ai compris que je devais retenir de sa théorie, que toute relation sentimentale est une possibilité d’agression, plus je laisse de gens m’approcher, plus il y a de voies par lesquelles le danger peut m’atteindre. Il ne me fut pas facile d’admettre que je devais en plus compter avec Emerence, son existence était devenue une des composantes de ma vie, et au début, je fus épouvantée à l’idée de la perdre si je lui survivais…

D’habitude on adore détester les romans qui reçoivent des prix parce qu’à chaque fois je me pose la même question : Est-ce qu’il y a eu connivence, est-ce vraiment mérité? Est-ce que je ne vais pas être un mouton si je trouve moi aussi que le dernier lauréat du Fémina est merveilleux?

Parfois il faut passer outre ses préjugés et reconnaître le talent lorsqu’il se présente à sa porte. La porte de Magda Szabo c’est un grand OUI ! C’est l’histoire racontée par l’écrivaine de son étrange relation entre elle et sa femme de ménage, la mystérieuse Emerence.

Tout de suite, on est intrigué par la personnalité de cette femme dont les codes nous échappent. On s’attache, on s’interroge, on comprends à demi-mots le pourquoi du comment mais surtout, on voit se dessiner sous nos yeux la relation complexe entre les deux femmes, faite de respect, de mépris, d’incompréhension mais aussi d’amitié. Un bras de fer qui parfois se transforme en main tendue. Un roman subtil et intelligent qui donne matière à réfléchir sur les mécanismes de l’emprise, la manipulation et l’amitié.

Ce livre est une perle brute et authentique où les sentiments ne sont pas épargnés (et c’est ça qui est extrêmement bien réussi au-delà du style précis de l’auteur). Emerence nous séduit, à sa manière, dans son orgueil, dans ses valeurs dont elle est si fière. Elle nous apprend beaucoup aussi, sur sa vision de la vie, sur ce qui compte vraiment.

Apprenez qu’on ne retient pas celui dont l’heure a sonné; parce que vous ne pouvez rien lui donner qui remplace la vie.


En définitive, un très beau roman porté par le personnage mystérieux d’Emerence. Merci Elodie de m’avoir fait découvrir ce titre. Il y a relativement peu de romans qui me marqueront durablement mais celui-ci en fera définitivement partie. 🙂 Très bel achat pour ceux qui manquent d’inspiration pour les cadeaux de Noël!

Nota Bene : A lire, derrière la porte, à l’ombre des secrets.

Ma note :


Date parution : 2017
ISBN : 978-2253070221
Nb de pages : 352 pages

La joueuse d’échecs – Bertina Henrichs



Un jeu peut-il faire basculer la vie d’une femme ? Difficile de le croire. Dans l’île de Naxos, les joueurs de trictrac sont légion, mais jamais aucune femme n’a approché les pions noirs et blancs. Quant à ceux d’un échiquier, n’y pensez même pas ! Cependant, pour Eleni, prise dans une vie sans aspérités et sans folie, le plus vieux jeu du monde sera le début d’une aventure qui la mènera jusqu’à l’émancipation.


Eleni est une femme de chambres à l’hôtel Dionysos sur la petite île de Naxos (en Grèce). Elle évolue avec simplicité dans la routine plaisante de son travail à l’hôtel, de ses discussions avec son amie Katarina et de sa vie de famille avec Panis, son mari, et ses deux enfants. Ses journées sont rythmées par une régularité rassurante sous le regard serein des habitants de la ville de Naxos où chacun épie les moindres gestes des uns et des autres.

Un jour, alors qu’elle faisait la chambre d’un jeune couple de vacanciers français elle aperçoit un jeu d’échecs qui l’intrigue. Quel est donc ce jeu si sophistiqué dont elle ne comprend absolument pas les règles à la première vue?

Eleni n’était pas une femme à pincements. mais Paris constituait une exception. Sa passion rêveuse était demeurée d’ailleurs totalement inavouée. C’était son jardin secret.

