Une saison au Cambodge – Lawrence Osborne

saison-au-cambodge

SynopsisV2

Robert Grieve, jeune enseignant britannique, s’offre un superbe voyage en Asie. Plus son séjour s’écoule, plus il se met à rêver de ne jamais rentrer chez lui… Or tout bascule lorsqu’il franchit la frontière thaïlandaise pour rejoindre le Cambodge. Ses économies épuisées, il tente sa chance au casino : c’est le jackpot. Mais aussi un déclencheur pour changer de vie à jamais, et disparaître.

Cependant, ses poches pleines de billets ne sont pas passées inaperçues. Alors que Robert endosse une nouvelle identité, un expat américain charmeur, un flic corrompu, un escroc chauffeur de taxi et la fille d’un riche médecin vont tour à tour modifier le cours de son existence.

MonavisV2

Ce livre raconte l’histoire de Robert Grieve, un jeune professeur enseignant dans un petit village d’Angleterre qui réalise que sa vie monacale et routinière n’a pas vraiment de sens. Il décide alors de tout plaquer pour voyager en Thaïlande, quelques semaines pendant les vacances d’été, tout en se demandant au fond de lui s’il ne ferait pas mieux de rester en exil, libéré de ses obligations.

On le trouve au début du livre au Cambodge, où, sans le sou, il décide de jouer les quelques dollars qui lui reste dans un Casino. Il  gagnera une somme conséquente (ce qui ne passera pas inaperçu aux yeux des locaux) et ce gain providentiel (vraiment ?) l’entrainera à la rencontre de nombreux personnages (son chauffeur, un américain expatrié etc) qui le conduiront jusqu’à la capitale où sa vie prendra un tournant décisif.

Je ne vais pas vous cacher que l’histoire ne m’a pas paru tellement trépidante. En revanche, ce qui fait la force de ce roman c’est l’ambiance lourde et moite qui ne nous quitte pas tout au long du livre, ce sont toutes les incises de l’auteur qui nous rappelle que les croyances, les fantômes, le karma sont comme des personnages à part entière du roman. Bref, on en apprend beaucoup sur la culture cambodgienne mais le thriller, en soi, ne m’a pas convaincue.

EnconclusionV2

Un bilan mitigé pour ce livre. Si j’ai été séduite pas l’ambiance et le style de l’auteur, l’histoire en elle-même ne m’a pas intéressée plus que ça. Je ne me suis pas vraiment attachée au personnage principal, ni même aux secondaires. Une petite déception donc… (à relativiser puisque j’ai lu ce livre après l’excellent Kafka sur le rivage. Ceci explique peut-être cela).

Nota Bene : A lire à l’abri des pluies diluviennes lors d’une échappée au Cambodge.

Ma note :

troissurcinq


Editeur : CALMANN-LEVY
Date parution : 10/05/17
ISBN : 9782702159484
Nb de pages : 384 pages

La vengeance des mères – Jim Fergus

9782749143293

SynopsisV2


1875.
Dans le but de favoriser l’intégration, un chef cheyenne, Little Wolf, propose au président Grant d’échanger mille chevaux contre mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers. Grant accepte et envoie dans les contrées reculées du Nebraska les premières femmes, pour la plupart « recrutées » de force dans les pénitenciers et les asiles du pays. En dépit de tous les traités, la tribu de Little Wolf ne tarde pas à être exterminée par l’armée américaine, et quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre.
Parmi elles, deux sœurs, Margaret et Susan Kelly, qui, traumatisées par la perte de leurs enfants et par le comportement sanguinaire de l’armée, refusent de rejoindre la « civilisation ». Après avoir trouvé refuge dans la tribu de Sitting Bull, elles vont prendre le parti du peuple indien et se lancer, avec quelques prisonnières des Sioux, dans une lutte désespérée pour leur survie.

MonavisV2

Ce n’est pas l’attrait de la découverte mais le plaisir des retrouvailles que j’ai ressenti en lisant la suite de 1000 femmes blanches.

Même s’il est possible de lire ce tome sans avoir lu le précédent, il est tout de même conseillé d’avoir lu le premier pour bien comprendre les enjeux et le contexte de l’histoire. On quittait les carnets de May Dodd, morte après le carnage de l’armée américaine au sein du campement de Little Wolf. Il n’y aura que quelques rescapées après le massacre. Parmi elles, les sœurs Kelly, les tornades rousses qui ont vu périr sous leurs yeux leurs amies, maris et enfants. Elles n’ont désormais qu’une idée en tête: se venger. C’est viscéral. Un besoin, une nécessité.

Même en enfer, on sait pas ce que c’est, la vengeance d’une mère.

