Frappe-toi le coeur – Amélie Nothomb

9782226399168-j

SynopsisV2

« Frappe-toi le coeur, c’est là qu’est le génie » – Alfred de Musset

MonavisV2

C’est avec un plaisir tout particulier que je lis ce nouveau Nothomb, avec un peu de retard, vie de folie oblige. J’en profite pour remercier la géniale Marie D. qui m’a offert ce livre et qui, par la même occasion, a refait ma journée!

« L’enfer est pavé de bonnes intentions ; semblablement, les intentions les plus mesquines peuvent être à l’origine de joies sincères.« 

Cette histoire est tout d’abord celle de Marie, jeune femme de 19 ans, qui est belle et qui le sait. Ce n’est pas tant dans sa beauté qu’elle trouve sa jouissance mais dans le fait d’observer l’envie, la jalousie dans les yeux des autres filles de sa petite ville de province. Lorsqu’elle tombe enceinte et  réalise que son entourage ressent une joie bienveillante à la perspective de sa maternité future, et que, pire que cela, on trouve sa fille presque « plus belle qu’elle », Marie est furieuse et décide, inconsciemment peut-être, de refuser à sa fille Diane, l’amour qu’elle aurait été en droit de recevoir.

Elle lui ferme son coeur de manière irrémédiable. La petite Diane, comme tous les enfants (ainsi que le rappelle Amélie Nothomb lors de son invitation pour présenter son livre à LGL), cherche alors à se faire une explication du monde cohérente. Si sa mère ne l’aime pas c’est parce qu’elle est jalouse. Tout simplement. Marie tombe à nouveau enceinte, d’un garçon cette fois. Surprise, elle semble l’aimer et lui accorder de l’attention. Diane se fait une raison. C’est normal, c’est parce que son frère est un garçon. Et puis Marie tombe enceinte. Encore. D’une fille. Et cette fois elle ne se contente pas d’aimer la petite Célia, elle l’adore, la cajole à l’extrême. Pour Diane c’est la douche froide. Comment vivre, comment exister dans un monde où sa mère ne l’aime pas sans aucune raison valable?

On suit alors Diane dans ses péripéties, dans une vie estudiantine où elle décide de devenir médecin et se passionne pour la cardiologie suite à la rencontre providentielle avec un médecin. Ce qui n’est pas un hasard pour une fille dont le coeur a été lacéré par sa propre mère. Mais, comme l’explique Amélie Nothomb avec beaucoup de finesse, une fille ne peut pas s’échapper éternellement de l’emprise de sa mère et recherchera nécessairement une mère parodique, qui souvent sera encore pire que la précédente. Je ne vous révèle pas l’engrenage terrible dans lequel va tomber Diane (histoire de préserver un peu le suspense) mais ça vaut le coup promis!

« – Ton amie est très belle, mais elle tire la gueule en permanence, disait-on à Elizabeth.
– C’est pour se donner un genre, répondait-elle.
Le genre plut. Les prétendants accouraient; c’était à qui parviendrait à lui arracher un sourire. Personne n’y arriva. »

Je ne ferai pas de commentaires sur le style de l’auteure qui est peut-être, après sa personnalité décalée, le meilleur argument pour vous dire de lire ce livre!

EnconclusionV2

C’est lorsque l’on regarde ce livre avec le portrait de l’auteure en couverture et une citation (qui n’est même pas d’elle!! ) en guise de résumé qu’on réalise encore une fois, que notre célèbre Amélie Nothomb n’a même plus besoin de promotion. On sait que l’on va aimer avant même d’avoir commencé. Mais parmi ses pépites il y en a qui brillent plus que les autres et je pense que celle-ci en fait partie. Encore un bravo à la dame au chapeau.

Nota Bene : A lire avec doigté et précision, comme un chirurgien pratiquant une opération à coeur-ouvert.

Ma note :13686698_10153604164167413_8360219448355853944_n


Editeur : ALBIN MICHEL
Date parution : 23/08/17
ISBN : 9782226399168
Nb de pages : 169 pages

Publicités

Kafka sur le rivage – Haruki Murakami

36681235

SynopsisV2

Magique, hypnotique, Kafka sur le rivage est un roman d’initiation où se déploient, avec une grâce infinie et une imagination stupéfiante, toute la profondeur, la richesse de Haruki Murakami. Une œuvre majeure qui s’inscrit parmi les plus grands romans d’apprentissage de la littérature.

Kafka Tamura, quinze ans, fuit sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui.
Nakata, vieil homme simple d’esprit, décide lui aussi de prendre la route, obéissant à un appel impérieux, attiré par une force qui le dépasse.
Lancés dans une vaste odyssée, nos deux héros vont croiser en chemin des hommes et des chats, une mère maquerelle fantomatique et une prostituée férue de Hegel, des soldats perdus, un inquiétant colonel, des poissons tombant du ciel, et encore bien d’autres choses… Avant de voir leur destin converger inexorablement, et de découvrir leur propre vérité.

