Un(e)secte – Maxime Chattam

CVT_Unsecte_7470
SynopsisV2

Et si tous les insectes du monde se mettaient soudainement à communiquer entre eux ? À s’organiser ? Nous ne survivrions pas plus de quelques jours.

Entre un crime spectaculaire et la disparition inexpliquée d’une jeune femme, les chemins du détective Atticus Gore et de la privée Kat Kordell vont s’entremêler. Et les confronter à une vérité effrayante.

Des montagnes de Los Angeles aux bas-fonds de New York, un thriller implacable et documenté qui va vous démanger.

MonavisV2

Ding Dong, il était enfin temps de lire le nouveau Chattam.

On ne le présente plus. Les US ont Stephen King, l’Italie a Donato Carrisi et la France a Maxime Chattam. J’ai sûrement dû découvrir Chattam il y a quelques années lorsque j’étais dans ma période thrillers mais mémoire de poisson rouge oblige, je ne me souvenais plus du style, de la plume de l’auteur… C’est donc avec une certaine curiosité (et une légère appréhension) que j’ai ouvert Un(e)secte.

*

L’histoire est finalement assez classique. Deux enquêtes menées en parallèle entre New York et Los Angeles. Des meurtres mystérieux, une jeune femme un peu flippante, des insectes, et finalement deux intrigues qui se rejoignent pour un final ou les deux héros s’unissent contre un méchant mégalo qui révèle son plan diabolique à la fin…

L’histoire est sympa, on se laisse prendre par la main assez facilement dans ces enquêtes et on sent que derrière ce roman policier, Maxime Chattam veut nous proposer une vraie réflexion sur la place de l’homme sur la planète, la surconsommation etc mais si cette histoire est plutôt bien ficelée il m’a manqué le pendant « thriller psychologique qui farfouille dans la noirceur de l’âme humaine ». Un peu déçue donc…

EnconclusionV2

Assez décevant finalement le dernier Chattam. Je voulais me faire peur, frissonner, me gratter compulsivement et devoir arrêter ma lecture parce que j’aurais VRAIMENT trop peur mais malgré un prologue prometteur, la suite est retombée comme un soufflé. Même pas peur Mister Chattam !

Nota Bene : A lire, allongé(e) sur la toile d’une araignée.

Ma note :

troissurcinq


Editeur : ALBIN MICHEL
Date parution : 30/10/19
ISBN : 9782226319494
Nb de pages : 480 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s