Vis ma vie d’AA – Episode 1

Nota bene: Précisons que AA signifie Apprentie Auteur. Ne nous égarons pas dans des spéculations qui pourraient porter à croire que cet acronyme fait référence à un club d’un tout autre genre, n’est ce pas ?

Depuis le 14 Novembre (soit la date sainte à partir de laquelle Babybook Sous Influence s’est trouvé sur Amazon!) j’ai une vie de témoin de Jehovah. Je débarque avec un sourire suspect bienveillant vers des gens que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam qui sont tranquillement en train de Chiller sur des canapés de mon école et je déblatère sans pression mon petit discours à peine calibré :

« – Bonjouuuuur, je peux vous déranger deux minutes ?
– heu oui, bien sûr

Door-to-Door-Salesman-Meme-2

LOL. Les gens ne peuvent décemment pas me dire non, de toute évidence! Perçoivent-t-ils la folie détermination qui brille au fond de mes pupilles ? Mystère, mystère…

Alors voilà, j’aurais voulu vous pitcher un petit projet perso. En fait, cet été j’ai gagné un concours (…) . Et après quelques phrases inévitablement, ca dérape : Donc si t’es pas une crevure radine et mal baisée vu le prix que tu paies pour l’Ecole et ce Latte Venti que je vois dans tes mains qui m’indique que tu as du cash-flow je pense que tu peux mettre 3,99€ dans mon projeeeeeeet (oui les étudiants aiment bien Macron selon un sondage fait par je ne sais plus qui). C’est pour le bien commun, pour la planète, les dauphins, le tofu, la vodka (adapter cette partie de l’argumentaire selon la tête et le degré d’éveil supposé de l’interlocuteur)

Mon petit speech fini, je me retire de la conversation, tel Severus Rogue dans Harry Potter, avec ce petit mouvement de cape dont j’ai le secret (ouais j’ai investi dans une cape 💁😉). Toujours plus.
Quelle sera la prochaine étape : le bus? la sortie du métro?? le sitting devant des librairies ??? Rien, je dis bien rien ne nous arrêtera, nous, la dream team des ambassadeurs de babybook. Vous voulez nous rejoindre et devenir des (Sous)Influencers?  (of course you do !) => C’est par ici

Tremblez, pauvres mortels babybook is coming!


couv_book_definitive

 

 

 

#SousInfluence est disponible à 3,99€ depuis le 14/11 en pré-commandes sur Kobo et Amazon 🙂

 

 

Publicités

Sous Influence #1

couv_book_definitive

SynopsisV2

Hugo et Émilie incarnent le couple parfait aux yeux de leurs proches, jusqu’au jour où Émilie perd pied, jusqu’au jour où Hugo rentre chez lui pour découvrir le cadavre à la bouche encore barbouillée de chocolat de sa fille.
Après tout, Émilie n’avait jamais aimé les enfants…
C’est une longue descente aux enfers qui s’amorce. Emilie, tiraillée entre innocence et culpabilité, replonge dans ses souvenirs et sombre doucement dans la folie. Son entourage, sous le choc, hésite entre déni et recherche de la vérité. Comment Emilie a t-elle pu en arriver là ? Quelle faille pourrait expliquer ce terrible basculement ? Personne ne semble avoir la réponse… Mais peut-être qu’IL sait ?

Lauréat du concours Librinova 2017 « Faits divers et histoires diverses ».

MonavisV2

Il y a quelques mois, j’ai ouvert un document Word et j’ai écrit les premiers mots de ce qui constituerait un jour Sous Influence. Je ne pensais pas que je serai embarquée à ce point par l’histoire. Le fait d’être seule, face à une feuille vierge, face à un univers de possibilités est terriblement grisant. Alors j’ai écrit, au Starbucks pour le cliché, dans mon lit avec mon ordi sur les genoux à des heures improbables, pendant les pauses entre deux cours de market. Et puis j’ai mis un point final à l’histoire. Ce fichier était destiné à vieillir dans mon ordinateur jusqu’au jour où je suis tombée sur ce concours, presque par hasard, organisé par Librinova. Le sujet: « Faits divers et histoires diverses ».