Eleni sait qu’elle n’ira jamais à Paris, qu’elle ne possèdera surement jamais ces parfums élégants de parisiennes mais elle décide d’entreprendre une folle entreprise. La plus folle de toute son existence. Elle va acheter un jeu d’échec à Panis (son mari) et elle va apprendre à y jouer. Panis, perplexe ne comprend pas l’intérêt soudain de sa femme pour les échecs et se détourne de ce cadeau incongru mais Eleni ne compte pas abandonner. Elle décide se se tourner vers Kouros, son ancien professeur pour qu’il lui enseigne le plus vieux jeu du monde.


Très belle histoire d’une femme qui s’émancipe grâce aux échecs et gagnera le courage de s’affirmer et être pleinement elle-même. Ce livre est simple, sans prétention comme son héroïne et c’est peut-être sa plus grande qualité.

Nota Bene A lire en écoutant “La vie en rose” d’Edith Piaf, après avoir déposé délicatement une goutte du parfum “Eau sauvage” de Dior derrière ses oreilles.

Ma note :


Editeur : LIANA LEVI
Date parution : 2005
ISBN : 9782867464195
Nb de pages : 212 pages


La Candeur de la Rose – Ielenna


Si seulement j’avais su combien ma vie allait basculer.Comment l’enfer m’aurait enchaînée.
Si seulement j’avais pu entrevoir les rouages du destin.Les rencontres comme les pièges, les obstacles comme les révélations.
Si j’avais su mieux distinguer bontés et malveillances.Amours, amitiés ou loyautés.

Cette histoire serait tout autre. Mon histoire.
Preuve que même les Dieux ne peuvent tout savoir.​
Rare rescapée du massacre de son village natal, Diphtil, une jeune fille du peuple de l’Air, est sauvée en territoire ennemi grâce au symbole étrange qu’elle porte sur le front. Elle serait la cinquième fille de la Déesse Aveugle. Séquestrée dans un monastère et manipulée par le prêtre Sarïn qui compte la livrer au roi une fois ses pouvoirs éveillés, elle est libérée par son frère, Naid, qui la persuade de partir avec lui.
Sauf que les terres de l’Edenor sont semées de dangers et que la cruauté de certaines personnes, hantées par la haine et la guerre, s’opposent à la candeur de Diphtil, avide de découvrir ce monde dont elle a si peu joui.
Mais avant tout, elle veut échapper à son destin. Est-ce possible, lorsque l’on est vouée à devenir une Déesse ?


Bon. La Candeur de la Rose, premier tome en deux parties des Chroniques des fleurs d’Opale. Plus de 1 000 pages. Un BON-HEUR !

Cela faisait quelques mois que j’attendais de tenir ces livres entre mes mains avides grâce au teasing excellemment maitrisé de Sainte Ielenna. J’ai pu avoir les livres Samedi et il ne m’a fallu que quatre jours pour dévorer ces deux tomes. Il y a cependant quelques effets secondaires à cette lecture je tiens à le préciser

  • Un regard un peu vague parce que l’on ne peut s’empêcher de rêvasser au monde qu’elle a créé
  • Quelque bleus pour être rentrée dans de pauvres individus qui ont dû se demander quel était mon problème à m’obstiner à lire ce pavé en marchant à deux à l’heure dans la rue
  • Louper mon arrêt de tram (bon ça c’est un classique).

Donc pour ceux qui ne l’auraient pas compris, ce livre est un véritable page-turner ! (avantage qui compense ces rares inconvénients !)