MonavisV2

Il est assez difficile pour moi de rédiger cette chronique tant ce livre a pu être différent de ceux que j’ai eu l’occasion de lire ces derniers mois.

J’y appose une grille de lecture qui m’est très personnelle. Ce récit d’apprentissage onirique étant fait de métaphores et de symboles, je suppose que chacun y trouvera quelque chose de différent. Cela sera sûrement également mon cas lorsque je le relirai dans quelques années parce que je ne verrai plus la vie de la même manière, j’aurai fait de nouvelles expériences et les mots d’Haruki Murakami résonneront autrement en moi.

C’est la raison pour laquelle l’interprétation que j’en donne ici n’est pas nécessairement la bonne. D’ailleurs, je ne pense pas qu’au fond, il y ait une bonne interprétation (bonne au sens vraie). C’est ça qui fait la force de ce livre. Chacun peut y trouver ce qu’il est venu y chercher, consciemment ou pas.

« Quand on cherche désespérément quelque chose, on ne le trouve pas. Et quand on s’efforce d’éviter quelque chose, on peut être sûr que ça va venir vers nous tout naturellement »

Ce qui a été ouvert doit être fermé. Si je devais résumer ce livre en une phrase, ça serait celle-ci. Ce n’est sûrement pas la plus poétique ni la plus belle mais elle fait écho en moi parce que j’ai cette vague impression qu’elle résume ce livre si compliqué à résumer. Ce qui a été ouvert doit être fermé.

Pour moi ce livre raconte le cheminement que tout à chacun doit accomplir pour se libérer de son passé, de ses entraves et devenir soi-même, trouver son identité.

Kafka Tamura, jeune garçon de 15 ans, abandonné par sa mère partie avec sa sœur ainée, et délaissé par un  père qui ne l’aime pas, décide de partir de chez lui et de faire une fugue. Il s’y prépare consciencieusement avec le garçon nommé Corbeau (que j’interprète comme la voix intérieure qui lui insuffle courage et détermination). Son but est de trouver refuge dans une bibliothèque pour pouvoir y lire à loisir et échapper entre autre à la terrible prédiction œdipienne professée par son père (tu tueras ton père et tu coucheras avec ta mère et ta sœur).

S’ensuit alors un voyage où Kafka (ce n’est pas son prénom d’origine mais celui qu’il s’est choisi – il y aurait d’ailleurs beaucoup à dire sur ce sujet !) essaiera d’échapper à cette malédiction tout en s’efforçant inconsciemment de la réaliser (en couchant avec celles qu’il considère symboliquement comme sa mère et sa sœur). Au cours de son périple, il arrivera dans une bibliothèque, symbole de la mémoire dans laquelle les livres représentent le passé et les souvenirs. Kafka y cherchera sans doute les réponses à ses questions existentielles : pourquoi sa mère l’a-t-elle abandonné ? Mademoiselle Saeki, femme dont il devait nécessairement tomber amoureux, est-elle sa mère ?

Je me permets ici un petit point sur le personnage de Mademoiselle Saeki que j’ai trouvé fascinant. C’est peut-être une des pierres angulaires du livre. Une de celles qui est entrée mais qui n’est pas totalement sortie. Mademoiselle Saeki a perdu son amour de jeunesse, évènement traumatisant à la suite duquel elle n’a plus jamais vraiment été la même. C’est comme si ce jour-là, la jeune fille pleine de vie qu’elle était pendant les jours heureux de ses quinze ans l’avait abandonnée, restant coincée dans les limbes, dans cet ailleurs à peine perceptible, dans ce lieu de mémoire entre le vie et la mort ou Kafka peut percevoir à la fois la jeune fille qu’elle a été et la femme qu’elle est aujourd’hui. Il y aurait, là-encore, beaucoup à dire sur Mademoiselle Saeki, touchante à de multiples niveaux.

Kafka poursuivra sa quête, son cheminement personnel (la forêt labyrinthique), se perdra dans ses souvenirs, dans une vie n’étant qu’hypothèses et possibilités mais il décidera, au contraire d’Orphée, de ne pas se retourner et de laisser Eurydice derrière lui. Il faut fermer ce qui a été ouvert. Il faut laisser Eurydice de l’autre côté, sa mère, sa sœur, le souvenir de Mademoiselle Saeki. Kafka doit les laisser pour se retrouver, à son réveil, dans un monde complètement différent.

L’histoire de Kafka n’aurait pas été si puissante et si onirique (malgré la somme astronomique de symboles distillés tout au long du livre) sans les péripéties en parallèle de  Nakata, vieil homme un peu simplet (au premier abord) qui lui aussi chemine dans cette quête identitaire, quête dont il n’a que vaguement conscience.

