The rules do not apply – Ariel Levy

images

SynopsisV2

« I wanted what we all want: everything. We want a mate who feels like family and a lover who is exotic, surprising. We want to be youthful adventurers and middle-aged mothers. We want intimacy and autonomy, safety and stimulation, reassurance and novelty, coziness and thrills. But we can’t have it all. »

Ariel Levy picks you up and hurls you through the story of how she lived believing that conventional rules no longer applied – that marriage doesn’t have to mean monogamy, that aging doesn’t have to mean infertility, that she could be ‘the kind of woman who is free to do whatever she chooses’. But all of her assumptions about what she can control are undone after a string of overwhelming losses.

« I thought I had harnessed the power of my own strength and greed and love in a life that could contain it. But it has exploded. »

Levy’s own story of resilience becomes an unforgettable portrait of the shifting forces in our culture, of what has changed – and what never can.

 

myopinion

Ariel Levy is way too cool.

She made me think of this friend, sort of crazy (not in a clinical sense, crazy in a good way! most of times at least), that is also a little « too much ». The kind that dies her hair pink a Tuesday on the spur of the moment because she cried in front of the perfection of a sunset and she realized that « Pink is a psychedelic color, I swear hun, you were not there you can’t get it! » (The girl is 30. Everything is fiiiine. Thanks to her, I’m the one that seems to be « all together » for once. So refreshing.) My friend also speaks with a flow so high that it defies imagination. She’s always way way too happy about the little things of life. I love people like that, for whom everything is so intense, people that don’t follow the rules and that, contrary to most people (contrary to me), allow themselves to say fuck to conventions.

.« Daring to think that the rules do not apply is the mark of a visionary. It’s also a symptom of narcissism. »

Still, it’s nice to read the story of an imperfect person that is trying (shouldn’t we all?) to be honest with herself. She’s really self-conscious about who she is and what she wants and she manages to get it. Fake it until you make it. This might be another definition of bravery, I guess. It’s allowing oneself to be happy even though we don’t think we deserve it because, let’s face it, we haven’t always been « perfect ».

« I didn’t want her girlfriend to suffer. But I didn’t feel particularly guilty, either. They seemed so far from love, I even thought (stupidly) that the girlfriend might be happy to have Lucy taken off her hand. They had become strangers. Maybe they always had been. And we were magic. »

For instance when she cheats on her girlfriend and she justifies it with this nebulous theory that love dedicated to only ONE person is not contradictory to sleeping from time to time with random people, if there is attraction etc… Well, well, well. Let’s test this theory. I’m not sure my boyfriend would be that tolerant! But, to be perfectly honest, I kind of agree with Ariel about this « cheating issue ». This is quite ridiculous and childish when you think about it. Mariage is a social construction that hasn’t been existing for so long regarding the story of mankind. And being physically attracted to sb else doesn’t take anything from your loved one. Of course, the advantage to submit to social pressure/the norm is to be « part of the group  » (i feel like I’m talking about animals… weird). ANYWAY. You sort of have to get married, have children, a long-term contract (I wish!) to check the boxes of a « successful life » (says who?) but… Is that really what we want? Is that really what we should do?

« One day you are very young and the suddenly you are thirty-five and it is Time. You have to reproduce, or else. »

The mere thought of having to stay stuck with the same person till the end of my life is terribly scary… It’s like, voluntarily, getting on a highway to hell, direction death, without any fun on the way. But since divorce is an option, and so a real possibility, all is not necessarily lost dixit Ariel.

*

I also really liked all the moments where she talks about her job as a journalist, as a writer, about the fact that she needs to tell stories and live things twice (live them and then write them). I think she tried (unconsciously maybe) to turn her life into something « novel material » so she could write about it. Isn’t it what we all secretly want? To have a crazy destiny? Because we always believe that we are invulnerable (obviously since we are the main character of our story) but we get back from it. No, no. We are the main character of absolutely nothing at all. Nada. Niet. Rien du tout. First disillusionment of life when you realize that, actually, you don’t control anything and in face of hard ordeals, you’re not this hero you thought you would be. You’re just that pathetic little thing, crying over your terrible fate. The thing is, I guess, at least to try to become the best version of yourself. Fake it until you make it. Always and forever. And maybe someday, it will become true…

I could talk about this book forever. I’ll have my pink-haired friend read it, maybe she’ll get inspired and dye them green who knows!

inconclusion

Plus, Ariel liked my tweet. Ariel. I know, right ??? Like we’re already on first-name basis, like we’re kind of best friends now. God, I’m so delusional. Anyway, if you want to have a long talk with a friend just dive in, dive in this book, take a breath and enjoy the journey because man, it’s worth it ! AND READ IT IN ENGLISH PLEASE (way better this way, french fellows <3).