L’histoire a une trame assez classique pour le genre et reprend les codes de la Fantasy (j’étais donc RA-VIE !). On a même une petite carte, un arbre généalogique toussa toussa (c’est très mauvais pour ma santé mentale, je risque de devenir aussi pointilleuse sur les détails de cette série que pour Harry Potter – ceux qui me connaissent voient donc l’ampleur du problème et savent à quel point la situation est critique). Critique dans le bon sens hein 🙂


Revenons-en à l’histoire. Elle se déroule dans un monde dans lequel coexistent quatre peuples descendant respectivement des dieux représentant les 4 éléments (eau, terre, air, feu). Si autrefois, la paix régnait entre les peuples, désormais ils se déchirent dans des guerres intestines, notamment celle opposant les humains (fils de la Terre) et les Neltiad (fils de l’Air). C’est d’ailleurs au cours d’un raid d’humains dans son village que Diphtil, une jeune Neltiad, assiste au massacre de son peuple et ne peut que grâce à une bonne dose de chance réussir à s’échapper (ce qui ne sera pas la cas de sa mère).

Séparée dans sa fuite de son petit frère Naid, elle parvient à se réfugier dans une église où un prêtre la reconnait grâce à la marque qu’elle porte sur son front (ça vous rappelle quelqu’un ?) comme l’héritière de Dorina, la 5ème déesse. L’homme de foi décide alors de la détenir protéger aux yeux du monde, la privant ainsi de ce qu’elle a de plus cher : sa liberté. Pendant sa captivité, elle fait la connaissance d’Astiran, jeune humain avec lequel elle se lie d’amitié. Les années passent et un soir Naid, son frère la retrouve et vient la délivrer en lui prouvant que le prêtre l’ayant recueilli ne la destinait en fait qu’à de sombres desseins, afin que le Roi puisse s’approprier ses pouvoirs de Déesse latents. Accompagnée par Naid et Astiran, Diphtil va alors partir dans une quête à travers le Royaume pour essayer de comprendre qui elle est et quel est son destin. Les compagnons de voyage ainsi que les péripéties se succèdent alors à un rythme effréné jusqu’à ce que les coïncidences et rencontres de Diphtil, prévues par les Dieux, lui fassent prendre conscience qu’elle n’est qu’une pièce sur un échiquier sans savoir quel est le véritable enjeu de la partie. Diphtil parviendra-t-elle à se soustraire à l’influence des dieux et maîtriser son destin ?


J’avais attendu tellement longtemps de lire cette histoire que fatalement il y a quelques éléments qui m’ont déçue. En lisant d’autres avis sur les Fleurs je ne peux qu’être d’accord avec les réflexions sur le langage soutenu de Diphtil (justifié par ses années passées à lire, seule, pendant toute sa jeunesse en captivité). Cela m’a un peu agacée au début (le mot « vénusté » clairement je ne vais pas m’y faire) mais on passe assez rapidement outre puisque cela confère une certaine ambiance au livre.

On peut clairement voir certaines références à Eragon ou à Harry Potter dans la création de la mythologie, même si celle-ci reste tout de même une création originale. Il y aurait énooooormément de choses à dire sur cette saga. J’ai nettement préféré la partie 2 à la partie 1, la première faisant plutôt office d’exposition de l’intrigue. La seconde était beaucoup plus intéressante, en termes de péripétie et de storylines. Les personnages et leurs ambiguïtés sont aussi beaucoup plus fouillés. Notons également que Diphtil devient un peu moins niaise dans cette seconde partie ce qui ne gâche pas le plaisir. Si j’étais un peu déçue par le côté mièvre de la première partie, la seconde ne se perd pas dans des serments d’amour éternel. Le monde créé par Ielenna est dur, sans pitié et notre petite Déesse ne sera pas épargnée.

Honnêtement malgré les quelques failles (qui ne représentent pas grand-chose au vu du travail fourni), cette histoire a tous les atouts pour se retrouver parmi les meilleures saga de Fantasy. Vous pouvez retrouver Ielenna sur Facebook et son site !