Voyez-vous, Nakata n’est pas un vieil homme comme les autres. Il est entré mais il n’est jamais vraiment ressorti. Lors d’un évènement inexplicable au Japon lors de la seconde guerre mondiale, un groupe d’enfants a perdu connaissance dans la forêt et s’est réveillé quelques minutes plus tard sans le moindre souvenir de ce qui leur était arrivé et sans aucunes séquelles apparentes. Tous sauf un. Nakata est resté de l’autre côté, dans le coma, pendant quelques semaines et s’est réveillé complètement vide. Ses souvenirs effacés comme une bibliothèque sans livres.

« Nous perdons tous sans cesse des choses qui nous sont précieuses, déclare-t-il quand la sonnerie du téléphone a enfin cessé de retentir. Des occasions précieuses, des possibilités, des sentiments qu’on ne pourra pas retrouver. C’est cela aussi, vivre. Mais à l’intérieur de notre esprit – je crois que c’est à l’intérieur de notre esprit -, il y a une petite pièce dans laquelle nous stockons le souvenir de toutes ces occasions perdues. Une pièce avec des rayonnages, comme dans cette bibliothèque, j’imagine. Et il faut que nous fabriquions un index, avec des cartes de références, pour connaître précisément ce qu’il y a dans nos cœurs. Il faut aussi balayer cette pièce, l’aérer ; changer l’eau des fleurs. En d’autres termes, tu devras vivre dans ta propre bibliothèque »

Il devient alors cet homme un peu simplet, décalé, qui voit le monde d’une manière totalement différente (est-il simplet pour autant ? Là est toute la question). Il gagne cependant la faculté de pouvoir converser avec les chats et suite à une série d’évènements improbables en vient à quitter son quartier natal pour s’embarquer dans une aventure dont il ne connait pas la fin. Il sait juste qu’il doit aller quelque part pour aller faire quelque chose d’important. Aller où et faire quoi ? Il ne sait pas. Il le saura au moment venu. Il en est convaincu et parvient presque à nous en convaincre aussi, en même temps que Hoshino, son compagnon de voyage qui, d’individu rationnel, parvient peu à peu à lâcher prise et à accepter l’étrange et l’incongru.

« Même si j’y comprends que dalle, je fais ce que vous me dites, comme vous me le dites. J’ai pris conscience de ça hier soir. Je me suis dit qu’il était inutile de me poser des questions normales à propos de trucs qui ne le sont pas. »

EnconclusionV2

Bref, je pourrai parler de ce livre pendant des heures tant il est intéressant, riche et complexe. Merci à Cyntia de me l’avoir fait découvrir. J’en ressors différente et c’est pour moi la caractéristique d’un grand livre.

Nota Bene : A lire en écoutant le chant envoûtant de Mademoiselle Saeki qui chante « Kafka sur le Rivage ».

Ma note :lovediit


Editeur : BELFOND
Date parution : 05/01/06
ISBN : 9782714440419
Nb de pages : 624 pages

La Candeur de la Rose – Ielenna

SynopsisV2

Si seulement j’avais su combien ma vie allait basculer.Comment l’enfer m’aurait enchaînée.
Si seulement j’avais pu entrevoir les rouages du destin.Les rencontres comme les pièges, les obstacles comme les révélations.
Si j’avais su mieux distinguer bontés et malveillances.Amours, amitiés ou loyautés.

Cette histoire serait tout autre. Mon histoire.
Preuve que même les Dieux ne peuvent tout savoir.​
Rare rescapée du massacre de son village natal, Diphtil, une jeune fille du peuple de l’Air, est sauvée en territoire ennemi grâce au symbole étrange qu’elle porte sur le front. Elle serait la cinquième fille de la Déesse Aveugle. Séquestrée dans un monastère et manipulée par le prêtre Sarïn qui compte la livrer au roi une fois ses pouvoirs éveillés, elle est libérée par son frère, Naid, qui la persuade de partir avec lui.
Sauf que les terres de l’Edenor sont semées de dangers et que la cruauté de certaines personnes, hantées par la haine et la guerre, s’opposent à la candeur de Diphtil, avide de découvrir ce monde dont elle a si peu joui.
Mais avant tout, elle veut échapper à son destin. Est-ce possible, lorsque l’on est vouée à devenir une Déesse ?

MonavisV2

Bon. La Candeur de la Rose, premier tome en deux parties des Chroniques des fleurs d’Opale. Plus de 1 000 pages. Un BON-HEUR !

Cela faisait quelques mois que j’attendais de tenir ces livres entre mes mains avides grâce au teasing excellemment maitrisé de Sainte Ielenna. J’ai pu avoir les livres Samedi et il ne m’a fallu que quatre jours pour dévorer ces deux tomes. Il y a cependant quelques effets secondaires à cette lecture je tiens à le préciser

  • Un regard un peu vague parce que l’on ne peut s’empêcher de rêvasser au monde qu’elle a créé
  • Quelque bleus pour être rentrée dans de pauvres individus qui ont dû se demander quel était mon problème à m’obstiner à lire ce pavé en marchant à deux à l’heure dans la rue
  • Louper mon arrêt de tram (bon ça c’est un classique).

