Babylone – Yasmina Reza

9782072733086-475x500-1.jpg

SynopsisV2

« Tout le monde riait. Les Manoscrivi riaient. C’est l’image d’eux qui est restée. Jean-Lino, en chemise parme, avec ses nouvelles lunettes jaunes semi-rondes, debout derrière le canapé, empourpré par le champagne ou par l’excitation d’être en société, toutes dents exposées. Lydie, assise en dessous, jupe déployée de part et d’autre, visage penché vers la gauche et riant aux éclats. Riant sans doute du dernier rire de sa vie. Un rire que je scrute à l’infini. Un rire sans malice, sans coquetterie, que j’entends encore résonner avec son fond bêta, un rire que rien ne menace, qui ne devine rien, ne sait rien. Nous ne sommes pas prévenus de l’irrémédiable ».

MonavisV2

Yasmina Reza. Je la connaissais pour Art bien sûr (la version avec Arditi, Luchini et Vaneck) et j’ai eu envie de la découvrir sous un autre prisme que celui d’une pièce de théâtre. Pour être parfaitement honnête, je n’ai ni lu le résumé, ni prêté attention plus que ça au bordereau qui mentionnait le prix Renaudot lorsque j’ai choisi ce livre au hasard des rayons de ma librairie (parce que toutes ces histoires d’attribution de prix m’ont toujours paru suspectes).

« Je ne pourrais pas dire que j’ai su être heureuse dans la vie, je ne pourrais pas me donner quatorze sur vingt à l’heure de ma mort, comme ce collègue de Pierre qui avait dit allez, disons quatorze sur vingt, moi je dirais plutôt douze, parce que moins j’aurais l’impression d’être ingrate ou de blesser, je dirais douze sur vingt en trichant.« 

Ce livre est très curieux parce qu’il m’a tout d’abord fait penser à Mrs Dalloway que j’ai découvert il y a quelques semaines, ce tourbillon de pensées, l’importance des petits riens et les émotions qui sont parfois (souvent?) bien plus révélatrices d’un être que ses actions. Oui, j’avais été sous le charme de Clarissa et j’ai quitté à regrets l’univers de Virginia Woolf pour me plonger dans celui de Yasmina Reza. Coïncidence ou pas, on se retrouve là-encore dans la tête d’une femme l’espace de deux journées significatives.

« La femme doit être gaie. Contrairement à l’homme qui a droit au spleen et à la mélancolie. A partir d’un certain âge une femme est condamnée à la bonne humeur. Quand tu fais la gueule à vingt ans c’est sexy, quand tu la fais à soixante c’est chiant.« 

Elisabeth, femme d’une soixantaine d’années qui s’ennuie un peu dans son quotidien décide d’organiser une soirée et d’y inviter quelques amis et ses voisins du dessus. Notamment l’excentrique Lydie et son mari Jean-Lino, avec lequel elle a noué au fil des années une véritable amitié. La soirée se passe somme toute relativement bien, les dialogues sont incisifs, on boit, on mange, on s’amuse. Il faudrait être bien observateur pour deviner le drame qui se profile sous les plaisanteries et les rires des invités.

Et puis la soirée se termine et… Et c’est le drame. Pendant un coup de folie et une dispute anodine, Jean Lino tue sa femme et, sous le choc, descend voir ses voisins parce qu’il ne sait pas quoi faire. On entre alors dans cette délicieuse seconde partie de roman avec des accents plus policiers où l’on suit les événements rocambolesques qui vont amener Elisabeth à aider son voisin à dissimuler le crime. On s’y croirait!

« Je regardais mes pieds, mon pantalon de pyjama à carreaux, mes chaussons en fausse fourrure. Je descendais seule quatre étages avec un cadavre. Aucune panique. Je me suis trouvée ultra-gonflée. Je me suis plu. Je me suis dit, tu aurais eu ta place dans l’armée des Ombres ou dans le service action de la DGSE.« 

C’est amusant, rempli de justesse et assez brillant tout de même. Petite pensée particulière au passage avec la mouche (qui, pour une raison qui m’échappe, m’a particulièrement marquée).

