Ne pars pas sans moi – Gilly MacMillan

 

1507-1

SynopsisV2

Par un joyeux dimanche, Rachel et son petit garçon de 8 ans se promènent en forêt. Désirant plus que tout être une bonne mère, et soucieuse de l’indépendance et de l’autonomie de son enfant, Rachel l’autorise à partir quelques mètres devant elle pour aller jouer. Arrivée au bout du chemin, l’angoisse la saisit : Ben a disparu.

Après une conférence de presse catastrophique, médias et réseaux sociaux se déchaînent. Pour eux, Rachel est responsable de la disparition de son enfant. Pourquoi n’a-t-elle pas veillé sur lui ? Comment se fait-il qu’elle ait du sang sur les mains ? Pendant que la police se lance dans une véritable course contre la montre pour retrouver Ben, Rachel se débat entre la culpabilité, le désespoir et la peur.

Rongée par le doute, assaillie par la violence de ceux qui la croient coupable et tandis que la moindre de ses certitudes s’écroule, elle ne sait plus quoi faire. Attendre patiemment que les forces de l’ordre lui ramènent son fils ou suivre son instinct et partir elle-même à sa recherche ?

MonavisV2

Ma toute première lecture aux éditions Les Escales. Un bonheur que dis-je une REVELATION. Pourtant généralement je suis extrêmement difficile en matière de thrillers.

C’est un récit à deux voix. Celui de Rachel, maman fraichement divorcée depuis quelques mois dont le fils Ben, 8 ans, a disparu lors d’une promenade en forêt alors qu’elle l’avait laissé partir devant pour jouer à la balançoire. C’est aussi les retranscriptions des séances chez le psychologue de James, policier traumatisé par cette enquête, afin de déterminer s’il pourra reprendre son travail.

L’histoire commence vraiment lorsque la police demande à Rachel de se prêter au jeu des médias et de faire une conférence de presse quelques heures après la disparition de Ben afin de mobiliser le pays et maximiser les chances de le retrouver. Conférence qui va lui être fatale. Débordée par l’émotion, épuisée nerveusement, elle ne s’en tiendra pas au script froid remis par la police et s’adressera directement au ravisseur de son fils en proférant des menaces ce qui la fera littéralement passer pour une folle hystérique. Il faut imaginer qu’elle sort d’une journée de recherches dans la forêt, ses habits sont à moitié déchirés, des égratignures marquent son visage rongé par la colère et l’inquiétude. Le verdict de l’opinion publique est sans appel. Ca ne fait aucun doute : Elle est Coupable.

La machine médiatique s’emballe et Rachel est presque immédiatement cataloguée comme une « mauvaise mère », voire une meurtrière. De parfaits anonymes, sous couverts de l’impunité qui règne sur la toile, se déchainent et chacun y va de son avis en émettant des théories sur ce qui s’est vraiment passé ce jour là dans la forêt [pages criantes de vérité par la retranscription des articles de presses, des réseaux sociaux ou de la page Facebook consacrée à la disparition de Ben].

Rachel est désemparée. Coupable ou non coupable ? On en vient presque à en douter nous-mêmes. N’est-on pas au fond nous aussi victimes d’un tour de passe-passe de l’auteur? Il est toutefois difficile de ne pas compatir avec cette mère qui regarde impuissante tout un processus se mettre en place, presque sans elle. Reléguée au rang de spectatrice elle ne peut qu’attendre, rejouer encore et encore les quelques heures qui ont précédé la disparition de Ben, ressasser inlassablement les quelques mois qui ont précédé. Comment a-t-elle pu manquer les signes ? Et toujours ce sous-entendu latent en filigrane tout au long du livre : une bonne mère aurait pu éviter tout ça. Pourquoi Ben. Pourquoi lui et pas un autre ?

Découvrir que l’histoire dont on parle au journal télévisé est la vôtre est la chose la plus étrange au monde : vous comprenez qu’une personne que vous ne connaissez pas a la charge de retrouver votre enfant, et vous devez accepter que vous êtes tout autant en retrait que n’importe qui d’autre écoutant les informations, et que vous êtes impuissant.

Avec les heures et les jours qui passent, les statistiques sont sans appel, brutales. Les chances de retrouver Ben vivant s’affaiblissent et avec elles surgissent insidieusement le désespoir et le doute. Qui ? Qui a pu enlever Ben ? Que lui est-il arrivé ?

Le doute s’est insinué dans nombre de mes relations, comme le feraient de petits éclats de verre brisé invisibles à l’oeil nu mais susceptibles de vous blesser alors même que vous pensiez avoir tout bien balayé.

Son ex mari, ses amies, sa sœur… Tout le monde, chaque geste, chaque mot est passé au crible. Qui a enlevé Ben ? Pourquoi ? Et surtout est-il encore vivant ? Va-t-on le retrouver à temps?

EnconclusionV2

Un page-turner terriblement addictif. On avance pas à pas dans l’enquête aux côtés de Rachel, cette mère, impuissante qui se retrouve reléguée au rang de spectatrice du drame de sa vie et qui s’accroche pour ne pas perdre pieds. L’attente, les doutes, la suspicion, l’impuissance, la cruauté des médias – impitoyable. Tout y est ! A lire absolument ! Auteure à redécouvrir aussi avec La fille idéale (critique en VO)

NB2

A lire sur une balançoire grinçante dans un square abandonné, ou bien lors d’une petite pause lecture lors d’une balade en forêt – frissons garantis !

Ma note :

quatresurcinq


Editeur : LES ESCALES
Date parution : 25/02/16
ISBN : 9782365691376
Nb de pages : 473 pages

Publicités

7 réflexions sur “Ne pars pas sans moi – Gilly MacMillan

  1. Pingback: The perfect girl – Gilly MacMillan | le petit crayon

  2. waw, tu donnes sacrément envie de le lire, même si en temps que jeune maman, c’est évidement mon pire cauchemar, ce qui me fait en général zapper ce genre d’intrigues …. le roman a une fin ou c’est le genre qui te laisse sans explications ?

    J'aime

    • Merci beaucoup Christelle! Je te le conseille vraiment! Je l’ai lu d’une traite sans pouvoir le lâcher et la fin n’est pas ouverte donc tu as toutes les explications…
      Bonne lecture! N’hésite pas à me dire ce que tu en as pensé!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s