Donc pour ceux qui ne l’auraient pas compris, ce livre est un véritable page-turner ! (avantage qui compense ces rares inconvénients !)

L’histoire a une trame assez classique pour le genre et reprend les codes de la Fantasy (j’étais donc RA-VIE !). On a même une petite carte, un arbre généalogique toussa toussa (c’est très mauvais pour ma santé mentale, je risque de devenir aussi pointilleuse sur les détails de cette série que pour Harry Potter – ceux qui me connaissent voient donc l’ampleur du problème et savent à quel point la situation est critique). Critique dans le bon sens hein 🙂

george+wink+pt+1.gif

Revenons-en à l’histoire. Elle se déroule dans un monde dans lequel coexistent quatre peuples descendant respectivement des dieux représentant les 4 éléments (eau, terre, air, feu). Si autrefois, la paix régnait entre les peuples, désormais ils se déchirent dans des guerres intestines, notamment celle opposant les humains (fils de la Terre) et les Neltiad (fils de l’Air). C’est d’ailleurs au cours d’un raid d’humains dans son village que Diphtil, une jeune Neltiad, assiste au massacre de son peuple et ne peut que grâce à une bonne dose de chance réussir à s’échapper (ce qui ne sera pas la cas de sa mère).

Séparée dans sa fuite de son petit frère Naid, elle parvient à se réfugier dans une église où un prêtre la reconnait grâce à la marque qu’elle porte sur son front (ça vous rappelle quelqu’un ?) comme l’héritière de Dorina, la 5ème déesse. L’homme de foi décide alors de la détenir protéger aux yeux du monde, la privant ainsi de ce qu’elle a de plus cher : sa liberté. Pendant sa captivité, elle fait la connaissance d’Astiran, jeune humain avec lequel elle se lie d’amitié. Les années passent et un soir Naid, son frère la retrouve et vient la délivrer en lui prouvant que le prêtre l’ayant recueilli ne la destinait en fait qu’à de sombres desseins, afin que le Roi puisse s’approprier ses pouvoirs de Déesse latents. Accompagnée par Naid et Astiran, Diphtil va alors partir dans une quête à travers le Royaume pour essayer de comprendre qui elle est et quel est son destin. Les compagnons de voyage ainsi que les péripéties se succèdent alors à un rythme effréné jusqu’à ce que les coïncidences et rencontres de Diphtil, prévues par les Dieux, lui fassent prendre conscience qu’elle n’est qu’une pièce sur un échiquier sans savoir quel est le véritable enjeu de la partie. Diphtil parviendra-t-elle à se soustraire à l’influence des dieux et maîtriser son destin ?

*

J’avais attendu tellement longtemps de lire cette histoire que fatalement il y a quelques éléments qui m’ont déçue. En lisant d’autres avis sur les Fleurs je ne peux qu’être d’accord avec les réflexions sur le langage soutenu de Diphtil (justifié par ses années passées à lire, seule, pendant toute sa jeunesse en captivité). Cela m’a un peu agacée au début (le mot « vénusté » clairement je ne vais pas m’y faire) mais on passe assez rapidement outre puisque cela confère une certaine ambiance au livre.

On peut clairement voir certaines références à Eragon ou à Harry Potter dans la création de la mythologie, même si celle-ci reste tout de même une création originale. Il y aurait énooooormément de choses à dire sur cette saga. J’ai nettement préféré la partie 2 à la partie 1, la première faisant plutôt office d’exposition de l’intrigue. La seconde était beaucoup plus intéressante, en termes de péripétie et de storylines. Les personnages et leurs ambiguïtés sont aussi beaucoup plus fouillés. Notons également que Diphtil devient un peu moins niaise dans cette seconde partie ce qui ne gâche pas le plaisir. Si j’étais un peu déçue par le côté mièvre de la première partie, la seconde ne se perd pas dans des serments d’amour éternel. Le monde créé par Ielenna est dur, sans pitié et notre petite Déesse ne sera pas épargnée.

Honnêtement malgré les quelques failles (qui ne représentent pas grand-chose au vu du travail fourni), cette histoire a tous les atouts pour se retrouver parmi les meilleures saga de Fantasy. Vous pouvez retrouver Ielenna sur Facebook et son site !

EnconclusionV2

Il est difficile de donner un avis sur un roman aussi long, sur un univers qui me semble exploitable à l’infini tant il est riche. J’ai passé de merveilleux moments aux côtés de Diphtil et je vous conseille vraiment (vraiment!) d’aller découvrir l’écriture de Ielenna qui vaut plus qu’un bref détour (je ne parle même pas de l’excellent Ludo Mentis Aciem => histoire dispo ici!).