EnconclusionV2

Un tourbillon magnifique. Un bel hommage à l’amitié et une lecture précise et intelligente de la nature humaine. Petit bijou pour bien commencer l’année.

Nota Bene : A lire dans la cage d’escaliers de son immeuble après la fête des voisins.

Ma note :

quatresurcinq


Editeur : FLAMMARION
Date parution : 31/08/16
ISBN : 9782081375994
Nb de pages : 300 pages

Un(e)secte – Maxime Chattam

CVT_Unsecte_7470
SynopsisV2

Et si tous les insectes du monde se mettaient soudainement à communiquer entre eux ? À s’organiser ? Nous ne survivrions pas plus de quelques jours.

Entre un crime spectaculaire et la disparition inexpliquée d’une jeune femme, les chemins du détective Atticus Gore et de la privée Kat Kordell vont s’entremêler. Et les confronter à une vérité effrayante.

Des montagnes de Los Angeles aux bas-fonds de New York, un thriller implacable et documenté qui va vous démanger.

MonavisV2

Ding Dong, il était enfin temps de lire le nouveau Chattam.

On ne le présente plus. Les US ont Stephen King, l’Italie a Donato Carrisi et la France a Maxime Chattam. J’ai sûrement dû découvrir Chattam il y a quelques années lorsque j’étais dans ma période thrillers mais mémoire de poisson rouge oblige, je ne me souvenais plus du style, de la plume de l’auteur… C’est donc avec une certaine curiosité (et une légère appréhension) que j’ai ouvert Un(e)secte.

*

L’histoire est finalement assez classique. Deux enquêtes menées en parallèle entre New York et Los Angeles. Des meurtres mystérieux, une jeune femme un peu flippante, des insectes, et finalement deux intrigues qui se rejoignent pour un final ou les deux héros s’unissent contre un méchant mégalo qui révèle son plan diabolique à la fin…

L’histoire est sympa, on se laisse prendre par la main assez facilement dans ces enquêtes et on sent que derrière ce roman policier, Maxime Chattam veut nous proposer une vraie réflexion sur la place de l’homme sur la planète, la surconsommation etc mais si cette histoire est plutôt bien ficelée il m’a manqué le pendant « thriller psychologique qui farfouille dans la noirceur de l’âme humaine ». Un peu déçue donc…

EnconclusionV2

Assez décevant finalement le dernier Chattam. Je voulais me faire peur, frissonner, me gratter compulsivement et devoir arrêter ma lecture parce que j’aurais VRAIMENT trop peur mais malgré un prologue prometteur, la suite est retombée comme un soufflé. Même pas peur Mister Chattam !

Nota Bene : A lire, allongé(e) sur la toile d’une araignée.

Ma note :

troissurcinq


Editeur : ALBIN MICHEL
Date parution : 30/10/19
ISBN : 9782226319494
Nb de pages : 480 pages

Honoré et moi – Titiou Lecoq

Untitled-design-2.png

SynopsisV2

« Parce qu’il était fauché, parce qu’il a couru après l’amour et l’argent, parce qu’il finissait toujours par craquer et s’acheter le beau manteau de ses rêves, parce qu’il refusait d’accepter que certains aient une vie facile et pas lui, parce que, avec La Comédie humaine, il a parlé de nous, j’aime passionnément Balzac. »
Tout le monde connaît Balzac, mais bien souvent son nom reste associé aux bancs de l’école. Avec la drôlerie qu’on lui connaît, Titiou Lecoq décape le personnage. Elle en fait un homme d’aujourd’hui, obsédé par l’argent, le succès, l’amour, dans un monde où le paraître l’emporte sur le reste. Sous sa plume, ce géant de la littérature devient plus vivant que jamais.