Nota Bene : I read it on my first day to work, heading to a job I’m passionate about and this book really comforted me that life is too short for compromise. Life is made to be lived 100%. Don’t waste your time with things you « kind of » like. Dream and live Big. Dare to be « too much ». And READ THIS BOOK!

My grade :

quatresurcinq


Editeur : RANDOM HOUSE
Date parution : 03/17
ISBN : 9780812996937
Nb de pages : 224 pages

 

Publicités

DOSSIER : Le maître des illusions – Donna Tartt

** Attention cet article contient des spoilers pour ceux qui n’ont pas lu le livre**

Pour ceux qui ne lisent pas les articles dans le bon ordre (shaaaame) : la critique du maitre des illusions est ICI.

Pourquoi Le maitre des illusions est mon livre préféré ? Oui oui la question a le mérite d’être posée !

On peut réellement parler de chef d’œuvre, voire de classique, parce que l’histoire n’est pas clairement datée, elle pourrait se passer aujourd’hui comme dans 20 ans. Ces étudiants désabusés par la vanité de la vie et le manque de sens de leur existence  essaient d’y trouver une échappatoire. Et puis la situation leur échappe et devient hors de contrôle. Le narrateur nous plonge dès le début dans cette angoisse qui ne quitte pas Richard tout au long du livre. Il explique d’ailleurs que sa vie était « compromise de façon subtile et essentielle ». En effet, comment échapper à ce sentiment qui fait que l’on a l’impression que son avenir est tout tracé, que finalement la liberté n’est qu’illusoire et qu’au fond, on nait on meurt et ce qu’on fait entre les deux n’a pas tant d’importance ? Pour échapper à cette pensée et regagner le contrôle (parce que c’est aussi de cela qu’il s’agit : regagner le contrôle sur son existence) le groupe d’étudiants décide de se plonger régulièrement dans un état qui leur permet d’oublier leur état de mortel. Ils le font d’abord via le divertissement de manière assez transgressive (grâce à une consommation récréative de drogues/alcool) qui va petit à petit avoir des dérives mortifères. Ils flirtent symboliquement (via les drogues) puis effectivement (via le meurtre) avec la mort.

Ils poussent l’idée à son paroxysme en partant du principe que pour se sentir vraiment vivant il faut expérimenter le fameux rituel dionysiaque : la bacchanale qui consiste à se mettre dans un autre état de conscience pour jouir d’une liberté totale (tout en choisissant les modalités et le cadre de ce rituel cela dit!).

L’idée est que ce n’est que dans cet état altéré de conscience qu’ils peuvent vraiment se réaliser. Mais évidemment cette croyance est fausse parce que cet état de conscience altéré est par essence éphémère et qu’ensuite retourner à la vraie vie et assumer la conséquence de leurs actes sera nécessairement douloureux. Pourquoi ? Parce que le retour à la réalité est toujours extrêmement difficile quand on a connu cette liberté permise (et souvent promise) par l’usage des drogues. Et aussi parce que lors du retour à la réalité il faut assumer ce qu’il s’est passé pendant ce moment de « folie ». Comment les protagonistes gèrent ce retour à la réalité ? Chacun à sa manière. Pour certains c’est l’horreur, pour d’autres une révélation… Tout étant évidemment décrit de manière crédible et juste passionnante.

 Le premier meurtre

Les détails de ce qui s’est passé au fond cette nuit-là (à la Bacchanale) n’ont pas tant d’importance. D’ailleurs, l’auteur ne s’y attarde pas plus que ça finalement. C’est le moment de la fracture, du basculement qui importe. Ce moment où tout est possible et où l’on peut sortir du carcan des conventions sociales d’une vie fade et prédestinée, où on peut jouir d’une liberté totale.

Evidemment, le problème avec la bacchanale vient du fait que ce n’est qu’un moment passager. C’est aussi ce qui en fait son attractivité. On peut d’ailleurs y voir une analogie avec la vie et le problème intrinsèque que pose le concept de la vie éternelle auquel ils attachent tous tant d’importance. Puisque la vie n’est pas la vie sans la mort. La liberté totale dont ils croient jouir pendant la Bacchanale ne l’est pas tant que ça puisqu’elle est éphémère. Et puis est-ce vraiment de la liberté (de la perte totale de contrôle de soi) si on est voué à retourner à sa vie par la suite ? Est-ce seulement possible de revenir à sa vie d’avant ?

