30 ans, en théorie – Mathieu Narbonnet

30ansentheorie

SynopsisV2

Mon enfance a été bercée par le générique de Dragon Ball Z et les parties de pogs dans la cour de récré. Adolescent, des posters de Buffy recouvraient les murs de ma chambre, j’avais un Nokia 3310 et je chattais sur MSN. Aujourd’hui, mon meilleur ami gay est mon colocataire, je suis un libraire au bord de la crise de nerfs et j’écume les soirées où l’alcool coule à flots à la recherche de l’amour avec un grand A. Bientôt j’aurai 30 ans et il est grand temps de mettre un peu d’ordre dans ce chaos ordinaire ; mais je n’avais pas prévu que les anneaux de Saturne viendraient eux aussi y mettre leur grain de sel. Je suis un produit marketing estampillé Génération Y. Un pur rejeton de l’ère de l’entertainment.

Je suis votre enfant, votre frère, votre ami. Je suis vous. En pire !

MonavisV2

Déjà, de prime abord, ce livre commence plutôt bien. La couverture au top, le titre au top et une petite citation de Bret Easton Ellis comme cerise sur le gâteau. Que demande le peuple ?

Je me suis donc confortablement installée au fond de mon lit avec un cappuccino et j’ai lu avec gourmandise cette petite pépite. J’ai adoré dès les premières lignes le ton de ce livre, sarcastique, un brin cynique. Avec sa plume vipérine à la Rita Skeeter, Mathieu Narbonnet remplit sa (presque) autobiographie d’une multitude de petites punchlines d’où la difficulté à choisir une citation moi qui en suis tant friande. J’adore, j’adhère. C’est le genre de roman feel good que je conseille à tout le monde.

Cette histoire raconte une tranche de vie d’un trentenaire d’aujourd’hui. On a l’impression de regarder un épisode de “How I Met” sauf que ce n’est pas la Mother que l’on rencontre mais la Trentaine avec un grand T.

Mathieu nous raconte un peu sa vie, ses amours, ses emmerdes. Il nous parle de ses rendez-vous Tinder foireux, de son ami super-connard qui cultive sa barbe de trois jours et qui enchaîne les filles rapido presto. Il nous cite Wikipédia sans complexe. Il écrit à son ancien “lui” qui avait une adresse hotmail (I can relate – période MSN paix à ton âme). Il avoue répéter ses erreurs plusieurs fois, et avec panache, pour bien vérifier que ce sont des erreurs (sait-on jamais). Il fait des to-do list. Ai-je mentionné que j’adorais les listes et par extension tous ceux qui faisaient des listes ? J’hésite à créer un tag to-do list… Affaire à suivre. Il nous parle de sa maman qui use et abuse de smiley dans ses messages (I can relate… again).

« Je me battrai face à un ours pour toi. Pas un grizzly ou un ours polaire. Ni un panda. Plutôt genre Winnie l’Ourson. Je battrai ce fils de pute pour toi. » Les répliques de ma mère face à ma crise d’adolescence

Pour être parfaitement sincère je pourrais ajouter un “I can relate” à la plupart de ce qui est écrit dans ce livre bourré de références (musicales, de séries, de fun facts). Pour n’en citer que quelques unes et rester dans l’esprit du livre, soyons fous: faisons une liste:

  • La flemme de se socialiser au bureau juste pour “se socialiser au bureau”
  • Dire secrètement merci à la rhino-pharyngite qui nous donne une voix grave et sexy pendant quelques jours
  • Ne jurer que par la “thérapie du sourire” pour réagir à des paroles inattendues (variante du rire nerveux – les vrais de vrais sauront de quoi je parle)
  • Mais aussi: Le 13 novembre, le repas de Noël impossible en famille, “Art” de Yasmina Reza, le marouflage de Valérie Damidot, les week-end en amoureux, “il faut qu’on parle”, “la vie continue”

Bref, ce n’est pas un scoop j’ai adoré ce livre qui m’a donné le sourire un dimanche pluvieux et comme dit Mathieu:

Le dimanche soir, c’est un peu un trente-et-un décembre hebdomadaire. La possibilité de commencer une nouvelle vie chaque lundi. 

(Oui c’était juste l’occasion de replacer cette citation). Et comme lorsque l’on aime on ne compte pas voilà une dernière petite citation pour la route pour vous convaincre de lire ce livre:

« Ne fais confiance à rien ni personne ! Regarde, même le sel ressemble au sucre. » La vie, mon père et ses conseils

*ApplauseClap de fin

EnconclusionV2

Ceux qui ont aimé Je vais m’y mettre devraient être intéressés aussi par ce titre (et vice-versa). Moi j’ai adoré autant qu’une tartine de Nutella, autant qu’un épisode de Friends et autant qu’un Latte Venti chez Starbucks.

Nota Bene A lire en se trémoussant sur “I will survive” de Gloria Gaynor dans une soirée de bobos parisiens

Ma note :

quatresurcinq


Editeur : LIBRINOVA
Date parution : 25/07/16
ISBN : 9791026206286
Nb de pages : 178 pages

Publicités

4 réflexions sur “30 ans, en théorie – Mathieu Narbonnet

  1. Pingback: La parole est à vous | Mathieu Narbonnet

  2. Pingback: Ho Ho Ho : La Wish-list de Noël | le petit crayon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s