MonavisV2

Quand on me dit Balzac, je repense à cette citation magique de Flaubert :  « Quel homme aurait été Balzac s’il eût su écrire! » Boom ! Ca tirait déjà à balles réelles à l’époque. Les twittos n’ont qu’à bien se tenir. Je repense donc à Flaubert, Stendhal et toute la petite clique des auteurs qu’il « faut avoir lu » (et je mets de gros guillemets) mais je repense surtout à ces heures interminables en cours de français au collège où l’on était OBLIGES (ô rage, ô désespoir, ô cours de français ennemi) de lire et étudier les grands classiques. Traumatisme bien vif de beaucoup d’étudiants. J’ai toujours tendance à penser qu’une œuvre nous appelle, qu’il y a un moment pour lire certains livres. Lire un livre par devoir ne mets pas dans de bonnes prédispositions pour l’apprécier… En tout cas c’est mon avis.

On ne va pas se mentir, a priori, une biographie de Balzac n’était sûrement pas mon premier choix en librairie (ni même le second hein…), mais la couv était sympa et décalée, il y avait une petite rencontre Babelio avec l’autrice à la clé (même si évidemment je n’ai pas été foutue de décrocher un mot ni même d’aller faire signer mon exemplaire) alors je me suis dit pourquoi pas. Soyons fous, tentons l’aventure (on note mon courage inouï) ! Et vous savez quoi ? Titiou m’a donné envie de relire Balzac ce qui n’était pas une mince affaire !

On peut se demander l’intérêt de lire une énième biographie de Balzac et pourquoi celle-ci plutôt qu’une autre. Pour trois raisons principalement (je ne sais pas ce que j’ai avec les plans en trois parties en ce moment, je me fatigue moi-même…) :

1/. Où il s’agit de connaître l’homme derrière l’œuvre

On en revient souvent à ce débat finalement… Est-ce qu’on peut apprécier une œuvre indépendamment de l’artiste : Apprécier Voyage au bout de la Nuit malgré Céline, apprécier les films de Polanski malgré son petit côté pervers et pédophile (euphémisme) ? Il reste tout de même un goût amer dans la bouche. S’agissant de Balzac, c’est intéressant car on apprends à connaître Honoré et malgré ses failles et ses vrais airs de sale gosse, il est attachant. Parce qu’il est tout de même un peu paumé le pauvre garçon, ce qui nous le rends infiniment plus sympathique que s’il avait tout réussi. – concept très français ça – L’avantage de connaître l’homme, au-delà de satisfaire notre curiosité, c’est peut-être d’accéder à un niveau de compréhension plus profond de ses textes : comprendre ses sous-entendus, ses petites private jokes qu’il distille dans ses romans (dixit Titiou et on la croit sur parole !).

2/. Où Titiou, fière journaliste indépendante (précaire mais plus pour longtemps !) nous apporte un éclairage nouveau sur Balzac

Oui Balzac, la biographie de Balzac. OK ça existe déjà, et au pire il y a la fiche Wikipédia pour les feignasses comme moi. Mais ce qu’on ne trouvera pas dans les sombres dédales d’Internet et les rayons désertés des bibliothèques, c’est le sens de l’humour piquant de Titiou Lecoq, c’est sa vision personnelle qui donne un tout autre éclairage à la vie d’Honoré (même si tout est vrai et rien ne relève de la fiction dans son livre).  Cette histoire se lit comme un roman et en refermant le livre, on a l’impression de quitter un personnage, de perdre un ami qui nous aurait quitté trop tôt. Il faut alors faire cet effort de se rappeler que tout a bien été réel, ses aventures, ses misères, son œuvre. Oui. Il a été Balzac mais il a aussi été Honoré et il serait bien difficile de choisir celui que l’on préfère.