Parce qu’après il faut assumer. Assumer avoir perdu le contrôle, assumer cette excitation perverse et surtout assumer avoir aimé faire le mal. Et c’est justement ça qui est important au fond. Ce qu’ils font après ce premier meurtre, comment ils gèrent l’après. S’ils se perdent dans l’oubli et essaient de retourner à leur vie de débauche parce qu’ils savent que ce ne sont que des êtres humains et qu’il n’y a ni rédemption, ni vie éternelle, ni bonheur possible. Juste une pale imitation d’une vie désincarnée (avec drogues, alcools, etc). Soit (et c’est cette solution là qu’ils ont choisi d’après moi) ils épousent le mal parce que c’est leur seul moyen de se sentir vivants.

Ca recoupe un peu finalement ce que disait Nietzsche « Si tu plonges longuement ton regard dans l’abîme, l’abîme finit par ancrer son regard en toi ». En tuant, en s’autorisant à tuer, ils se sont laissé dévorer par l’abîme en quelque sorte. Il n’y a rien de plus significatif ‘dans une vie vide de sens dans laquelle ils sont confinés) que de tuer quelqu’un (réellement ou symboliquement) pour se sentir vivant je pense. Et c’est peut-être cela que recherchait inconsciemment Richard : se sentir vivant, appartenir à cette élite qu’il admirait et prendre la place de Bunny quand l’opportunité s’est présentée. C’est surement pour cette raison en partie qu’il a adhéré au plan d’Henri.

Les personnages

Le personnage de Richard est le plus intriguant selon moi. Finalement c’est plus un anti-héros qu’autre chose. Au début il inspire la sympathie. L’auteure fait tout pour : il est pauvre, brillant, paumé dans ses études. Il veut juste partir de chez lui et se sentir intégré, faire partie de quelque chose de grand, qui le dépasse. Tout le monde peut s’y retrouver et faire preuve d’un minimum d’empathie. Il y a donc RICHARD, l’anti-héros et les autres :

  • HENRI: L’intellectuel peu voire pas du tout sympathique. Profondément lassé et déconnecté de la réalité et qui utilise les drogues pour éviter d’y être confronté. C’est un peu ce qu’il fait (de manière plus saine je vous l’accorde) en passant sa vie dans les livres et l’étude des langues anciennes. Personnage intéressant qui semble à part au début mais qui se révèle fascinant. Il est le leader de la petite bande grâce à trois qualités fondamentales : sa froideur (presque analytique – celui qui résous les problèmes), son intelligence décalée (qui impressionne les autres) et sa richesse (qui lui permet d’avoir un certain poids dans les décisions et dans la dynamique du groupe)
  • LES JUMEAUX : Charles et Camilla, véritable binôme, entité presque allégorique, toujours vêtue de blanc, a priori sympathique mais qui n’existe pas trop en dehors d’une relation quasi-exclusive, incestueuse parfois. On les découvre à travers les yeux de Richard, fasciné par la beauté de Camilla

    Elle n’était plus son personnage habituel, inaccessible et lumineux, mais plutôt une apparition un peu brumeuse et d’une tendresse ineffable, toute en poignets fragiles, en creux ombrés et en cheveux ébouriffés, l’adorable et pâle Camilla qui se cachait dans le boudoir de mes rêves mélancoliques. 

  • FRANCIS : Le personnage qui m’a peut-être le moins séduite, le dandy perpétuellement angoissé.
  • BUNNY : Celui a l’apparence de la bonhomie. Celui qui nous apparaît comme le good guy et qui inclut d’emblée Richard dans la bande. Celui dont la gentillesse et la désinvolture n’est qu’une apparence. A l’origine la gentillesse est une vertu. Beaucoup l’oublient et la confondent avec de la niaiserie ou de la stupidité (« elle est gentille ») alors que la gentillesse, la vraie, la désintéressée est belle vertueuse et révélatrice d’une grandeur d’âme dont peu savent faire preuve. Mais souvent la gentillesse cache des dessins plus obscurs/pervers et c’est le cas chez Bunny qui utilise son sourire comme une arme. Une arme pour gagner la confiance de l’autre, trouver sa faille et la titiller jusqu’à le détruire. Tout en subtilité. En faisant mine de ne pas y toucher. Avec un sourire en prime ! Evidemment le portrait est noirci par Richard (le narrateur) qui inconsciemment cherche peut-être à justifier ses actes (même si on voit par la suite que ce n’est pas la culpabilité qui l’étouffe). Bunny reste cette personne que tout le monde aime parce que personne ne le connaît vraiment. C’est facile de faire illusion à distance mais ses « amis » ne sont pas dupes et comprennent avec effroi la menace qu’il représente.