Nota Bene : A lire les yeux grand ouverts en écoutant Lindsey Stirling 🙂

Ma note : 

lovediit


Editeur : GRAPHEIN EDITIONS
Date parution : 2017
ISBN : 97829560652527
Nb de pages : 493 pages (partie 1) + 626 pages (partie 2)

Mille femmes blanches – Jim Fergus

femmes-blanches

SynopsisV2

En 1874, à Washington, le président Grant accepte la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du peuple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart viennent en réalité des pénitenciers et des asiles… L’une d’elles, May Dodd, apprend sa nouvelle vie de squaw et les rites des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l’alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, elle assiste à l’agonie de son peuple d’adoption…

MonavisV2

A chaque fois c’est la même magie qui opère. Je suis émerveillée par cette capacité qu’ont les livres de nous faire voyager et de nous emmener dans des époques et des lieux qui nous paraissent ensuite aussi familiers que des souvenirs enfouis au creux de notre mémoire.

Cette histoire est peut-être un des plus beaux souvenirs qu’a déterré Jim Fergus: un souvenir qui sent le vent des plaines du Montana et les balades à cheval dans des prairies verdoyantes, un souvenir ancré à la fin du 19ème dans cette époque si particulière qui marque l’histoire de l’Amérique. On est en 1874. Le président Ulysses Grant lance une mission pour le moins incongrue qui est l’objet des moqueries et des spéculations les plus folles: la mission FBI « Femmes Blanches pour les Indiens ».

Tel est le nom de code porté par ce programme secret décidé entre le président des Etats-Unis et Little Wolf, le grand chef Cheyenne. Le deal? Echanger mille femmes blanches contre la quantité équivalente de chevaux pur-sangs. L’objectif étant de perpétuer la lignée du peuple Cheyenne qui s’éteint progressivement et de faire en sorte que les deux peuples puissent à terme vivre dans une certaine harmonie.

On comprend vite que le deal ne sera jamais totalement respecté. L’issue de l’histoire est inévitable et on sait que le peuple Cheyenne terminera sa vie dans les réserves, ravagées par la pauvreté et l’alcoolisme. L’Histoire était déjà en marche avant même que l’échange ne soit effectué nous raconte May Dodd dans l’un de ses nombreux carnets qu’elle a tenu consciencieusement pendant presque une année auprès de son mari Little Wolf.

C’est en effet par l’intermédiaire de May Dodd, une des femmes du premier convoi de la mission FBI que l’on découvre les dessous de cette étrange transaction. Enfermée dans un asile car elle avait commis le pécher d’aimer la mauvaise personne elle est traitée comme une nymphomane. Pour procéder à l’échange, l’administration américaine a fait appel principalement aux folles et femmes de petites vertu qui se portaient « volontaires ». Volontaires avec d’ENOOOOOORMES guillemets car pour la plupart d’entre elles cet échange n’était qu’une opportunité pour échapper à une vie sinistre faite de sévices et injures.

Franchement, vu la façon dont j’ai été traitée par les gens dits civilisés, il me tarde finalement, d’aller vivre chez les sauvages.

May n’est peut-être pas la plus représentative des femmes dépêchées dans cette mission mais elle permet, grâce à ses écrits, de faire un portrait de la société, des femmes qui sont infantilisées et dont les vies ne semble qu’être une accumulation de drames et de violence.  Elle voit en ce projet une occasion de s’échapper de l’asile et l’on découvre par ses yeux, à la manière d’apprentis ethnologues, le mode de vie des Indiens et le statut si particulier des femmes blanches.

Cette plongée au coeur d’un camp Indien a été riche d’enseignements quant à leurs croyances et leurs modes de vie. On apprend avec May que l’eau est vivante et qu’il ne faut pas utiliser l’eau de la veille, que les prénoms sont donnés par rapports aux accomplissements de chacun. On y découvre aussi le fléau de l’alcool, la difficulté de communiquer avec un peuple qui ne parle ni sa langue ni ne partage les mêmes conventions. Au fur et à mesure, on comprend la richesse de ce peuple qui était dépeint comme un peuple de sauvages et barbares par les blancs. Avec humilité, on redonne aux Indiens (malgré un léger manichéisme) la place qu’ils méritent: celle d’un peuple incompris qui a été traité comme le nouvel esclave de l’homme blanc.

Je ne peux m’empêcher de penser une fois de plus que l’homme est bel et bien une créature brutale et imbécile. Est-il une autre espèce sur terre qui tue pour le plaisir ?

May apprendra malgré les aléas de sa courte vie à gagner sa liberté, ou du moins à échapper, même provisoirement, à la folie des hommes.

EnconclusionV2

Un livre magnifique qui promet une immersion totale en terre inconnue. Jim Fergus a écrit une suite: La vengeance des mères. Il me tarde de la découvrir tant j’ai été emportée par ce premier tome.