3/. Où l’héritage de Balzac a encore de beaux jours devant lui

J’ai souvent fait la différence entre la littérature étrangère (anglo-saxonne principalement) et française où, pour résumer, on peut dire que les écrivains français privilégient le style tandis que les anglais l’histoire, le héros etc. Balzac lui, est le premier à avoir lancé cette tradition littéraire du réalisme avec des héros à qui il arrive d’incroyables aventures. L’autrice soulignait par exemple qu’avec lui les femmes n’étaient pas juste des amoureuses transies ou des mères dévouées. Elles n’étaient pas uniquement capable d’éprouver une seule émotion à la fois comme les fées dans Peter Pan. Non, avec Balzac, les personnages sont dépeints dans toute leur complexité et c’est peut-être cette idée de sortir des clichés qui rend ses écrits si uniques.

EnconclusionV2

Dans une mise en abîme assez rigolote j’ai eu l’occasion d’assister à une rencontre avec l’autrice et découvrir (relativement évidemment) cette fameuse Titiou.

Découverte assez artificielle parce que cela faisait quelques mois que je la connaissais de nom et de réputation (les articles sur Slate, toutes ces journalistes que je classe dans la team Mona Chollet qui est un peu mon héroïne du moment ^^). Bref, le livre est canon, je conseille, à découvrir sans plus tarder.

Nota Bene : A lire en dégustant un Saint-Honoré tout en se promenant rue Visconti dans le 6ème, lieu de l’ancienne imprimerie de Balzac.

Ma note :

quatresurcinq


Editeur : L’ICONOCLASTE
Date parution : 02/10/19
ISBN : 9782378801045
Nb de pages : 304 pages

Soif – Amélie Nothomb

9782226443885-j.jpg

SynopsisV2

« Pour éprouver la soif il faut être vivant. »

MonavisV2

Je suis un peu en retard pour le Nothomb annuel, mais avec la perspective du Goncourt qui s’approche, je me suis enfin décidée à lire Soif ! Le choix du sujet me paraissait intéressant et si ce n’est pas un livre qui nous tient par le suspense, Amélie nous présente ici les états d’âme d’un Jésus qui sait qu’il va mourir : du dernier jour de son procès à sa résurrection.

On connait déjà l’histoire, je ne vais pas revenir là-dessus : le simulacre de procès de Ponce Pilate, l’interminable (et insoutenable) chemin de Jésus portant la croix, les heures de supplice et puis enfin… La résurrection. AMEN!

Si Jésus est bien le fils de Dieu, il est aussi (et surtout!) un homme (qui a une grande lucidité et une forme d’autodérision que j’ai trouvé charmante). Le sens de l’humour est toujours un bien nécessaire dans des circonstances tragiques, et en vérité je vous le dis : Jésus n’en est pas dépourvu.

Ce livre est extrêmement riche dans les thèmes abordés (et mon article serait bien trop long si je voulais tous les évoquer) ainsi je voudrais insister sur les trois points qui m’ont le plus parlé.

1/. Jésus conscient des failles de la nature humaine

« En vérité, je n’ai rien dit parce que j’avais trop à dire. Et si j’avais parlé, je n’aurais pas été capable de cacher mon mépris. L’éprouver me tourmente. J’ai été homme assez longtemps pour savoir que certains sentiments ne se répriment pas. Il importe de les laisser passer sans chercher à les contrer : c’est ainsi qu’ils ne laissent aucune trace.« 

Oui, Jésus a écouté patiemment tous les témoins de son procès qui ont fait preuve d’une indécence frôlant le niveau des Balkany. Pareil pour l’intégrité. Mais Jésus est resté chill. Il arrive, difficilement, à faire la part des choses et à garder un souvenir pur des beaux moments passés avec ceux qui l’ont trahi au pire moment (pas sûr que tout le monde aurait pu en faire autant mais bon… On n’est pas Jésus!). Le silence pour ne pas donner à l’adversaire la satisfaction de voir se peindre la colère ou la peine sur son visage… Ce n’est pas tant du courage finalement que l’envie de rester digne car, tout homme qu’il soit, Jésus sait qu’il est un exemple et qu’il doit servir la cause. Après tout, cet être omniscient à conscience que son histoire entrera dans l’Histoire. Pas toujours interprétée correctement, souligne-t’il d’ailleurs à plusieurs reprises.