J’ai participé et envoyé mon texte sans vraiment y croire. Et il y a eu ce fameux mail deux mois plus tard : Vous avez gagné le premier prix. Vous avez remporté la publication de votre livre. Petit shot de réalité, ce n’est plus juste moi et mon Word. Ce n’est plus uniquement un Word, c’est un livre en devenir.

Écrire un roman, c’est un de ces projets qui avait toujours été dans ma check-list de vie et même si ce n’est pas le livre de la décennie, même si ce n’est qu’un premier roman, je suis tout de même fière d’avoir pu mener mon idée à terme. On a tous des rêves un peu fous et voilà, si j’ai un conseil à vous donner à mon tour c’est de vous lancer ! Si on s’en donne les moyens, on peut y arriver et je vous assure que ce sentiment, une fois la tâche accomplie, est juste incroyable. Alors, comme le dit Shonda Rhimes:

Don’t be a dreamer be a doer

*

Je sais bien que l’on n’est pas aux Oscars mais je tiens tout de même à remercier l’équipe de Librinova (particulièrement Laure, Charlotte, Anais et Ophélie) pour leur réactivité, leur dynamisme et leurs précieux conseils. Pour tous ceux qui veulent se lancer dans l’auto-édition => Librinova est un bon plan je vous assure. Merci également à Paul Ivoire (un des membres du jury du concours) pour sa relecture et merci à la dream team constituée par Justine Coppeaux (éditrice), Clémentine Guyot (correctrice) et Cyntia Bertacchini (graphiste, auteure entre autre du teaser !) pour leur amitié et leur professionnalisme, pour avoir supporté mes appels et messages hystériques à des heures improbables pour respecter les deadlines et répondre à mes questions existentielles. N’hésitez pas à me contacter si vous voulez leurs coordonnées pour vos projets pro (elles sont toutes les trois sur LinkedIn!).

Et enfin, merci à tous ceux qui ont cru et continuent à croire en ce projet : Particulièrement Delphine (pour avoir consciencieusement lu chaque chapitre dans sa première version qui n’était pas transcendante), Caroline (et son enthousiasme qui m’a toujours motivé à continuer lors des moments de doute), Youmelle (pour ta bonne humeur), Marine (pour m’avoir toujours encouragée et avoir cru en cette histoire), ML, Momo, Julie, Marie, Inès, Elodie, Anne-So, les petites zouz des stages en édition et la préférée (Juliette :P).

EnconclusionV2

Voilà, c’est assez compliqué de parler de manière objective de cette histoire, je préfère ne pas vous spoiler, mais j’espère en tout cas que le teaser vous a donné envie de découvrir Sous Influence et d’en parler autour de vous !! (oui oui l’espoir fait vivre). Pour celles et ceux d’entre vous qui sont blogueurs et qui souhaiteraient que je leur envoie les premiers chap, n’hésitez pas à me contacter en MP sur la page Facebook auteur ou en commentaires 🙂

#SousInfluence est disponible à 3,99€ depuis le 13/11 en pré-commande sur Kobo et Amazon 🙂


Editeur : LIBRINOVA
Date parution : 25/11/17
ISBN : 9791026213543
Nb de pages : 387 pages

Théâtre – Une vie sur mesure

Il y a des pièces dont on se rappellera sûrement toute sa vie (parfois grâce au sujet,  au jeu des acteurs, ou encore grâce à la mise en scène). Ici, c’est un mélange de ces trois ingrédients plus un petit quelque chose, cette petite poudre de perlimpinpin qui fait naître la magie dans nos yeux.