Nota Bene : A lire habillée en squaw, les cheveux au vent en galopant à toute vitesse dans les grandes plaines du Montana.
lovediit


Editeur : POCKET
Date parution : 05/05/11 (NED)
ISBN : 9782266217460
Nb de pages : 512 pages

Donato Carrisi, le maître du suspense

Il ne vous aura pas échappé que nous sommes en Octobre et qu’Octobre c’est le mois… roulement de tambour… d’Halloween! Halloween étant selon Le Petit Crayon (selon moi donc) considéré comme le meilleur jour de l’année, il fallait marquer l’évènement (rassurez-vous on fera aussi un petit article spécial Noël… cadeaux sapin Jésus guirlandes et compagnie). Comme vous pourrez le remarquer je fais généralement preuve d’un optimisme modéré à l’approche de cette “fête” de fin d’année mais, comme cette échéance n’est pas prête d’arriver, concentrons nous plutôt sur quelque chose de positif: l’Halloween cher à mon coeur (avec le super visuel de Cyntia!)

halloween

Pour mon deuxième focus auteur, après la dame au chapeau, j’ai choisi de vous parler de Donato Carrisi, LE maître du suspense et du thriller. Ayant été biberonnée aux Agatha Christie, Maxime Chattam etc dès le plus jeune âge je suis une fine connaisseuse du genre mais il faut reconnaître que je n’ai jamais été autant saisie par un thriller qu’à la lecture du dyptique de Donato Carrisi (à quand le tome 3 d’ailleurs??? Par pitié faites qu’il y ait un tome 3). Même si vous ne l’avez jamais lu vous n’êtes surement pas passé à côté de ses couvertures représentant des visages de poupées en porcelaine creepy à souhait (ou sinon vous vivez sur une autre planète)! Avant de vous faire le petit débrief de quelques bijoux de l’amico Donato (appelons le par son petit prénom #familiarité) faisons un récap de sa bio qui est elle aussi fort intéressante et apporte un éclairage lumineux sur son oeuvre.


Tout d’abord un petit mot sur l’auteur

donatocarrisi

J’adore ce portrait avec son petit sourire au coin du style “je ne fais pas qu’écrire des livres sur des sérial killer si vous saviez hahaha” *rire diabolique* La photo est donc réussie car il cultive son aura mystérieuse (espérons que ça ne soit qu’une aura cela dit en passant).

Donato Carrisi. Italien, né en 1973 (je vous laisse faire le calcul), je n’ai pas été faire la fouine sur tous les sites qui parlent de lui pour connaître sa bio en détail MAIS le point à retenir c’est qu’il a fait des études en criminologie et sciences du comportement. Et ça se ressent parfaitement dans son écriture. Donato sait de quoi il parle. Il est très pédagogue sans avoir ce côté prof qui explique tout ou ce côté technicien qui utilise des termes incompréhensibles pour mettre de la poudre aux yeux.

Carrisi est un prestidigitateur de génie mais c’est dans la construction de ses intrigues qu’il opère son tour de magie.

Il est à noter qu’il a reçu pour “Le Chuchoteur” (j’adore le titre italien “il suggeritore”) le prix polar SNCF et si j’en crois mon expérience c’est généralement un bon indicateur de la qualité d’un roman. (cf. l’excellentissime « Avant d’aller dormir »de SJ Watson).

Le but n’étant pas d’être exhaustive vous pourrez trouver plus d’infos sur Wikipédia ou sur son site (je suis gentille je vous ai mis les liens bande de feignasses).


La série du Chuchoteur

chuchoteur

Il y a certains thrillers qui nous emportent dès la première ligne. Cela  a été le cas  pour moi avec cette série magistrale.

L’intrigue du chuchoteur est glauque à souhait, 5 petites filles ont disparu, 5 petites fosses ont été creusées dans la clairière, au fond de chacune d’elles un petit bras a été trouvé, le gauche. Un sixième appartenant à une victime inconnue est retrouvé dans une sixième fosse. L’équipe en charge de l’enquête appelle Mila Vasquez, spécialiste des affaires d’enlèvement pour retrouver à temps la dernière victime. Je crois que j’ai retenu mon souffle pendant toute la lecture de ce roman. Carrisi tourne et retourne la situation dans tous les sens dans des intrigues à tiroirs qui s’encastrent parfaitement dans une intrigue plus générale. Le style est cash, documenté, précis. On ressort de cette lecture en réalisant que l’on vient de lire un chef d’oeuvre magistral. “Dieu se tait, le diable murmure”.

Le second tome remet en scène Mila, cette héroïne dépourvue d’empathie. Sept ans plus tard, elle porte encore sur elle les stigmates de l’affaire du Chuchoteur. L’intrigue, là-encore est saisissante et dès les premières pages on frissonne d’horreur et de plaisir. Le second tome traite du thème des disparitions. Lorsqu’il s’agit d’enfants on pense à une fugue où à un enlèvement mais il existe une autre catégorie de personnes qui disparaissent, des personnes qui partent comme ça du jour au lendemain et changent de vie sans laisser de traces. Ici, dans “Les limbes”, Mila cherche dans les visages, partout, la trace de ces personnes disparues. Mais un jour, ils se mettent à réapparaître et à commettre des meurtres. Encore une intrigue magistrale où l’auteur nous balade comme des marionnettes jusqu’à la fin. Oh mon dieu la fin. Que dire sinon que cette série est un incontournable.