2/. L’incarnation qui symbolise le vivant

« En trente-trois ans de vie, j’ai pu le constater : la plus grande réussite de mon père, c’est l’incarnation. Qu’une puissance désincarnée ait eu l’idée d’inventer le corps demeure un gigantesque coup de génie. Comment le créateur n’aurait-il pas été dépassé par cette création dont il ne comprenait pas l’impact?« 

Peut-être mon thème préféré parmi ceux explorés dans le livre. Vaste sujet. J’ai tendance à être d’accord avec Jésus (avec le Jésus de Nothomb j’entends). On aurait envie, de prime abord, de penser que l’élévation, la beauté suprême, est quelque chose d’immatériel, qui relève de l’esprit. Il apparaitrait alors que ce qui tient du corps serait d’une certaine manière inférieur, de l’ordre du désir. MAIS, ce que souligne Jésus, c’est que c’est à travers le corps, l’incarnation, que l’on peut ressentir les choses, les émotions. Qu’on peut vibrer, se sentir vivant, respirer. On ne se sent jamais aussi vivant que lorsque l’on aime, que l’on meurt où que l’on éprouve la soif. D’où la citation en 4ème de couv, éprouver la soif pour se sentir vivant.

En étant désincarné, en se limitant uniquement à son esprit (en valorisant l’ange plutôt que la bête pour reprendre l’image de Pascal), on risque de ne plus rien ressentir et de passer à côté de la vie tout simplement. Et j’ai tendance à penser qu’il vaut mieux ressentir quelque chose plutôt que rien. Souffrir, aimer, être tourmenté par mille passions, plutôt que de rester un être relativement indifférent à ce qui l’entoure et déconnecté de son corps et du monde. C’est la raison pour laquelle il parait si incroyable que Dieu ait pu « inventer » l’amour, le monde, sans lui-même être incarné. Belle trouvaille (sur laquelle on pourrait évidemment parler pendant des heures ! )

3/. Hello Judas, my old friend

« J’imagine que chacun a un ami de cette espèce: un ami dont les autres ne comprennent pas qu’il soit notre ami.« 

On a beau ne pas connaître la Bible par coeur et hésiter au moment de nommer les apôtres, s’il y en a bien un que tout le monde connait, c’est lui : Judas. Cet ami qui trahit, cet ami si insupportable que l’on ne peut pas s’empêcher d’aimer, d’une manière toute particulière, précisément parce qu’on a l’impression d’être le seul à pouvoir le voir réellement, à l’apprécier dans toute sa complexité.

Jésus sait dès leur première rencontre que Judas le trahira. Il le sait et pourtant il l’aime et l’aimera jusqu’à la fin. Très chic type ce Jésus.

EnconclusionV2

C’est un très beau roman que nous livre Amélie Nothomb. Au-delà de l’exactitude des faits, j’ai trouvé intéressant de découvrir l’histoire sous ce prisme. Celui d’un homme, fils de Dieu mais homme quand même, qui souffre, qui s’interroge et se demande si, en montant sur la croix et en acceptant sa condamnation, il s’est vraiment aimé lui-même autant que son prochain.

Nota Bene : A lire après la Bible et avant de prendre une coupe de champagne !

Ma note :

quatresurcinq


Editeur : ALBIN MICHEL
Date parution : 21/08/19
ISBN : 9782226443885
Nb de pages : 162 pages

Elsie T1 – Catherine Francoeur

41GgOIttPlL._SX317_BO1,204,203,200_.jpg

SynopsisV2

Nouvelle dans son quartier, Elsie a sept ans lorsqu’elle rencontre Francine, une vieille dame qui habite la maison d’en face. Au fil des années, elles nouent une relation d’amitié et de grande complicité. Mais dix ans plus tard, la mort les sépare subitement. Incapable de laisser partir Francine sans lui dire au revoir, Elsie achète un jeu de Ouija dans l’espoir de rétablir le contact.
Mais la mort n’est pas un jeu. À vouloir à tout prix communiquer avec son amie disparue, la jeune fille réveillera des êtres qu’elle regrettera vite d’avoir dérangés.