Il est difficile de donner un avis sur un roman aussi long, sur un univers qui me semble exploitable à l’infini tant il est riche. J’ai passé de merveilleux moments aux côtés de Diphtil et je vous conseille vraiment (vraiment!) d’aller découvrir l’écriture de Ielenna qui vaut plus qu’un bref détour (je ne parle même pas de l’excellent Ludo Mentis Aciem => histoire dispo ici!).

Nota Bene : A lire les yeux grand ouverts en écoutant Lindsey Stirling 🙂

Ma note : 


Date parution : 2017
ISBN : 97829560652527
Nb de pages : 493 pages (partie 1) + 626 pages (partie 2)

La vengeance des mères – Jim Fergus



Dans le but de favoriser l’intégration, un chef cheyenne, Little Wolf, propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers. Grant accepte et envoie dans les contrées reculées du Nebraska les premières femmes, pour la plupart « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays. En dépit de tous les traités, la tribu de Little Wolf ne tarde pas à être exterminée par l’armée américaine, et quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre.
Parmi elles, deux sœurs, Margaret et Susan Kelly, qui, traumatisées par la perte de leurs enfants et par le comportement sanguinaire de l’armée, refusent de rejoindre la « civilisation ». Après avoir trouvé refuge dans la tribu de Sitting Bull, elles vont prendre le parti du peuple indien et se lancer, avec quelques prisonnières des Sioux, dans une lutte désespérée pour leur survie.


Ce n’est pas l’attrait de la découverte mais le plaisir des retrouvailles que j’ai ressenti en lisant la suite de 1000 femmes blanches.

Même s’il est possible de lire ce tome sans avoir lu le précédent, il est tout de même conseillé d’avoir lu le premier pour bien comprendre les enjeux et le contexte de l’histoire. On quittait les carnets de May Dodd, morte après le carnage de l’armée américaine au sein du campement de Little Wolf. Il n’y aura que quelques rescapées après le massacre. Parmi elles, les sœurs Kelly, les tornades rousses qui ont vu périr sous leurs yeux leurs amies, maris et enfants. Elles n’ont désormais qu’une idée en tête: se venger. C’est viscéral. Un besoin, une nécessité.

Même en enfer, on sait pas ce que c’est, la vengeance d’une mère.

L’auteur nous raconte alors, à travers des carnets encore une fois (pourquoi changer une recette qui marche?), le périple de Meggy et Susie ainsi que celui de Molly, nouvelle forte figure féminine faisant partie d’un autre convoi de femmes blanches. A travers leurs portraits, leurs histoires, on nous transporte une nouvelle fois dans les coutumes indiennes, dans cette nature sauvage où les femmes ne cesseront d’essayer de prendre la place qui leur revient.

Moi, c’est Meggie Kelly, et avec Susie, ma sœur jumelle, on a décidé de prendre la plume. Un crayon, quoi. Il nous reste plus rien à nous, moins que rien. Le village de notre Peuple est détruit, tout ce qu’on avait a brûlé. Nos amis massacrés par les soldats… nos petites filles mortes de froid pendant cette horrible marche dans ces montagnes pleines de cailloux. C’est comme si on sentait plus rien, on est nous-mêmes à moitié mortes. Et de nous, ce qui reste, c’est nos cœurs, des cœurs de pierre maintenant. Maudit soit l’État américain ! Maudite soit son armée ! Cette humanité de sauvages, les Blancs comme les Indiens ! Et le bon Dieu dans les cieux ! Faut pas prendre ça à la légère, la vengeance d’une mère, vous allez voir ce que vous allez voir…



L’histoire sent peut-être un peu le réchauffé parce qu’au fond, l’histoire est tout de même moins trépidante que lors du premier tome mais l’auteur a un tel talent pour raconter ses histoires et nous emporter avec lui, aux côtés de ces femmes et de leur destin que je pense que cette suite mérite largement d’être lue, connue et reconnue.

