Exposition – Kandinsky

kandinsky

Aujourd’hui je vais vous parler d’une exposition stupéfiante car oui, comme le dit si bien Léa Salamé que je cite  » la culture est une drogue dure! » Je trouve ça sympa d’alterner des chroniques littéraires avec des articles sur des expositions, pièces de théâtre ou autre!

Commençons donc avec cette exposition Kandinsky!

Elle a lieu en ce moment au Musée de Grenoble (infos pratiques à la fin de l’article) et évoque les années parisiennes de Kandinsky, de 1933 à 1944. A travers un parcours chronologique, on découvre les différentes influences qu’a pu avoir Kandinsky à la fin de sa vie  (Miro, Arp ou encore Magnelli), après avoir échappé avec sa femme à la montée du nazisme.

L’essentiel pour moi est de pouvoir dire ce que je veux, de raconter mon rêve – Kandinsky (1935), interview pour Il Lavoro Fascista

En ce qui concerne les considérations artistiques et significations profondes des oeuvres (l’importance du biomorphisme, des peintures cosmiques ainsi que la défense de l’art concret) vous pourrez trouver pas mal d’infos sur le site du musée de Grenoble et du centre Pompidou.

C’est tout à fait subjectif mais j’ai choisi trois oeuvres que je trouve assez représentatives de l’exposition, bien sûr je vous invite à aller la voir pour vous faire votre propre opinion.


developpement-en-brun

Développement en brun, 1933

trente

Trente, 1937

C’est, il me semble, une des premières oeuvres de l’exposition.

Pour moi c’est une oeuvre qui représente l’espoir, symbolisé par les triangles de couleur (sortes de cerfs-volants) qui s’échappent vers cette ouverture blanche afin d’atteindre le ciel. Les rectangles bruns m’évoquent des portes, ouvertes vers cet espoir.


J’aime beaucoup ce type de tableau, en damier, noir et blanc, qui est très moderne et design. Il a aussi un côté ludique car chaque « case » a une sonorité, un dessin différent. Chaque dessin prit séparément est intéressant mais c’est surtout le tout, supérieur à la somme des parties qui fait sens selon moi.

entassement-regle

Entassement réglé, 1938


J’ai choisi ce tableau car il fait partie d’une série d’oeuvres que j’appelle les tableaux SVT car ils me rappellent ce que l’on voyait sur nos lames sous les microscopes. Tous ces éléments placés de manière apparemment aléatoires. Lorsque l’on se rapproche on remarque à quel point Kandinsky a le souci du détail, dans les formes ou les couleurs.

« Cela fleurit, scintille, rayonne dans ses peintures et ses poèmes. Cela parle de jeunes sangs, de pierres vieilles. Cela parle avec une pureté jamais vue et jamais entendue encore, à celui qui des fins yeux et de fines oreilles… J’entends le bleu des violettes. Je vois le son de la lyre… » – Jean Arp, Jours effeuillés.

 


Infos pratiques:

Lieu: Musée de Grenoble
Dates: Du 29 octobre 2016 au 29 janvier 2017
Horaires: Tous les jours (sauf le mardi) de 10h à 18h30

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s