MonavisV2

Cela fait très longtemps que je n’avais pas lu de romans jeunesse et c’est avec plaisir que je me replonge dans ce genre de titres. La couverture et le résumé étaient réellement intriguants (j’adore tout ce qui relève du paranormal). Je m’attendais à rentrer assez vite dans des questionnements sur l’au-delà, des petites visites de  fantômes etc mais finalement cet aspect du livre n’est que très peu développé.

On suit principalement l’histoire d’Elsie, jeune femme qui convoque l’esprit de sa voisine décédée pour pouvoir lui dire au revoir mais qui perdra le contrôle… Je regrette que les personnages secondaires et les intrigues annexes ne soient que peu développés (l’histoire d’amour entre Elsie et Félix qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe), la relation complexe avec ses parents qui reste survolée.

Le thème m’intéressait mais je trouve qu’il reste sous-exploité avec une écriture trop simple.

EnconclusionV2

Un tome 1 assez sympathique pour les jeunes lecteurs. A voir si le tome 2 entrera plus dans l’univers paranormal qui ne reste finalement qu’effleuré dans ce tome.

Nota Bene A lire pour Halloween entre deux petites séances de Ouija

Ma note :troissurcinq


Editeur : LA BAGNOLE
Date parution : 04/04/19
ISBN : 9782897143251
Nb de pages : 240 pages

Nous étions merveilleuses – Laure Rollier

cover173673-medium.png

SynopsisV2

«  Je donnerais n’importe quoi pour pouvoir attraper par le col la gamine que j’étais et lui expliquer certaines choses.
Je lui dirais de prendre sa sœur dans ses bras plus souvent.
Je lui dirais de ne pas quitter l’homme qu’elle aime pour celui qui lui plaît.
Je lui dirais surtout de ne jamais porter de vert. Jamais. Je ne supporte plus cette couleur depuis que je suis ici.
Et vous, vous lui diriez quoi  ?  »

L’été de leur dix-huit ans, Noémie, Lisa, Marion et Stéphanie ont vécu un voyage inoubliable qui a scellé leur amitié pour toujours. Quatorze ans plus tard, les quatre amies décident de mettre leur vie d’adulte, le quotidien et toutes ses contrariétés de côté pour revivre le périple de leur adolescence. Ce qu’elles ignorent, c’est qu‘il sera le plus important de toute leur existence.

MonavisV2

Je suis un peu embêtée pour écrire un avis sur ce titre parce que j’ai eu beaucoup de mal avec cette lecture. Peut-être parce que je ne suis pas du tout fan des check lit (mais alors pas du tout!). Je me demande toujours pourquoi je persévère… Mais ces histoires de jeunes trentenaires qui s’appellent « ma chérie » et qui pleurnichent sur des problèmes qui n’en sont pas vraiment… C’est juste assez agaçant.

Mais j’ai quand même tenté l’aventure. Ce road-trip entre 4 copines (dont des jumelles) va révéler quelques secrets et on va assez vite se rendre compte que leurs vies parfaites ne le sont pas autant que ça. Mais check lit oblige, tout finira par s’arranger. Forcément.

Le style trop simple ne m’a pas réellement convaincue et j’ai à la fin de cette lecture un vrai goût d’inachevé. Les personnages n’avaient pas assez de profondeur, trop clichés, mais c’est peut-être encore une fois le genre qui veut ça. Je pense en particulier à la boite à souvenirs qu’il faut ouvrir X années après (le parallèle avec Crossroads un peu trop évident…) Les adeptes de chick lit s’y retrouveront quand même.