Nota Bene : A lire au coin du feu, emmitouflé dans une peau de bison…

Ma note : 


Date parution : 22/09/16
ISBN : 9782749143293
Nb de pages : 464 pages

Portraits d’idoles – Frédéric Martinez



Six actrices.
Six stars hollywoodiennes.
Six idoles du XXe siècle.

L’histoire d’Ava Gardner, de Grace Kelly, de Norma Jeane alias Marilyn, de Rita Hayworth, d’Audrey Hepburn et d’Ingrid Bergman. Nous sommes dans les années 1950 à Hollywood, en Californie, où parfois la terre tremble. Les sirènes boivent des cocktails au bord des piscines. Condamnées au sourire, elles ont vendu leur âme aux studios. Le diable est dans le décor. C’est une histoire d’amour, avec des millions de spectateurs. Alors forcément, ce n’est pas une histoire simple.

Voici six portraits de femmes, où le sublime côtoie le pathétique et le tragique coudoie le comique, portés par la plume ciselée, et unique, de Frédéric Martinez.


Frédéric Martinez nous embarque dans une Odyssée folle avec le portrait de sa Vénus, Ava Gardner. De la petite fille qui grandit, anonyme, dans une famille modeste de Caroline du Nord, à la déesse qui fit tourner bien des têtes à Hollywood, il n’y eut que quelques années et des multiples prétendants. Mais celui que l’on retiendra c’est Franck Sinatra, avec lequel elle formera un couple mythique.

Franck aimait Ava. Elle non plus.

Tout est dit. Un amour passionné, destructeur que vivra cette sirène échouée sur les rivages alcoolisés, noyée par son succès. Ava a-t ’elle seulement été heureuse ? La beauté est-elle toujours un don de Dieu ? Il semblerait plutôt que son portrait soit celui d’une illusion, d’un fantasme parmi les hommes.

Direction Grace Kelly et son visage en porcelaine que l’on retrouve sur le couverture du livre. Cette poupée Hitcockienne jouera peut-être le plus grand rôle de sa vie, à corps perdu, en tant que princesse de Monaco. Elle renonce alors à son indépendance et à sa liberté. Beauté fragile, épiée comme un oiseau en cage par le monde entier, elle restera toujours, en un sens une icône inaccessible.

L’auteur nous propose ensuite une escale auprès d’Ingrid Bergman. Vive, intelligente et sûre d’elle. Ingrid a une idée bien précise de ce qu’elle veut dans la vie mais le rôle qu’elle avait peut-être le plus de mal à jouer c’était le sien. Rossellini, avec lequel elle vivra une histoire survoltée le comprendra bien en capturant son essence dans le magistral et moderne Stromboli, véritable documentaire de la vie de son égérie.

Vivre, c’était jouer. Entre les prises, il fallait être Ingrid Bergman.

Brève échappée vers Rita Hayworth. A-t-elle jamais pu être maîtresse de ses choix ? C’est le portrait qui m’a peut-être le plus touchée tant on sent sa détresse dans les ellipses, voulues, par l’auteur.

Son père lui avait volé son enfance, son mari lui volait sa vie, tout continuait.

La chasse aux trésors continue avec un diamant brut posé sur canapé. L’indémodable Audrey Hepburn avec son sourire malicieux et ses yeux espiègles. Véritable icône, élégante et sophistiquée. Pourtant, Audrey n’a pas connu une enfance facile, embarquée dans les tourments de l’Histoire et de la WW2, elle se réfugie dans les livres. Une vie exempte de scandale, teintée par l’amertume du destin des enfants qu’elle a vu déportés et de l’horreur de la guerre. C’est peut-être ce qui donnera un air mystérieux à son regard envoûtant.

Enfin, une arrivée à bon port avec celle qui entonnera la version la plus sensuelle de « Happy Birthday Mister President ». J’ai nommé Marilyn Monroe, cette étrange créature qui jonglera habilement entre son personnage de séductrice, fatale et celui de la ravissante idiote qui connaîtra un destin tragique.