C’est finalement aussi cela qui est terrible dans ce livre. Ce n’est pas tant le meurtre originel du paysan qui est la cause de tous leurs malheurs. Quand on y réfléchit ils n’ont jamais été soupçonnés ! C’est Bunny le problème, Bunny qui a été exclus de la Bacchanale et qui tient là sa vengeance malsaine tout en art et manière. En dissimulant des menaces à peine voilées derrière un sourire ou une plaisanterie. Est-ce que Bunny voulait juste les punir ou avait-il un cas de conscience (devenant de fait le seul à prendre la mesure de leurs actes) ? Autre question : Est-ce que la menace de Bunny était aussi réelle que ça ? Est-ce que Henri n’a pas exagéré cette menace pour avoir une raison de commettre un nouveau meurtre (et se débarrasser du problème Bunny de manière définitive ? Est-ce que les autres ont participé par peur de Bunny ou par fascination pour le projet morbide de Henri ?

On pourrait dire pour leur défense qu’ils avaient trop bu/consommé ou qu’ils n’avaient pas l’esprit clair à ce moment là mais non. M’est avis qu’ils savaient exactement ce qu’ils faisaient et les conséquences de leurs actes. Ils l’ont fait parce qu’ils le voulaient. Point. D’ailleurs, aucun d’entre eux n’a eu de sursaut de conscience. Ils ont tous approuvé le plan machiavélique d’Henri sans l’ombre d’une hésitation et avec une sérénité presque troublante.

Encore une fois, c’est la question de l’après qui a été importante. Nouveau bouleversement, nouvelle fêlure. Un meurtre encore, mais prémédité cette fois. L’incarnation de leurs pulsions destructrices et de leurs fantasmes dans la réalité. Se sentir exister plus que jamais. Et la réalité est tellement intense et belle (parce que terrifiante cf cours de Julian) qu’il leur faut à nouveau des drogues pour s’y confronter. Mais ce n’est plus le même genre de consommation qu’auparavant. On passe d’une consommation récréative qui sert à rompre l’ennui du quotidien à une consommation frénétique pour oublier, gérer la situation (pas tant la culpabilité que la peur d’être pris). Ce qui n’a en fait rien à voir. A la Bacchanale, ils étaient dans un rêve, un moment hors du temps, presque innocent et sans conséquences. Au second meurtre, ils étaient dans la vraie vie, avec un vrai mort, la police, le système fédéral et les parents qui cherchent des réponses etc.

Quid de Julian et de ses cours ? Les cours de grec sont un peu le fil rouge du roman ou Julian enseigne les vertus de la perte de soi, de l’amoralité (immoralité ??) qu’il pratique lui-même. Julian, tout comme Henri et Richard ont des tendances sociopathes (manipulateurs, calculateurs et profondément amoraux). C’est d’ailleurs assez amusant que Julian développe la philosophie de Platon ou l’idée du bonheur se rapproche de la sérénité et de la contemplation alors que ses étudiants pratiques une conception plus N du bonheur (oscillant entre joie intense, peine extrême et apathie par les drogues).

Bref, ils sont tous à courir derrière une chimère et je trouvais magnifique le fait que ce livre se termine sur un rêve, la silhouette d’Henri qui s’éloigne…

Ce livre est réellement le plus beau texte qu’il m’ait été donné de lire, je n’ai jamais autant exaltée après une lecture! Au point de ne point de ne pas pouvoir parler d’autre chose pendant des semaines!

 

Le maître des illusions – Donna Tartt

9782259221917

SynopsisV2

En décrochant une bourse à l’université de Hampden, dans le Vermont, Richard Papen ne laisse pas grand chose derrière lui : la Californie, qui lui déplaît ; son adolescence, faite de souvenirs incolores ; et ses parents, avec qui il ne s’entend pas. Hampden est une porte de sortie inespérée, l’opportunité de vivre une nouvelle vie. Passées quelques semaines, il est bientôt attiré par un professeur atypique, Julian Morrow, esthète capricieux qui enseigne les lettres classiques à cinq étudiants apparemment très liés. Contre l’avis de ses professeurs, il tente de s’introduire dans le groupe de ces jeunes gens marginaux sur qui courent les plus folles rumeurs. Et il est loin d’imaginer ce que lui coûtera sa curiosité.

MonavisV2

Les choses terribles et sanglantes sont parfois les plus belles. 

Je vous le conseille vraiment parce que c’est un texte merveilleux tant sur le fond que sur la forme. Donna Tartt écrit de manière fluide, simple et très juste. Elle a surtout le mérite de réussir à créer une atmosphère, une ambiance particulière qui est à la fois, lourde, malsaine mais qui a aussi par moments des accents de légèreté et de poésie. Il ne suffit que de quelques pages pour entrer dans cet univers qu’elle dépeint avec talent.