vz-DADD178E-3D80-4478-B169-24564403F9B4

Une vie sur mesure. Il est difficile de résumer ou de pitcher cette pièce parce que ce n’est pas seulement une pièce: c’est à la fois un récit, un seul-en scène et un concert. L’histoire est celle d’un gamin autiste qui voit le monde à travers le prisme de la musique, les sons, les battements, les noires, les croches, les rythmes qui pulsent et qui donnent de la vie et un sens aux choses. J’ai particulièrement été touchée par ce moment où ce jeune autiste, Adrien, se demande s’il faudrait jouer une note qu’il trouverait belle éternellement. Il se rend compte, presque sous nos yeux, qu’une note est puissante justement parce qu’elle est entourée par un silence, qui la met d’autant plus en valeur. Cette note si belle, ces mélodies si entraînantes sont finalement une métaphore de la vie dont la beauté n’est telle que parce qu’elle est éphémère.

Evidemment, sujet oblige, on navigue entre jeux de mots et comiques de situation, entre rires et larmes. Le comédien (qui a seulement 19 ans!!!) est extrêmement talentueux comme acteur mais surtout comme musicien. Aucun temps morts pendant les 1h40 de la représentation.

Cette pièce est réellement magnifique parce sous son apparence simplette au premier abord, beaucoup de sujets profonds sont abordés. On rit, on s’émeut, on a qu’une envie, retourner voir la pièce une nouvelle fois. Axel Auriant-Blot mérite amplement son Molière 2016 du meilleur seul-en-scène. Son talent m’aura définitivement bluffée.

Adrien Lepage, aura eu une vie sur mesure, rythmée par les battements de la musique. Je suis ressortie de la pièce avec deux envies : essayer la batterie et moi aussi, faire mon possible pour vivre et rêver de ma passion. Chapeau l’autiste! 🙂

une-vie-sur-mesure.6432.image.710x0


Infos pratiques:

Lieu: Théâtre Tristan Bernard
Dates: Jusqu’au 30 décembre 2017
Réservations: via BilletReduc.com

Exposition – L’Aerosol

Une fois n’est pas coutume, ma tante un peu déjantée (M si tu me lis!) m’a amenée dans un lieu tendance et totalement idiosyncratique dimanche dernier dans le 18ème : un hangar désaffecté de la SNCF, soit plus de 2000 mètres carrés, pris d’assaut pour une période éphémère par l’art urbain.

 

Tout, absolument tout est taggué. Le sol, les murs qui constituent des fresques magnifiques (cf photos ci-dessus), les tables et chaises mises à disposition pour prendre un verre ou bien s’asseoir quelques instants. Le lieu en lui-même est vraiment très sympa et propice à la découverte du Street Art. Des familles se promènent, des enfants avec leurs petites bombes aérosol font des dessins sur les quelques murs encore vierges au son de la musique qui résonne sur la grande terrasse attenante au hangar. On voit de jeunes artistes faire des tags sous nos yeux et donner naissance à des oeuvres assez impressionnantes. On a l’impression de ne plus être en France mais dans un de ces quartiers à New York dans les années 70. De la musique, une bière ou un Coca, et un lieu de rencontre entre les artistes. C’est juste magique.

À l’intérieur du hangar, l’ambiance se fait peut-être plus sérieuse. Il y a une exposition d’oeuvres de Street Art venant du monde entier, ce qui nous confirme encore une fois que ce mouvement à l’origine de révoltes et de protestations, connait une ampleur globale. Différents styles, différents concepts mais toujours porteurs d’un message fort et percutant. Cet article serait bien trop long si je voulais partager avec vous toutes les photos mais en voilà quelques unes de mes oeuvres préférées. J’espère que cela vous incitera à aller y faire un tour 🙂

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Infos pratiques:

Lieu: 54 Rue de l’Evangile, 75018 Paris
Dates: Jusqu’au 31 janvier 2018 (fermé le lundi et mardi)
Réservations: Gratuit