Le simple fait de rédiger cet article me donne une terrible envie de connaitre la suite! C’est affreux de ne pas avoir de date de sortie (si vous voulez en terme de frustration c’est équivalent à l’attente d’une nouvelle saison de GOT multipliée par 6,66). Je vous conseille donc, si vous voulez vous mettre au Carrisi d’acheter/d’emprunter/de lire Le chuchoteur et L’écorchée en même temps parce que inévitablement vous aurez besoin de lire la suite MAIS il y a un pendant négatif…. l’intrigue finale reste en suspens…

A quand un troisième tome? (ceci est clairement un appel désespéré à l’auteur – Donato si tu me lis…)


Il serait malhonnête de réduire cet incroyable auteur uniquement à cette série mais je trouve que c’est la plus réussie. Vous pouvez également découvrir Malefico et le Tribunal des âmes que j’ai personnellement moins aimé. Pour avoir regardé le teaser de La fille dans le brouillard, ce nouvel opus me paraît prometteur mais sera-t-il à la hauteur du chuchoteur? Suspense!!

Suspense relatif car je publierai sa chronique dans quelques jours !

Les vies de papier – Rabih Alameddine

1507-1

 

SynopsisV2

Aaliya Saleh, 72 ans, les cheveux bleus, a toujours refusé les carcans imposés par la société libanaise. À l’ombre des murs anciens de son appartement, elle s’apprête pour son rituel préféré. Chaque année, le 1er janvier, après avoir allumé deux bougies pour Walter Benjamin, cette femme irrévérencieuse et un brin obsessionnelle commence à traduire en arabe l’une des œuvres de ses romanciers préférés : Kafka, Pessoa ou Nabokov.

À la fois refuge et « plaisir aveugle », la littérature est l’air qu’elle respire, celui qui la fait vibrer comme cet opus de Chopin qu’elle ne cesse d’écouter. C’est entourée de livres, de cartons remplis de papiers, de feuilles volantes de ses traductions qu’ Aaliya se sent vivante.

Cheminant dans les rues, Aaliya se souvient ; de l’odeur de sa librairie, des conversations avec son amie Hannah, de ses lectures à la lueur de la bougie tandis que la guerre faisait rage, de la ville en feu, de l’imprévisibilité de Beyrouth.

Roman éblouissant à l’érudition joueuse, célébrant la beauté et la détresse de Beyrouth, Les Vies de papier est une véritable déclaration d’amour à la littérature.

MonavisV2

Sans hésitation mon coup de coeur de cette rentrée littéraire. Rabih Alameddine nous emporte, nous transporte au Liban dans le quotidien d’Aaliya, une vieille femme de 72 ans qui a une routine bien particulière. Chaque année, le premier janvier, alors que certains s’appliquent à prendre de bonnes résolutions ou essaient désespérément de récupérer des excès de la veille, Aaliya elle, choisit selon des règles bien précises un roman, écrit en anglais ou en français, qu’elle traduira en arabe au cours de l’année à venir. Son manuscrit terminé et corrigé elle rassemblera ses feuillets et les rangera précautionneusement dans un carton. Ce rituel qu’elle respecte scrupuleusement depuis ses 22 ans rythme sa vie dans une routine plaisante, rassurante, qui contraste presque avec l’incertitude de la ville dans laquelle elle a grandi, sa Beyrouth chérie, à vif, écorchée par les guerres.

Beyrouth est l’Elizabeth Taylor des villes: démente, magnifique, vulgaire, croulante, vieillissante et toujours en plein drame. Elle épousera n’importe quel prétendant énamouré lui promettant une vie plus confortable, aussi mal choisi soit-il.

Elle nous raconte à travers ses digressions ses voisines qui se réunissent chaque matin sur le palier autour d’un café pour se raconter les potins du quartier. Elle nous raconte Hannah, la seule véritable amie qu’elle aie jamais eue. Elle nous raconte aussi sa mère, cette femme dure et fière qu’elle n’aura jamais comprise, qu’elle n’aura jamais autant connue que la mère de  la Lolita de Nabokov. Mais ce qu’elle nous raconte surtout c’est son amour inconditionnel pour les livres et la littérature, le sentiment de plénitude qu’elle éprouve lorsqu’elle communie avec les écrits des grands maîtres. Dès lors, elle n’est plus seulement Aaliya, elle n’est plus une petite libraire ordinaire. Elle accède le temps d’un livre ou d’une traduction aux secrets des Dieux.

