Ainsi fleurit le mal – Julia Heaberlin

9782258135307

 

SynopsisV2

« J’ai toujours pensé que la mort avait quelque compte à régler avec moi. »

À seize ans, Tessa est retrouvée agonisante sur un tas d’ossements humains et au côté d’un cadavre, dans une fosse jonchée de milliers de marguerites jaunes aux yeux noirs. Partiellement amnésique, seule survivante des « Marguerite » – surnom que les journalistes ont donné aux victimes du tueur en série –, elle a contribué, en témoignant, à envoyer un homme dans le couloir de la mort. Terrell Darcy Goodwin, afro-américain, le coupable parfait pour la juridiction texane.

Presque vingt ans ont passé. Aujourd’hui, Tessa est une artiste et mère célibataire épanouie. Si elle entend parfois des voix – celles des Marguerite qui n’ont pas eu sa chance –, elle est toutefois parvenue à retrouver une vie à peu près normale. Alors, le jour où elle découvre un parterre de marguerites jaunes aux yeux noirs planté devant sa fenêtre, le doute l’assaille… Son « monstre » serait-il toujours en cavale ? La narguerait-il ?

MonavisV2

Etrangement ce n’est pas mon goût pour les thrillers mais plutôt la couverture hypnotisante de ce livre  qui m’a poussée à entamer sa lecture. Il m’a rappelé l’épisode pilote de la série Castle (oui il fut une époque où je regardais Castle, personne n’est parfait) où le tueur déposait des fleurs sur les corps de ses victimes en imitant le MO décrit dans les livres de notre bien-aimé détective. Cet épisode m’avait particulièrement marquée donc je me suis précipitée sur ce livre. Autant vous prévenir, les deux intrigues n’ont absolument rien à voir.

Julia Heaberlin nous propose ici un récit à deux voix: celle de Tessie, jeune fille de 16 ans qui est la seule rescapée du “tueur des Marguerite” et celle de Tessa, la femme qu’elle est devenue une quinzaine d’années plus tard et qui se bat encore avec ses démons.

A travers des intermèdes de ses séances chez le psy et de ses conversations avec sa meilleure amie, soutien de toujours, on comprend que Tessie (16 ans) ne se souvient que d’une manière très floue de l’évènement. Elle déteste ce mot d’ailleurs. Évènement. Cette manière qu’ont les autres de réduire ce qu’elle à vécu à ce mot derrière lequel on peut mettre tout et n’importe quoi. Elle ne se souvient pas de grand chose (amnésie traumatique oblige) de cette période passée enterrée à côté des cadavres des autres Marguerite. Etait-ce d’ailleurs bien des cadavres? Ne lui avaient-elles pas parlé pendant ses heures passées là à lutter pour survivre?

15 ans plus tard, le tueur en série, arrêté presque aussitôt après les faits, doit passer dans le couloir de la mort mais Tessa ne peut s’empêcher de douter. Elle entend toujours les voix des Marguerite qui la supplient de leur rendre justice et puis depuis quelques années quelqu’un prend un malin plaisir à planter des marguerites dans son jardin. Et si le vrai tueur était toujours dehors, à l’épier, à attendre le bon moment pour terminer le travail et fleurir sa tombe?

EnconclusionV2

L’alternance des récits entre passé et présent donnent une bonne dynamique au récit qui s’accélère jusqu’au dénouement final. Un bon thriller pour les amateurs du genre mais la psychologie des personnages n’était pas assez poussée à mon goût!

ainsifleuritlemal

A lire dans un champ de marguerites en écoutant “Worry about you” de Ivy.

Ma note :

troissurcinq


Editeur : PRESSES DE LA CITE
Date parution : 08/09/16
ISBN : 9782258135307
Nb de pages : 560 pages

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s