J’errais comme un somnambule, abasourdi et ivre de beauté. Un groupe de filles aux joues rouges qui jouaient au football, queues de cheval au vent, leurs cris et leurs rires atténués par la prairie veloutée au déclin du jour. Des pommiers craquants sous les pommes, avec en dessous des fruits rouges tombés sur l’herbe, l’odeur lourde et sucrée des pommes qui pourrissaient par terre, le bourdonnement régulier des guêpes (…) Le choc de voir pour la première fois un bouleau se dresser dans le noir, le soir, aussi mince et indifférent qu’un fantôme. Et les nuits d’une ampleur inimaginable : noires et venteuses, énormes et agitées, traversées d’étoiles. 

Sur le fond c’est un véritable chef-d’œuvre parce que Donna Tartt aborde les sujets les plus fondamentaux de la vie (la mort, la vanité, la beauté, la culpabilité, la morale…) avec plusieurs niveaux de lecture, tout en finesse et subtilité. Le thème est vu est revu : l’histoire d’une bande d’étudiants riches et débauchés qui en arrive à tuer l’un des leurs (ce n’est pas un spoiler on le sait dès la 2ème ligne du texte).

Si le thème de départ paraît simpliste, c’est surtout le développement, la psychologie des personnages, qui est au cœur du livre. Le thème principal n’est pas tant le côté enquête puisque l’on sait dès le prologue qui sont les coupables, mais le pourquoi du meurtre et la gestion de l’après (comment vivre avec et assumer). Plus généralement, ce livre parle du moment particulier que constitue la fracture dans une vie. On pourrait même presque parler de fracture identitaire, du moment où une décision, un événement, nous transforme profondément. C’est finalement cela que l’on vit par les yeux de Richard (le narrateur) quelques années après les faits : comment il a été amené à traverser, à (sur)vivre cette fracture.

Richard, jeune boursier, quitte sa Californie natale pour étudier à l’université de Hampden dans le Vermont où très vite il est intrigué par un petit groupe d’étudiants qui se détache de l’ensemble de sa promotion. Fascinés par la culture classique, les grands philosophes grecs et le magnétisme de leur charismatique maitre à penser, Julian, ils décident d’explorer les limites de leur conscience en se livrant à des rituels anciens. Un soir, l’expérience tourne au drame lorsque quatre d’entre eux, sous l’influence de puissants psychotropes tuent un homme. Richard, le narrateur, nous compte alors comment le cinquième membre du groupe, Bunny, qui n’avait pas été convié à la Bacchanale (le fameux rituel), comprend ce qui s’est passé et se met progressivement à faire planer de manière cruelle et insidieuse la menace sur les autres, qui, impuissants, en arriveront à envisager l’inenvisageable…

Sur fond de cours de grec, de week-ends dans l’ivresse à la campagne et de sophistication extrême, le masque de perfection glacée des personnages se fissure. Irrémédiablement. On reste spectateur, à travers les yeux de Richard, de cette lente descente aux enfers, mécanique, qui les mènera à un destin tragique…

EnconclusionV2

Je reprendrai la critique d’Olivia de Lamberterie qui résume finalement mon ressenti « Le maître des illusions : un coup de maître ». Alors, pour ceux qui ne l’ont pas encore lu, êtes vous prêts à quitter le monde phénoménal et à entrer dans le sublime?

Nota Bene : A lire et à relire, partout, tout le temps. Je l’ai lu en écoutant en boucle Lorde (Team, A world Alone) et Feder ft Lyse (Goodbye), musiques qui correspondent bien à l’ambiance du livre. Pour les passionnés ou les curieux vous pouvez vous rendre ici pour avoir un avis plus détaillé !

13686698_10153604164167413_8360219448355853944_n


Editeur : PLON
Date parution : 1993 (NED 2014)
ISBN : 9782259221917
Nb de pages : 600 pages

La porte – Magda Szabo

la porte

SynopsisV2

« C’est moi qui ai tué Emerence. Je voulais la sauver, non la détruire, mais cela n’y change rien. » La Porte est une confession. La narratrice y retrace sa relation avec Emerence Szeredás, qui fut sa domestique pendant vingt ans. Tous les oppose : l’une est jeune, l’autre âgée ; l’une sait à peine lire, l’autre ne vit que par les mots ; l’une est forte tête mais d’une humilité rare, l’autre a l’orgueil de l’intellectuelle. Emerence revendique farouchement sa liberté, ses silences, sa solitude, et refuse à quiconque l’accès à son domicile. Quels secrets se cachent derrière la porte ?

Chef-d’oeuvre de la littérature hongroise dont le succès fut mondial, prix Femina étranger en 2003, La Porte a été élu meilleur livre de l’année 2015 par le New York Times.