EnconclusionV2

Une petite déception. Je m’attendais à passer un moment amusant, une petite virée entre copines et j’ai finalement traversé ce livre comme on traverse la route, sans trop d’émotions.

Nota Bene : A lire après avoir écouté les quelques titres chantés par Britney Spears dans  Crossroads.

troissurcinq


Editeur : MAZARINE / FAYARD
Date parution : 25/09/16
ISBN : 9782863747896
Nb de pages : 272

L’homme qui voulait devenir psychopathe – Laurent Malot

51u40w-+AGL._SX195_.jpg

SynopsisV2

Victor a quarante-six ans, une femme et deux enfants. Une vie simple, comme les autres, il a beau bien faire, on ne le connait, ne le reconnait pas…
Lassé de la vie, il décide d’en finir, mais même son suicide, il le rate…
Alors, quitte à laisser une trace, vu que l’on ne retient pas les bons, autant devenir un mauvais, dans le genre tueur en série…
Mais être un psychopathe n’est pas chose aisée, Victor va le découvrir à ses dépens.

MonavisV2

Tout d’abord il faut préciser que j’ai un goût exacerbé pour toutes les thématiques un peu psycho, Mindhunter et co. Je me suis donc jetée sur ce livre comme la misère sur le pauvre monde avec l’assurance de passer un bon moment. Avec l’envie de lire un livre qui ressemblerait peut-être à l’excellent bouquin de Paul Cleave « Un employé modèle » qui dépeint le quotidien de Joe, tueur en série qui nous raconte son petit passe-temps sordide. Délicieusement dark and twisted.

Si ce livre ne manque pas d’humour et est un brin déjanté on reste tout de même loin du talent de Cleave. On suit ici les aventures de Victor, la quarantaine bien passée, prof de Physique-chimie, marié, deux enfants, une maison… Bref une routine légèrement angoissante et un quotidien médiocre qui ne laissent aucune place à la fantaisie. On suit donc Victor, en pleine crise existentielle, qui se demande comment pimenter un peu son existence et faire quelque chose de mémorable. Tirer la queue de cheval de la dame au supermarché dans la file d’attente, fumer un joint… Oui… Mais non ! Il faut voir plus grand!

 » Ce qui lui manque, c’est un objectif, une mission, un moteur qui le ferait avancer sans qu’il se pose toutes ces questions. À quarante-six ans, il est trop tard pour se mettre à chanter, à jouer du piano, à peindre ou à cuisiner comme un grand chef. Où les passionnés dénichent-ils leur passion ? Naissent-ils avec, apparaît-elle du jour au lendemain, la construisent-ils inconsciemment ? Ce monde-là lui est interdit, alors à quoi bon ? À quoi bon continuer à se lamenter dans ce labyrinthe ? « 

C’est alors que lui vient l’idée. Victor sera psychopathe. Il va tuer des gens, il aura son petit quart d’heure de gloire. Sortir de l’anonymat, d’une vie fade et inintéressante. Il se délecte de son projet mais très vite fait face à de nombreuses contrariétés. Pourquoi personne ne semble le prendre au sérieux? Comment faire pour disposer lui aussi de cette aura dangereuse et terrifiante? Comment faire pour être un autre? A-t-il l’étoffe d’un psychopathe en puissance?

« Victor ne portera pas plainte. S’il entre un jour dans un commissariat, ce sera par la grande porte, celle des criminels qui font peur, dont on suit le procès à la télé et dans les journaux à scandale. »

EnconclusionV2

La petite lecture agréable du week-end mais pas le roman du siècle. On a du mal à vraiment s’attacher aux personnages qui restent assez superficiels. Comme le héros de cette histoire, ce livre manque un peu d’ambition.

Nota Bene : A lire sur un banc, habillée en Desigual en écoutant M.

troissurcinq


Editeur : FRENCH PULP EDITIONS
Date parution : 19/09/19
ISBN : 9791025106280
Nb de pages : 208 pages