La littérature est mon bac à sable. J’y joue, j’y construis les forts et mes châteaux, j’y passe un temps merveilleux. C’est le monde à l’extérieur de mon bac à sable qui me pose problème. (…) Pour filer cette métaphore sableuse, si la littérature est mon bac à sable, alors le monde réel est mon sablier- un sablier qui s’écoule grain par grain. La littérature m’apporte la vie, et la vie me tue. Enfin, la vie tue tout le monde.

C’est un livre tellement riche car rempli de références. Je n’en connaissais pas la plupart mais j’ai été touchée par son amour des mots. Cette vieille dame m’a donné envie de lire, encore et toujours. Envie de découvrir ces myriades d’ouvrages et de poèmes qui ont façonné sa vie et qui ont été ses véritables compagnons de voyage. Cette multitude de références, tous ces auteurs cités au long du livre n’ont absolument pas pour but de montrer l’érudition de l’auteur (malheureux écueil dans lequel tombent certains). Ici c’est nécessaire parce que Aaliya considère la vie, considère SA vie, à travers le prisme de ses lectures. En un sens Lolita, Camus, les personnages et les auteurs sont aussi réels que les personnes tangibles qui l’entourent. Ce n’est pas parce que ce sont des vies de papier qu’il faut en conclure qu’elles ne sont pas réelles

EnconclusionV2

Un roman magnifique. Vraiment. Le témoignage d’une femme qui aura vécu des milliers de vies, la sienne tangible et les autres, toutes ces vies de papier.

UPDATE 26/10/16: Roman lauréat du prix Fémina 2016 🙂

lesviesdepapier

A lire à l’ombre d’un cèdre ou bien dans le silence solennel d’une bibliothèque en écoutant la musique des mots de Rabih Alameddine

13686698_10153604164167413_8360219448355853944_n

 


Editeur : ESCALES
Date parution : 25/08/16
ISBN : 9782365692069
Nb de pages : 304 pages

Harry Potter and the Cursed Child – JK Rowling

51SW8VHeQjL

« The eighth story. Nineteen years later »

 

myopinion

Let’s ride the Hogwart Express one more time!

Potter and I go way back! The mere fact of touching the cover of this new volume gave me the chills. True story. I used to have a whole ritual around the release of each HP book you know? My mom would get up at dawn and wait in front of the bookshop so I could get my copy as soon as I woke up. I would manage to “fortunately” get sick so I would miss school and read in my bed the new Harry Potter’s adventures. Best sick-days ever. Well, now I’m a grown-up and I don’t get to miss school to read a book but for Harry, I sure would make an exception.

Needless to say that I was insanely happy (and it’s an understatement) when I heard about The cursed child, the script of a play that takes place 19 years after and makes Albus Severus Potter, Harry’s son, the new protagonist of the story. Some (haters much??) would argue that this volume is not a “real Harry Potter” since it’s a play but even if it needs some adjusting for the reader at the beginning; the story quickly carries us away. I will only pitch the book and genuinely won’t say much because it would just be mean to spoil you the secrets JK Rowling revealed in this book (and trust me there are a bunch of them!).

We happen to find our heroes right where we left them, on the platform of King’s cross, Albus worried-sick about getting sent to Slytherin and his father reassuring him. All was well.

And then all was not. Indeed, it’s not easy to be one’s father’s son, all the more when one’s father is “the boy who lived”. Through his first years at Hogwarts, Albus suffers from the constant comparison with his father and wishes his peers wouldn’t consider him as a failure. Somehow, he blames Harry, this hero that won’t seem to understand him.

Until one day, a 14-year old Albus overhears a conversation between Amos Diggory and Harry. Amos had been begging for an interview with Harry for a few months because he had heard about a rumour that the Ministry of Magic possesses one last time turner (they were supposed to have been all destroyed after the war) and he begs Harry to use it to bring back Cedric, his son, his everything. Because Cedric was not supposed to die, he was just a spare after all. Harry refuses since he knows the risks of messing with the timeline.

Albus, outraged by the disinterest of his father in this matter decides with his best friend, Scorpius Malfoy, to find the last remaining Time Turner and save Cedric but everything won’t go as planned (the least we can say)…

inconclusion

This is not a secret. I am crazy about Harry Potter in a way that might respond to medication. Always have been, always will be. Though, it’s the good kind of crazy. It’s the kind that makes me believe that in the darkest times one can find the light. It’s the kind that makes my imagination go wild and my dreams become so full of magic. It’s the kind that makes my eyes go from a lighter to a streetlamp and think … What if ?

Thank you Mrs Rowling for making us muggles, believe.

13887126_10153622064327413_218685583392880010_n

« After all this time ? – Always », to read while listening to « Arrival of the birds »

My appreciation :

lovediit


Editeur : LITTLE BROWN
Date parution : 31/07/16
ISBN : 9781338099133
Nb de pages : 352 pages