L’auteur nous raconte alors, à travers des carnets encore une fois (pourquoi changer une recette qui marche?), le périple de Meggy et Susie ainsi que celui de Molly, nouvelle forte figure féminine faisant partie d’un autre convoi de femmes blanches. A travers leurs portraits, leurs histoires, on nous transporte une nouvelle fois dans les coutumes indiennes, dans cette nature sauvage où les femmes ne cesseront d’essayer de prendre la place qui leur revient.

Moi, c’est Meggie Kelly, et avec Susie, ma sœur jumelle, on a décidé de prendre la plume. Un crayon, quoi. Il nous reste plus rien à nous, moins que rien. Le village de notre Peuple est détruit, tout ce qu’on avait a brûlé. Nos amis massacrés par les soldats… nos petites filles mortes de froid pendant cette horrible marche dans ces montagnes pleines de cailloux. C’est comme si on sentait plus rien, on est nous-mêmes à moitié mortes. Et de nous, ce qui reste, c’est nos cœurs, des cœurs de pierre maintenant. Maudit soit l’État américain ! Maudite soit son armée ! Cette humanité de sauvages, les Blancs comme les Indiens ! Et le bon Dieu dans les cieux ! Faut pas prendre ça à la légère, la vengeance d’une mère, vous allez voir ce que vous allez voir…

 

EnconclusionV2

L’histoire sent peut-être un peu le réchauffé parce qu’au fond, l’histoire est tout de même moins trépidante que lors du premier tome mais l’auteur a un tel talent pour raconter ses histoires et nous emporter avec lui, aux côtés de ces femmes et de leur destin que je pense que cette suite mérite largement d’être lue, connue et reconnue.

Nota Bene : A lire au coin du feu, emmitouflé dans une peau de bison…

Ma note : 

cinqsurcinq


Editeur : CHERCHE MIDI
Date parution : 22/09/16
ISBN : 9782749143293
Nb de pages : 464 pages

Mille femmes blanches – Jim Fergus

femmes-blanches

SynopsisV2

En 1874, à Washington, le président Grant accepte la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du peuple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart viennent en réalité des pénitenciers et des asiles… L’une d’elles, May Dodd, apprend sa nouvelle vie de squaw et les rites des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l’alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, elle assiste à l’agonie de son peuple d’adoption…

MonavisV2

A chaque fois c’est la même magie qui opère. Je suis émerveillée par cette capacité qu’ont les livres de nous faire voyager et de nous emmener dans des époques et des lieux qui nous paraissent ensuite aussi familiers que des souvenirs enfouis au creux de notre mémoire.

Cette histoire est peut-être un des plus beaux souvenirs qu’a déterré Jim Fergus: un souvenir qui sent le vent des plaines du Montana et les balades à cheval dans des prairies verdoyantes, un souvenir ancré à la fin du 19ème dans cette époque si particulière qui marque l’histoire de l’Amérique. On est en 1874. Le président Ulysses Grant lance une mission pour le moins incongrue qui est l’objet des moqueries et des spéculations les plus folles: la mission FBI « Femmes Blanches pour les Indiens ».

Tel est le nom de code porté par ce programme secret décidé entre le président des Etats-Unis et Little Wolf, le grand chef Cheyenne. Le deal? Echanger mille femmes blanches contre la quantité équivalente de chevaux pur-sangs. L’objectif étant de perpétuer la lignée du peuple Cheyenne qui s’éteint progressivement et de faire en sorte que les deux peuples puissent à terme vivre dans une certaine harmonie.

On comprend vite que le deal ne sera jamais totalement respecté. L’issue de l’histoire est inévitable et on sait que le peuple Cheyenne terminera sa vie dans les réserves, ravagées par la pauvreté et l’alcoolisme. L’Histoire était déjà en marche avant même que l’échange ne soit effectué nous raconte May Dodd dans l’un de ses nombreux carnets qu’elle a tenu consciencieusement pendant presque une année auprès de son mari Little Wolf.

C’est en effet par l’intermédiaire de May Dodd, une des femmes du premier convoi de la mission FBI que l’on découvre les dessous de cette étrange transaction. Enfermée dans un asile car elle avait commis le pécher d’aimer la mauvaise personne elle est traitée comme une nymphomane. Pour procéder à l’échange, l’administration américaine a fait appel principalement aux folles et femmes de petites vertu qui se portaient « volontaires ». Volontaires avec d’ENOOOOOORMES guillemets car pour la plupart d’entre elles cet échange n’était qu’une opportunité pour échapper à une vie sinistre faite de sévices et injures.

Franchement, vu la façon dont j’ai été traitée par les gens dits civilisés, il me tarde finalement, d’aller vivre chez les sauvages.