J’ai beaucoup aimé cette galerie de portraits et la plume de F. Martinez qui propose ici un véritable exercice de style. Portraits d’idoles : Le titre est bien choisi. On les adule, on les adore, on les idol(âtre). Peut-être trop. La beauté a toujours fasciné même lorsqu’elle se fane et subit les affres du temps. Il ressort de ces portraits une violence, une cruauté des spectateurs qui scrutent et sacrent leurs reines de beauté puis attendent d’elles qu’elles soient à la hauteur de leur statut. N’oublions pas qu’il y avait des femmes, des personnes, derrière ces idoles. Des âmes qui ont ri, pleuré et aimé avant de se déliter sous le feu des projecteurs.

Nota Bene : A lire en prenant la pose comme une star de cinéma.

Ma note :


Editeur : PERRIN
Date parution : 15/10/15
ISBN : 9782262047191
Nb de pages : 400 pages

Margaret Atwood : Géante de la littérature adaptée sur le petit écran


Une fois n’est pas coutume, j’aimerai vous parler aujourd’hui de Margaret Atwood et de The Handmaid’s Tale (La servante écarlate) dont le livre va être adapté en série sur Hulu (la date de sortie est le 26 avril 2017)!

Je ne vais pas mentir, je n’ai pas (encore) lu La servante écarlate et je n’aurai sûrement pas le temps de le lire avant la diffusion de la série. Il est vrai que je suis plutôt du genre à lire les livres avant de voir les films/séries pour une multitude de raisons mais ici, je vais faire une exception: il y a une première à tout!

Si je ne connais pas ce roman, j’ai pu en lire de nombreuses critiques (accro à Babelio et aux autres blogs oblige!) et franchement c’est tout à fait le genre de lecture qui a l’air passionnante : une dystopie dans un monde de science fiction où règne la dictature et la peur absolue. Les femmes sont considérées comme des « ventres », des mères-porteuses qui subissent le bon vouloir des hommes et de la chaîne immuable du commandement. Par ce livre, Margaret Atwood y dénonce les dérives des systèmes totalitaires et je pense qu’il fait bon, en ces temps de présidentielles troublées, de lire ce genre d’ouvrages qui à mon avis est assez éclairant et fait figure de classique! Je ne sais pas vous mais moi je regarderai avidement la série (avec son casting de folie) et je lirai le livre dès que possible!

Le tueur aveugle

Il aurait été un peu facile de faire un article « je ne sais pas de quoi je parle mais je conseille quand même par principe » donc je vais m’efforcer de faire un petit point sur l’auteur qui, je le rappelle, ne sort pas de nulle part et a de nombreux chefs-d’oeuvre à son actif!

tueur aveugleJ’avais lu Le tueur aveugle l’été dernierC’est un livre assez perturbant mais qui m’a beaucoup plu. En même temps, c’est bien parfois de se faire un peu violence et de lire quelque chose de différent, qui prend aux tripes. Un livre dont on se souviendra et qui ne restera pas qu’un souvenir périssable prenant la poussière sur son étagère.

« Pour qui est-ce que j’écris ceci? […] 

Peut-être que je n’écris pour personne? Peut-être est-ce pour la personne à qui les enfants écrivent quand ils gribouillent leurs noms dans la neige? »

Ce livre là c’est une véritable saga familiale, l’histoire d’une époque depuis la fin du 19ème, de la décadence d’une famille, une histoire dans une histoire, celle du « tueur aveugle » récit imaginé par la soeur suicidée de l’héroïne. C’est un de ces pavés comme je les aime, remarquablement bien écrit, fouillé, détaillé et impossible à lâcher. Une vraie perle 🙂

Les livres de M. Atwood valent donc le détour et j’espère que cette série augmentera the brand awareness (cf. restes de cours de mkt) et qu’elle se fera plus largement connaître et reconnaître du grand public! 🙂