MonavisV2

Quand j’étais étudiante je détestais Schopenhauer, plus tard j’ai compris que je devais retenir de sa théorie, que toute relation sentimentale est une possibilité d’agression, plus je laisse de gens m’approcher, plus il y a de voies par lesquelles le danger peut m’atteindre. Il ne me fut pas facile d’admettre que je devais en plus compter avec Emerence, son existence était devenue une des composantes de ma vie, et au début, je fus épouvantée à l’idée de la perdre si je lui survivais…

D’habitude on adore détester les romans qui reçoivent des prix parce qu’à chaque fois je me pose la même question : Est-ce qu’il y a eu connivence, est-ce vraiment mérité? Est-ce que je ne vais pas être un mouton si je trouve moi aussi que le dernier lauréat du Fémina est merveilleux?

Parfois il faut passer outre ses préjugés et reconnaître le talent lorsqu’il se présente à sa porte. La porte de Magda Szabo c’est un grand OUI ! C’est l’histoire racontée par l’écrivaine de son étrange relation entre elle et sa femme de ménage, la mystérieuse Emerence.

Tout de suite, on est intrigué par la personnalité de cette femme dont les codes nous échappent. On s’attache, on s’interroge, on comprends à demi-mots le pourquoi du comment mais surtout, on voit se dessiner sous nos yeux la relation complexe entre les deux femmes, faite de respect, de mépris, d’incompréhension mais aussi d’amitié. Un bras de fer qui parfois se transforme en main tendue. Un roman subtil et intelligent qui donne matière à réfléchir sur les mécanismes de l’emprise, la manipulation et l’amitié.

Ce livre est une perle brute et authentique où les sentiments ne sont pas épargnés (et c’est ça qui est extrêmement bien réussi au-delà du style précis de l’auteur). Emerence nous séduit, à sa manière, dans son orgueil, dans ses valeurs dont elle est si fière. Elle nous apprend beaucoup aussi, sur sa vision de la vie, sur ce qui compte vraiment.

Apprenez qu’on ne retient pas celui dont l’heure a sonné; parce que vous ne pouvez rien lui donner qui remplace la vie.

EnconclusionV2

En définitive, un très beau roman porté par le personnage mystérieux d’Emerence. Merci Elodie de m’avoir fait découvrir ce titre. Il y a relativement peu de romans qui me marqueront durablement mais celui-ci en fera définitivement partie. 🙂 Très bel achat pour ceux qui manquent d’inspiration pour les cadeaux de Noël!

Nota Bene : A lire, derrière la porte, à l’ombre des secrets.

Ma note :

quatresurcinq


Editeur : LE LIVRE DE POCHE
Date parution : 2017
ISBN : 978-2253070221
Nb de pages : 352 pages

La maison des Turner – Angela Flournoy

maisonturner

SynopsisV2

Cela fait plus de cinquante ans que la famille Turner habite Yarrow Street, rue paisible d’un quartier pauvre de Detroit. La maison a vu la naissance des treize enfants et d’une foule de petits-enfants, mais aussi la déchéance de la ville et la mort du père.
Quand Viola, la matriarche, tombe malade, les enfants Turner reviennent pour décider du sort de la maison qui n’a désormais plus aucune valeur, la crise des subprimes étant passée par là.
Garder la maison pour ne pas oublier le passé ou la vendre et aller de l’avant ? Face à ce choix, tous les Turner, de Cha-Cha, le grand frère et désormais chef de famille, à Lelah, la petite dernière, se réunissent. Et s’il fallait chercher dans les secrets et la mythologie familiale pour trouver la clef de l’avenir des Turner et de leur maison?

MonavisV2

« Cha-Cha essaya de s’imaginer racontant tout au docteur Alice Rothman, qu’il supposait aussi dénuée d’humour que Milton Crawford, trop mince et trop pâle sans doute, du genre à se sentir mal à l’aise en présence du gros et grand corps brun de Cha-Cha installé dans son bureau. Peut-être sa gêne serait-elle évidente, ou pire, elle se croirait libérale et ferait des efforts ostentatoires pour communiquer avec Cha-Cha, routier noir de soixante-quatre ans qui voyait des fantômes. Cherchant désespérément à respecter le politiquement correct, elle se montrerait condescendante, et prétendrait comprendre ce qu’il éprouvait. Il en avait rencontré assez du même type dans les meetings du syndicat des camionneurs après les émeutes, dans les années soixante-dix, pour savoir qu’ils le méprisaient souvent plus encore que ceux qui étaient ouvertement racistes« .

Je crois que c’est en lisant cette citation que j’ai décidé que j’allais vraiment apprécier ce livre. Tout y est. Tout le racisme est là, dans ces quelques phrases, la condescendance derrière un sourire, qui est parfois pire que les insultes lancées au plein visage. Oui, le racisme est un sujet qui est vu et revu et ce n’est sûrement pas le propos principal du livre mais je trouve que l’angle choisi pour aborder le sujet était assez juste. Disons que l’on s’y est vraiment bien reconnu.