La maison des Turner – Angela Flournoy

maisonturner

SynopsisV2

Cela fait plus de cinquante ans que la famille Turner habite Yarrow Street, rue paisible d’un quartier pauvre de Detroit. La maison a vu la naissance des treize enfants et d’une foule de petits-enfants, mais aussi la déchéance de la ville et la mort du père.
Quand Viola, la matriarche, tombe malade, les enfants Turner reviennent pour décider du sort de la maison qui n’a désormais plus aucune valeur, la crise des subprimes étant passée par là.
Garder la maison pour ne pas oublier le passé ou la vendre et aller de l’avant ? Face à ce choix, tous les Turner, de Cha-Cha, le grand frère et désormais chef de famille, à Lelah, la petite dernière, se réunissent. Et s’il fallait chercher dans les secrets et la mythologie familiale pour trouver la clef de l’avenir des Turner et de leur maison?

MonavisV2

« Cha-Cha essaya de s’imaginer racontant tout au docteur Alice Rothman, qu’il supposait aussi dénuée d’humour que Milton Crawford, trop mince et trop pâle sans doute, du genre à se sentir mal à l’aise en présence du gros et grand corps brun de Cha-Cha installé dans son bureau. Peut-être sa gêne serait-elle évidente, ou pire, elle se croirait libérale et ferait des efforts ostentatoires pour communiquer avec Cha-Cha, routier noir de soixante-quatre ans qui voyait des fantômes. Cherchant désespérément à respecter le politiquement correct, elle se montrerait condescendante, et prétendrait comprendre ce qu’il éprouvait. Il en avait rencontré assez du même type dans les meetings du syndicat des camionneurs après les émeutes, dans les années soixante-dix, pour savoir qu’ils le méprisaient souvent plus encore que ceux qui étaient ouvertement racistes« .

Je crois que c’est en lisant cette citation que j’ai décidé que j’allais vraiment apprécier ce livre. Tout y est. Tout le racisme est là, dans ces quelques phrases, la condescendance derrière un sourire, qui est parfois pire que les insultes lancées au plein visage. Oui, le racisme est un sujet qui est vu et revu et ce n’est sûrement pas le propos principal du livre mais je trouve que l’angle choisi pour aborder le sujet était assez juste. Disons que l’on s’y est vraiment bien reconnu.

C’est peut-être ça finalement que j’ai adoré dans ce livre. La justesse de l’écriture. On y croit. Les difficultés des relations fraternelles, entre amour, exaspération, attachement, devoir… Chaque enfant Turner a peut-être un élément saillant de personnalité mais les personnages ne sont pas clichés, ils sont nuancés (ce qui est assez agréable et rare dans les livres que j’ai pu lire ces derniers temps).

Le seul reproche que je pourrais faire à ce livre est que l’auteure s’est un peu trop concentrée sur deux/trois personnages, au détriment des autres, alors qu’en voyant la couverture et le titre je me serai plus attendue à un roman chorale, une vraie saga familiale. Cela dit, ce roman reste un excellent livre qui m’a transportée le temps de quelques soirées auprès des péripéties de la famille Turner. Un vrai régal 🙂

EnconclusionV2

Bravo Madame Flournoy. Brianne, la fille de Lelah, a la même date d’anniversaire que moi, donc rien que pour ça… ce livre m’a plu. Il a également dépeint de manière extrêmement touchante le quotidien de cette famille, soudée malgré ses problèmes. La maison des Turner, cette vieille bâtisse torturée par les années, est finalement peut-être le ciment de la famille. Un personnage emblématique de l’histoire, la pierre angulaire du livre. A lire.

Nota Bene : A lire dans sa maison de famille en mangeant des chicken wings et en écoutant « Try a little tenderness » de la grande Aretha Franklin.

