La femme d’en haut – Claire Messud

412Qb0rkF8L._SX195_

SynopsisV2

Nora ressemble à votre voisine du dessus, celle qui vous sourit chaleureusement dans l’escalier mais dont vous ignorez tout. Lorsque la belle Sirena, accompagnée de son mari et de son fils, fait irruption dans son existence d’institutrice dévouée, elle réveille un flot de sentiments longtemps réprimés. Mais échappe-t-on réellement au statut de femme de second plan ?

Claire Messud brise avec acidité le mythe de la femme sans histoires, pour la révéler grinçante et en colère, habitée d’espoirs fous et, inévitablement, de fracassantes désillusions.

MonavisV2

Les gens n’ont pas envie de s’inquiéter pour la femme d’en haut. Elle est fiable, organisée, sans histoires. 

J’ai tout de suite été séduite par la 4ème de couverture, cette description de la voisine sans histoire qui semble avoir la vie banale et normale par excellence. Qui se cache derrière cette femme ni belle ni moche, ni jeune ni vieille, ni blonde ni brune ?

Nora est cette fille/femme qui a toujours fait plus ou moins ce que l’on attendait d’elle (la bonne copine, la bonne prof, la digne héritière des rêves contrariés de sa mère et de ses envies d’évasion). Elle n’a jamais eu le courage de vivre ses ambitions, d’oser être pleinement elle-même ; comme si son avis était un critère parmi tant d’autres dans son processus de décision, un critère d’une importance relative par rapport aux exigences de ses parents et des valeurs reçues par son éducation.

Lorsque les trois membres de la famille Shahid font irruption dans sa vie terne et grise, Nora semble enfin timidement commencer à connaitre le bonheur et voir la vie en couleur en se révélant en tant que mère, que femme et qu’artiste. Mais le tableau n’est pas si rose car au-delà de l’amitié apparente que lui porte cette famille on voit se dessiner une relation à sens unique, une amitié/amour non partagée qui finira à obliger Nora à se remettre en question et s’autoriser à Vivre avec un V majuscule.

EnconclusionV2

Une lecture extrêmement intéressante sur les vices de l’amitié, sur la confiance en soi et la création artistique.

Nota Bene : A lire en écoutant « The Ballad of Lucy Jordan » après une promenade en voiture de sport dans le dédale des rues parisiennes. Pour les curieux vous pouvez vous rendre ici pour avoir un avis plus détaillé !

cinqsurcinq


Editeur : FOLIO
Date parution : 17/03/16
ISBN : 9782070468881
Nb de pages : 416

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s