May n’est peut-être pas la plus représentative des femmes dépêchées dans cette mission mais elle permet, grâce à ses écrits, de faire un portrait de la société, des femmes qui sont infantilisées et dont les vies ne semble qu’être une accumulation de drames et de violence.  Elle voit en ce projet une occasion de s’échapper de l’asile et l’on découvre par ses yeux, à la manière d’apprentis ethnologues, le mode de vie des Indiens et le statut si particulier des femmes blanches.

Cette plongée au coeur d’un camp Indien a été riche d’enseignements quant à leurs croyances et leurs modes de vie. On apprend avec May que l’eau est vivante et qu’il ne faut pas utiliser l’eau de la veille, que les prénoms sont donnés par rapports aux accomplissements de chacun. On y découvre aussi le fléau de l’alcool, la difficulté de communiquer avec un peuple qui ne parle ni sa langue ni ne partage les mêmes conventions. Au fur et à mesure, on comprend la richesse de ce peuple qui était dépeint comme un peuple de sauvages et barbares par les blancs. Avec humilité, on redonne aux Indiens (malgré un léger manichéisme) la place qu’ils méritent: celle d’un peuple incompris qui a été traité comme le nouvel esclave de l’homme blanc.

Je ne peux m’empêcher de penser une fois de plus que l’homme est bel et bien une créature brutale et imbécile. Est-il une autre espèce sur terre qui tue pour le plaisir ?

May apprendra malgré les aléas de sa courte vie à gagner sa liberté, ou du moins à échapper, même provisoirement, à la folie des hommes.

EnconclusionV2

Un livre magnifique qui promet une immersion totale en terre inconnue. Jim Fergus a écrit une suite: La vengeance des mères. Il me tarde de la découvrir tant j’ai été emportée par ce premier tome.

Nota Bene : A lire habillée en squaw, les cheveux au vent en galopant à toute vitesse dans les grandes plaines du Montana.
lovediit


Editeur : POCKET
Date parution : 05/05/11 (NED)
ISBN : 9782266217460
Nb de pages : 512 pages

Harry Potter and the Cursed Child – JK Rowling

51SW8VHeQjL

« The eighth story. Nineteen years later »

 

myopinion

Let’s ride the Hogwart Express one more time!

Potter and I go way back! The mere fact of touching the cover of this new volume gave me the chills. True story. I used to have a whole ritual around the release of each HP book you know? My mom would get up at dawn and wait in front of the bookshop so I could get my copy as soon as I woke up. I would manage to “fortunately” get sick so I would miss school and read in my bed the new Harry Potter’s adventures. Best sick-days ever. Well, now I’m a grown-up and I don’t get to miss school to read a book but for Harry, I sure would make an exception.

Needless to say that I was insanely happy (and it’s an understatement) when I heard about The cursed child, the script of a play that takes place 19 years after and makes Albus Severus Potter, Harry’s son, the new protagonist of the story. Some (haters much??) would argue that this volume is not a “real Harry Potter” since it’s a play but even if it needs some adjusting for the reader at the beginning; the story quickly carries us away. I will only pitch the book and genuinely won’t say much because it would just be mean to spoil you the secrets JK Rowling revealed in this book (and trust me there are a bunch of them!).

We happen to find our heroes right where we left them, on the platform of King’s cross, Albus worried-sick about getting sent to Slytherin and his father reassuring him. All was well.

And then all was not. Indeed, it’s not easy to be one’s father’s son, all the more when one’s father is “the boy who lived”. Through his first years at Hogwarts, Albus suffers from the constant comparison with his father and wishes his peers wouldn’t consider him as a failure. Somehow, he blames Harry, this hero that won’t seem to understand him.

Until one day, a 14-year old Albus overhears a conversation between Amos Diggory and Harry. Amos had been begging for an interview with Harry for a few months because he had heard about a rumour that the Ministry of Magic possesses one last time turner (they were supposed to have been all destroyed after the war) and he begs Harry to use it to bring back Cedric, his son, his everything. Because Cedric was not supposed to die, he was just a spare after all. Harry refuses since he knows the risks of messing with the timeline.

Albus, outraged by the disinterest of his father in this matter decides with his best friend, Scorpius Malfoy, to find the last remaining Time Turner and save Cedric but everything won’t go as planned (the least we can say)…

inconclusion

This is not a secret. I am crazy about Harry Potter in a way that might respond to medication. Always have been, always will be. Though, it’s the good kind of crazy. It’s the kind that makes me believe that in the darkest times one can find the light. It’s the kind that makes my imagination go wild and my dreams become so full of magic. It’s the kind that makes my eyes go from a lighter to a streetlamp and think … What if ?

Thank you Mrs Rowling for making us muggles, believe.

13887126_10153622064327413_218685583392880010_n

« After all this time ? – Always », to read while listening to « Arrival of the birds »

My appreciation :

lovediit


Editeur : LITTLE BROWN
Date parution : 31/07/16
ISBN : 9781338099133
Nb de pages : 352 pages