Ma note :quatresurcinq


Editeur : LES ESCALES
Date parution : 31/08/17
ISBN : 9782365692014
Nb de pages : 352 pages

 

Joel Dicker – La vérité sur l’affaire Harry Quebert

QUIZ_La-verite-sur-laffaire-Harry-Quebert_9999

SynopsisV2

“C’est rare, mais quand cela arrive, rien ne peut couper court à l’excitation. Jeune ou moins jeune, lecteur difficile ou facile, femme ou homme, on lira sans discontinuer jusqu’au bout le roman français de Joël Dicker, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert. On n’en sortira qu’épuisé et ravi par le jet continu d’adrénaline littéraire que le narrateur n’a cessé d’injecter dans vos veines.” ( Marc Fumaroli, de l’Académie française, Le Figaro Littéraire)

“Si vous mettez le nez dans ce gros roman, vous êtes fichu. Vous ne pourrez pas vous empêcher de courir jusqu’à la six centième page. Vous serez manipulé, dérouté, sidéré, agacé, passionné par une histoire aux multiples rebondissements, fausses pistes et coups de théâtre.” (Bernard Pivot, de l’Académie Goncourt, Le Journal du Dimanche)

Un bon livre, Marcus, est un livre qu’on regrette d’avoir terminé.” – Joël Dicker

MonavisV2

Il était temps, j’ai enfin acheté et lu dans la foulée le fameux best-seller dont de nombreuses personnes m’avaient parlé en me vendant ce bouquin comme « LE POLICIER A LIRE« , « LE PAGE-TURNER DE L’ANNEE« . Il a fallu une ultime recommandation, celle de C, pour que je me décide, une après-midi pluvieuse de Lyon, pour aller faire un petit tour à la Fnac juste pour voir… Je suis bien évidemment repartie avec trop de livres mais passons. Sur l’étagère des « ventes du moment » était entreposé tranquillement un exemplaire du Dicker et je me suis dit: Why Not?

Je l’ai commencé vers 16 heures dans la file d’attente. Je l’ai fini assez tard dans la nuit parce que … parce que OUI ce livre est un page-turner et c’était trop frustrant de devoir le refermer et de me coucher sans avoir le fin mot de l’histoire. Génération binge-watching and binge-reading représente!

Comment résumer ce livre. L’intrigue est assez simple finalement. Marcus, jeune auteur ayant écrit un best-seller se retrouve face à la terrible maladie des écrivains: le syndrome de la page blanche. Le contrat avec son éditeur est très clair, il doit rendre son prochain manuscrit sous peu, mais rien n’y fait, il ne trouve pas d’inspiration. Marcus décide alors de se rendre dans la petite ville d’Aurora retrouver Harry Quebert, (lui-même auteur d’un best-seller une trentaine d’années auparavant), son ancien professeur dont il a toujours été très proche et qui l’a poussé à devenir l’homme qu’il est devenu. Lorsqu’il arrive à Aurora, Marcus découvre, presque par hasard, que son professeur a entretenu plus de trente ans auparavant une liaison avec une jeune fille de 15 ans, Nola, alors que lui-même avait 34 ans. Une folle histoire d’amour, romanesque. Interdite. Malheureusement, l’été de leur idylle, la jeune fille a disparu laissant Harry terriblement blessé.

C’est alors que quelques semaines plus tard, le corps de Nola est retrouvé enterré dans le jardin de Harry. Tout semble l’accuser mais Marcus en est persuadé, son mentor est innocent. Le jeune écrivain décide alors de mener l’enquête et de rendre à Harry Quebert son honneur déchu afin de le réhabiliter. Il trouve ainsi, au fur et à mesure de son enquête, à nouveau l’envie d’écrire. Pas seulement un livre mais LE livre qui révèlera la vérité.

En alternant entre la timeline du présent et de nombreux flashbacks, Dicker nous balade prodigieusement dans les méandres du passé des personnages de l’histoire: l’énigmatique Nola, la jolie Jenny, le mystérieux Stern … Qui connait la vérité et qui a bien pu assassiner Nola cet été de 1975?