C’est peut-être ça finalement que j’ai adoré dans ce livre. La justesse de l’écriture. On y croit. Les difficultés des relations fraternelles, entre amour, exaspération, attachement, devoir… Chaque enfant Turner a peut-être un élément saillant de personnalité mais les personnages ne sont pas clichés, ils sont nuancés (ce qui est assez agréable et rare dans les livres que j’ai pu lire ces derniers temps).

Le seul reproche que je pourrais faire à ce livre est que l’auteure s’est un peu trop concentrée sur deux/trois personnages, au détriment des autres, alors qu’en voyant la couverture et le titre je me serai plus attendue à un roman chorale, une vraie saga familiale. Cela dit, ce roman reste un excellent livre qui m’a transportée le temps de quelques soirées auprès des péripéties de la famille Turner. Un vrai régal 🙂

EnconclusionV2

Bravo Madame Flournoy. Brianne, la fille de Lelah, a la même date d’anniversaire que moi, donc rien que pour ça… ce livre m’a plu. Il a également dépeint de manière extrêmement touchante le quotidien de cette famille, soudée malgré ses problèmes. La maison des Turner, cette vieille bâtisse torturée par les années, est finalement peut-être le ciment de la famille. Un personnage emblématique de l’histoire, la pierre angulaire du livre. A lire.

Nota Bene : A lire dans sa maison de famille en mangeant des chicken wings et en écoutant « Try a little tenderness » de la grande Aretha Franklin.

Ma note :quatresurcinq


Editeur : LES ESCALES
Date parution : 31/08/17
ISBN : 9782365692014
Nb de pages : 352 pages

 

L’Héritier – Joost de Vries

heritier

SynopsisV2

Quand il apprend le décès de son mentor Josip Brik, le philosophe spécialiste du métadiscours sur Hitler, Friso de Vos est anéanti. Profitant de sa détresse, un certain Philip de Vries, inconnu total, occupe alors le devant de la scène, multiplie les apparitions télévisées et devient le successeur de Brik aux yeux du monde entier.

Refusant de se laisser reléguer au second plan, Friso se rend à Vienne pour un colloque, bien décidé à montrer qu’il est le seul vrai connaisseur de l’oeuvre de Brik et son unique dauphin. Mais quand on le confond avec l’imposteur, Friso décide de se prêter au jeu.

Se jouant de la culture universitaire, mêlant références littéraires et culture pop, le roman nous entraîne dans l’univers de l’intelligentsia internationale ou la réalité compte moins que ce qu’on en dit. Une satire universitaire cinglante, un conte absurde extrêmement érudit.

MonavisV2

A nous deux l’Héritier!

J’avais tellement hâte de lire ce livre dont la couverture me faisait l’oeil depuis quelques semaines. Le reflet dans le miroir étant dans le mauvais sens, il me semblait que j’allais enfin avoir entre les mains un livre où la psychologie, les double-sens allaient être de mise. J’abordais donc ce livre avec un a priori positif mais il faut dire que ce livre a juste été une grande déception.

Il raconte l’histoire de Friso de Ros, un universitaire brillant, admirateur invétéré de son mentor Josip Brik qui a pris pour sujet d’études Hitler. Lorsque Brik décède brusquement à Amsterdam, Friso, alors en Amérique en Latine est dévasté. Il consacrait une grande partie de son temps avec son amie Pippa, à entretenir le mythe du vieux professeur.

Elle me toisa, me jaugeant ouvertement. Je tentai de la regarder avec la même dureté, de l’évaluer moi aussi, mais ce fut à moi que je pensais. A ma maigre cage thoracique, à mon visage creusé.

L’auteur nous emmène alors à un congrès à Vienne où Friso découvre, à son plus grand désarroi qu’un autre homme, qui lui ressemble étrangement (et qui a le même nom que l’auteur #funnybutnotfunny) s’arroge le titre d’héritier de son maître à penser. Friso, par un jeu d’apparences et de faux semblants jouera, alternera entre sa propre identité et celle de son double pour notre plus grand plaisir. Finalement, qui est vraiment l’héritier?

 

EnconclusionV2

En définitive, un livre qui m’est un peu tombé des mains et que j’ai trouvé assez décousu. Même si le style était plaisant à lire, j’ai eu du mal à comprendre où voulait nous emmener l’auteur exactement… Petite déception donc.

Nota Bene : A lire dans la Bibliothèque de son Université entre deux bouquins d’Histoire.