*

Le suspense est bien mené. Ce serait faire preuve de mauvaise foi que de ne pas l’admettre. En revanche, il souffre de quelques longueurs et de répétitions qui étaient assez pénibles. Oui il y a des twists, oui il est difficile de trouver le coupable avant les dernières pages mais au-delà de l’intrigue en elle-même qui est bien réalisée, j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages dont les personnalités m’ont parues assez caricaturales, assez clichées. Toute cette romance était trop éthérée, désincarnée. J’ai eu du mal à y croire, peut-être est-ce dû aux clichés de l’Amérique puritaine. Sans entrer dans des détails glauques et sordides, Dicker aurait pu insister plus sur les problématiques inhérentes à une relation entre un homme mûr et une jeune fille.

*

Vous avez sûrement déjà entendu la nouvelle (mais si ce n’est pas le cas voilà un petit scoop): Patrick Dempsey, l’indétrônable McDreamy de Grey’s Anatomy va jouer Harry Quebert dans une adaptation télévisée du livre… SOON! La groupie qui sommeille (très légèrement) en moi se ruera donc dessus dès la sortie 🙂

EnconclusionV2

C’est sans nul doute un livre qui remplit ses promesses parce que l’on tourne les pages frénétiquement. On veut savoir qui a fait le coup et la fameuse vérité sur l’affaire. On vit avec Marcus l’enquête au plus près mais (parce qu’il y a un mais), si Joel Dicker a merveilleusement expliqué la différence entre un livre et LE livre, il n’a pas réussi selon moi à remplir ses critères. Il n’a pas donné d’autres sens aux mots, il n’a pas bouleversé ma vie et je ne pense pas que ce livre laissera une empreinte indélébile dans ma mémoire. Dommage.

« Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d’un sentiment puissant; pendant un instant, il ne doit plus penser qu’à tout ce qu’il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. »

Nota Bene : A dévorer d’une traite un soir d’hiver avant de voir la série adaptée avec le très charismatique Patrick Dempsey 😛

Ma note :quatresurcinq


Editeur : EDITIONS DE FALLOIS
Date parution : 27/05/14
ISBN : 9782877068635
Nb de pages : 864 pages

Exposition – Venenum, un monde empoisonné

« Tout est poison et rien n’est sans poison; la dose seule fait que quelque chose n’est pas un poison. » – Paracelse

Hello les petits Crayons!

Cela faisait un petit moment que je n’avais pas fait d’article labellisé « Culture » mais j’ai été hier à l’ouverture de l’exposition sur les poisons au Musée des Confluences et c’est vraiment une expo que je vous conseille (pour les petits et les grands!).

affiche_venenumOn est entrées avec ma complice (C si tu me lis!) par un couloir sombre où une voix assez mystérieuse (ou plutôt qui se voulait mystérieuse) nous a mis en garde (un peu dans le style de MLP au débat présidentiel et son « ils sont lààààà »). #ambiance.

Le sujet des poisons est assez vaste et on a pu déambuler entre les tableaux des représentations de la mythologie (mort d’Hercule), aux grandes figures historiques (mort de Cléopâtre, les poisons de Catherine de Médicis etc). Ensuite, on a navigué entre aquariums et vivariums avec des charmants animaux style veuves noires et compagnie (l’angoisse).

J’ai pu réaliser que le sujet des poisons était  finalement assez bien traité, dans toutes ses utilisations et représentations tout au long de l’histoire (le poison pour chasser, le poison comme arme de guerre et enfin le poison comme méthode pour tuer un corbeau où un mari dérangeant).

Le must? Ce moment où un petit garçon a demandé à sa mère candidement ce qu’était un amant (devant un écriteau qui racontait comment une veuve noire avait tué son mari avant de s’enfuir avec ledit amant). La réponse, après un silence: « Heuuu…. C’est un autre bon ami ». MA-GIQUE!

Nota bene: Une expo à voir donc, après avoir versé depuis le chaton de notre chevalière un peu d’arsenic dans la coupe de vin de son ennemi juré.


Infos pratiques:

Lieu: Musée des Confluences
Dates: Exposition temporaire du 15 avril 2017 au 13 avril 2018