Ma note :

troissurcinq


Editeur : PLON
Date parution : 07/09/17
ISBN : 9782259249508
Nb de pages : 320 pages

 

Tenebra Roma – Donato Carrisi

tenebraroma

SynopsisV2

Et si Rome se retrouvait plongée dans les ténèbres pour toujours…

Cinq siècles auparavant, le pape Léon X lança cet avertissement : Rome ne devra jamais être plongée dans l’obscurité. Pourtant, lorsqu’aujourd’hui la foudre s’abat sur une centrale électrique au cours d’une terrible tempête, les autorités romaines sont forcées d’imposer un black-out total de vingt-quatre heures sur la ville le temps de réparer les dégâts. Dès le crépuscule, les ombres reviennent envahir Rome.
Dans le chaos et la panique qui s’ensuivent, une silhouette plus sombre que les autres va se déplacer silencieusement à travers la capitale, laissant derrière elle une traînée de morts… ainsi que des indices.
Marcus, le prêtre de l’ordre des Pénitenciers, peut reconnaître et interpréter les anomalies sur les scènes de crime. Mais le pénitencier a perdu son arme la plus précieuse : sa mémoire. Lui-même victime du tueur, il échappe de justesse à une mort atroce, sans plus aucun souvenir des derniers jours passés. Il va devoir remonter le fil de sa vie en même temps que la piste du monstre.
Seule Sandra Vega, une ancienne photographe scientifique, peut l’aider dans sa traque. Sandra connaît le secret de Marcus, mais a subi trop de pertes dans sa vie pour être en mesure de faire face à nouveau au mal. Et pourtant, elle va se retrouver entraînée malgré elle au cœur de l’enquête…
Le coucher du soleil se rapproche, et le temps est compté : au-delà des ténèbres, il n’y a que l’abîme.
MonavisV2

Rome ne devrait jamais, jamais, jamais, se retrouver dans le noir.

Cette bulle papale prononcée avant de mourir par Léon X faisant office de funeste prophétie, se réalise soudain à Rome. C’est le black-out. Il tombe une pluie diluvienne,   les centrales électriques sont HS. Les ombres peuvent enfin sortir de l’obscurité pour éteindre la vie dans cette atmosphère sourde d’anarchie qui gronde dans les rues de Rome. Malgré les mesures de la Police, personne ne sait ce qu’il va se passer une fois que le couvre-feu sera prononcé. Le compte à rebours en début de chaque chapitre parvient à exprimer la tension et l’angoisse que ressentent les personnages.

Dans cette ambiance, lourde et étouffante, et ce compte à rebours inéluctable d’ici la tombée de la nuit, un autre drame se joue. Des meurtres dans des rituels anciens, un enlèvement d’un petit garçon qui date de neuf ans, et l’implication de nos deux compères Marcus et Sandra, dans une affaire sordide qui semble poser les éléments du jeu. Mais cette fois, il y a un nouveau facteur que l’on n’avait pas prévu. Le black out, l’impossibilité de communiquer. On bat les cartes et on doit alors changer les règles. Comment survivre dans le chaos?

Au lieu de penser au danger qu’elle courait, Sandra tenta de faire le compte mathématique de son existence. Combien de cigarettes fumait le commissaire Crespi ? Une par jour. Peut-être avait-il l’illusion d’éloigner le cancer, mais mises bout à bout cela faisait toujours trois cent soixante-cinq par an. Combien de fois s’était-elle maquillée devant un miroir ? En moyenne une fois par semaine depuis qu’elle était adolescente. Combien de paires de chaussures avait-elle possédées ? (…) Combien de glaces ? On n’avait jamais l’impression de faire beaucoup de fois les choses. Et puis, quand on les mettait bout à bout, cela faisait un nombre inimaginable. Or, ce nombre était la vie. 

*

Vous l’aurez compris, ce nouveau Carissi (après l’excellent La fille dans le brouillard), se déroule une nouvelle fois à Rome avec Marcus et Sandra, notre duo de choc, attachant et déterminé. Ce tome, encore une fois, est extrêmement bien documenté, on reconnait les codes, la construction du récit mais…. (parce qu’il y a un mais), il n’y a pas ce petit plus caractéristique de la série du Chuchoteur, cette horreur qui se mêle à la psychologie des personnages. Dommage.

EnconclusionV2

Un bon thriller évidemment (est-il nécessaire de le préciser puisque c’est un Carissi!) mais je ne suis pas fan de la série du Tribunal des âmes, celle du Chuchoteur était bien plus percutante. Finalement, le plus grand reproche que je pourrais faire à ce livre est de ne pas être la suite du Chuchoteur et de l’Ecorchée

Nota Bene : A lire à Rome, éclairé(e) à la faible lueur d’une bougie.

Ma note :

troissurcinq


Editeur : CALMANN-LEVY
Date parution : 18/10/17
ISBN : 9782702162019
Nb de pages : 352 pages